//
you're reading...

Monde de merde

Le bout de la chaine

Depuis que j’ai été pubère, mes règles ne m’ont jamais fait défaut. Telle la marée, elles revenaient sans manquer le rdv. Fidèles au poste.

Signe que tout allait bien.

En apparence.

 

Au printemps quand on m’a annoncé qu’en fait la machinerie déconnait salement, mes règles ont disparu brusquement. Comme si mon corps avait décidé qu’il n’était plus nécessaire de maintenir l’illusion qui avait régné jusque là.

Depuis j’attends.

Chaque mois qui passe me semble une blague – chaque fois un peu plus cruelle – de mon corps qui me rappelle inlassablement qu’il y a un problème. Un gros problème.

Le plus drôle (si si rions même si la couleur du rire est plutôt jaune) c’est que j’ai un traitement que je dois démarrer le premier jour de mes règles. Jour qui ne vient désespérément pas …

 

Il est probable que je ne fasse pas de vieux os. Ça m’a sauté aux yeux l’autre jour. On ne devient pas centenaire dans ma famille. 3 de mes 4 grands-parents n’ont pas atteint les 75 ans. Quand bien même ils avaient toujours été en super forme jusque-là. Le 4e a péniblement atteint les 80, pourtant sur le papier c’est lui qui avait le moins ses chances.

Pour être bien au fait des dossiers médicaux de mes parents qui ont atteint les 60 ans tous les deux, et sont loins d’avoir la santé de fer de mes grands-parents, je me prépare à l’idée de ne plus les avoir avec moi longtemps. Cela dit j’aurais du les perdre tous les deux il y a 10 ans. On peut considérer que j’ai déjà eu du rab ‘.

Et j’ai toujours été une petite nature à la santé fragile. « Toujours malade » mon entourage ne s’est jamais prié de me le dire…

Chaque génération un peu moins vaillante que la précédente…

 

Pendant tout mon cursus universitaire j’ai entendu mes professeurs de physiologie dirent « le corps humain est bien fait ». C’est aussi ce qu’a dit le gynéco quand ma belle-mère a fait une fausse couche il y a des années de ça maintenant. Tout ça donne à réfléchir.

Ce n’est peut-être pas sans raison si je ne pourrais probablement pas porter d’enfants. Je suis bien placée pour savoir l’héritage génétique pourrie dont je suis porteuse (on me l’a encore rappelé la dernière fois quand je me suis retrouvée aux Urgences …) et même si les chances de le transmettre un jour sont de plus en plus ridiculement faibles, il reste une « chance » qui demandera beaucoup d’efforts, de temps, de désillusions et de techniques pour aider la nature.

Peut-être est-ce un chemin qu’il ne faudra pas emprunter. Peut-être suis-je l’aboutissement d’une lignée humaine qui a accumulé trop de mauvaises mutations génétiques et qu’il est normal de ne pas permettre que cela se perpétue.

Théorie de l’évolution.

 

 C’est scientifique.

Ca n’en est pas moins douloureux.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930