//
you're reading...

Cogito

Vivre pressé ?

L’autre soir, dans un magasin, je faisais la queue pour payer.

10 personnes devant moi, au moins le double derrière et seulement 2 caisses d’ouvertes.

 

Ça râle, ça interpelle la caissière pour lui dire de faire ouvrir une nouvelle question histoire de la ralentir un peu et de l’entendre répondre que ce n’est pas de son ressort.

Derrière moi, deux vieilles. Qui se mettent à se monter mutuellement le bourrichon à grand coup de « ils n’en ont rien à foutre » « si c’est comme ça je pose tout et je m’en vais ». Je prie pour qu’elles mettent à exécution leur dernière menace mais non. A la place elles demandent à la caissière d’appeler un(e) responsable. Parce que « nous on est pressées, on n’a pas que ça à faire. »

 

« Parce que nous on est pressées, on n’a pas que ça à faire »

 

La journée avait été plus que longue et avait réservé son lot consistant d’énervement, j’ai manqué de courage, je n’ai pas osé leur demander ce qu’elles avaient de si pressé à faire au point de ne pas pouvoir perdre 10mn à faire la queue à 18h. Le risque de rater le début de Questions pour un Champion ? Une soupe laissée sur le feu ? Le mari seul avec la bouteille de pastis ? Le gaz laissé ouvert ?

Mais bon dans ce cas tu poses tout et tu rentres en courant chez toi plutôt …

En fait mon premier réflexe a été de leur répondre « mais nous (moi) aussi on est pressés et on n’a pas que ça à faire, ça ne nous empêche pas de faire la queue ! » et puis heureusement j’ai réprimé ce premier réflexe. Et je me suis demandée : suis-je vraiment pressée ? Suis-je vraiment si pressée que je ne puisse pas perdre 10mn à faire tranquillement la queue ?

Et en vérité je n’étais pas pressée et je n’avais plus ou moins que ça à faire. Mon repas et ma douche n’allaient pas s’évaporer si je rentrais chez moi 10mn plus tard. L’Apocalypse n’allait probablement pas survenir. Et je n’avais aucun rendez-vous à honorer. (Juste très envie de me débarrasser des deux Tatie Danielle derrière)

J’ai aimé me dire que j’avais le temps mais je me suis sentie extraordinairement agressée par le stress de ces gens autour …

 

Sentiment renforcé en rentrant chez moi quand une voiture a violemment klaxonné (contre quelqu’un d’autre que moi) et que j’ai senti mon corps sur-réagir à ce bruit. Un sursaut, une contraction généralisée des muscles, le ventre qui se tord et le cœur qui s’accélère. Tout ça pour un coup de klaxon qui ne m’était pas destiné.

A ce moment-là j’ai compris.

Depuis mon retour d’Islande je me sens vraiment très stressée. Toujours sur le qui vive, toujours à réagir au moindre bruit agressif, toujours à me contracter excessivement. Je me sens à la fois oppressée et terrifiée. J’ai mis ça sur le compte du retour des vacances, une reprise du travail à fond les manettes et un enchaînement d’obligations contraignantes à remplir.

Mais en fait j’ai surtout du mal à me ré-acclimater à notre société, aux gens stressés et trop pressés, à ceux qui râlent ou qui braillent sans cesse, à leur égo démesuré (Moi, Moi, Moi), au bruit inutilement produit. Je me sens envahie en permanence. Agressée. Comme s’il y avait perpétuellement quelqu’un pour me marcher sur les pieds.

 

Et en vérité, je n’ai pas très envie de me ré-acclimater.

Au stress, au bruit et aux autres.

Pas envie de me considérer comme trop pressée alors que ça n’est pas le cas, pas envie de faire chier les gens parce que « MOI je n’ai pas que ça à faire ! ». Pas envie de cette vie là à courir comme un hamster dans sa roue.

Là j’ai surtout envie d’aller me réfugier dans une vallée déserte.

10j sans croiser plus de 2 voitures par heure, ça laisse quelques traces.

10j sans croiser plus de 2 voitures par heure, ça laisse quelques traces.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031