//

Cogito

Ménage par le vide

 

Waiting for departure

Waiting for departure

 

J’ai trié ma bibliothèque hier. Un déménagement se profile (assez loin) à l’horizon.

22 livres ont été déclaré aptes à la donation ou à la vente sur internet.

 

Je suis toujours fascinée par le fait de n’avoir aucun problème à trier ce qui est pourtant si important pour moi : les livres.

Je le fais régulièrement il faut dire, les contraintes de vie sont là, l’espace alloué à mes livres est restreint et non extensible alors régulièrement … il faut trier !

Et je n’ai donc aucun problème à le faire. Le temps fait bien son oeuvre il faut dire aussi : humm mais de quoi parle ce livre déjà ? Même en lisant le 4e de couverture ça ne me rappelle rien …

Si ça ne me rappelle rien, ça dégage. Un livre qui ne m’a pas marquée est un livre qui ne mérite pas de rester.

Si ça me rappelle quelque chose et que ce quelque chose contient un vague ennui, une difficulté à venir à bout du livre ou une lecture polie … ça dégage.

 

Je ne garde que les livres qui m’ont touchée au coeur. Les seuls que je pourrais avoir envie de relire un jour.

Le reste retombe dans une vague indifférence. Et le reste représente beaucoup de livres en fait.

 

Ce qui m’a en fait vraiment étonnée hier, c’est qu’en me promenant dans mes livres que je regroupe par genre et par auteur, je me suis rendue compte qu’il y avait un petit ilot de 5 livres un peu à part.

Il y a des indéboulonnables de ma bibliothèque. Des indéboulonnables non négociables : mes Terry Pratchett, mes Harry Potter, mes Trône de Fer, mes Marion Zimmer Bradley et mes Robert Jordan, mes Philip Kerr et mes Franck Thilliez.

(J’entends vos dents grincer Monsieur Goux 😉 )

Il y a mes guides de voyage aussi, souvenirs physiques souvent les plus tangibles qu’il m’en reste.

Pourtant … pourtant si je ne devais prendre que 5 livres, il n’y aurait aucun de ceux là. Et aucun qui aurait quoi que ce soit à voir avec ceux-là. Comme quoi …

 

Si je ne devais garder que 5 livres de ma bibliothèque il y aurait :

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

– Les cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini

– Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan

– Un autre amour de Kate O’Riordan

– La vie est brève et le désir sans fin de Patrick Lapeyre

– Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

(Comme vous avez tous un master de mathématiques vous avez vu que ça faisait 6 en fait)

 

Sans doute parce que ce sont ceux qui m’ont fait l’effet d’une claque dans la figure, d’une révélation, d’un bouleversement, d’une remise en question, d’une résonnance.

Sans doute parce que ce sont ceux qui ont le plus modifié ma vision du monde.

Discussion

2 Responses to “Ménage par le vide”

  1. J’ai fait plusieurs fois ce grand tri. Restent dans ma bibliothèque : des livres que je relirai à coup sûr (les premiers Nancy Huston, quelques Auster ..), des livres que je ne relirai sans doute pas mais qui ont été importants (Belle du Seigneur, Le trône de fer, L’Oeuvre de Zola …), des livres qui me sont encore à ce jour fermés mais dont je sais qu’ils s’ouvriront un jour (L’usage du monde, un bouquin de Vialatte, un autre sur le thé).
    Si je ne devais garder que cinq livres … OH. MY. GOD.

    Posted by minkala | 23 mars 2014, 10:44

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2016
L M M J V S D
« Nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

D’où viens-tu?