//

Dans ma valise

Incas et lac Titicaca : le récapitulatif

Allez il est temps de clore ce chapitre péruvien (soupir) avec tout ce que vous devez savoir sur le Pérou (sans savoir encore que vous devez le savoir!) (même si je vous en ai déjà dit pas mal en préambule), avant que vous ne réserviez votre billet d’avion !

 

[Pour ceux qui auraient été sur la lune dernièrement et qui auraient raté les épisodes précédents : le préambule, les super tops, les tops, les flops et les regrets du voyage]

 

Mais pour commencer une petite carte du périple comme on me l’a demandé afin que vous visualisiez mieux les choses …

 

Alors ça y est vous rêvez d’aller au Pérou et surtout au Macchu Picchu, vous êtes prêts à faire chauffer la carte bleue pour réserver, mais quand même …

 

Pour qui le Pérou n’est vraiment pas fait ? (ou avec conditions/aménagements)

√ Assurément pas pour les gens qui ont des maladies pulmonaires. Parce qu’au risque de me répéter – mais je préfère le faire tant dans mon groupe il y avait de gens manifestement pas au courant – faire le Pérou, faire le sud du Pérou mais n’en faire que le nord ne vaut pas le coup, c’est monter à au moins 4500m d’altitude. Et donc avoir nettement moins d’oxygène dans le sang (puisqu’il y en a moins dans l’air). Pour vous donner une idée, à 4500m d’altitude j’étais à 80% de saturation en oxygène. La normale c’est 99-100%. Schématiquement, en dessous de 90% en France on vous colle sous oxygène, voire même avant. Donc si à la base vous avez déjà une insuffisance respiratoire chronique, vous renoncez au Pérou. Désolée.

√ Si vous avez une maladie cardiaque … au minimum parlez en à votre médecin. Et dans tous les cas, ne jouez pas au con. Le système de santé péruvien est … médiocre, le nombre de centre de santé qualifié pour ce type de problème est réduit. Le guide me racontait qu’un de ses clients d’un groupe précédent avait fait un infarctus lors de son séjour au Pérou … ce monsieur était appareillé pour de l’apnée du sommeil et il était venu au Pérou SANS son appareil ! *se prend la tête dans les mains*

√ Réfléchissez y sérieusement si vous avez le mal des transports. Je ne sais pas à quel point la carte ci-dessus va vous parler en terme de kilomètres, et elle ne dit rien de l’état des routes (médiocres). Mais nous avons fait le trajet Lima-Arequipa en 2j et ça représente 1000kms. Et comme la Panamerica n’a rien de nos autoroutes français (même si elle est assez droite, quand vous quittez la côte pour monter sur Arequipa c’est de la montagne et je n’exagère pas) j’ai calculé que nous avions fait environ 20h de car en deux jours … Donc comment vous dire si vous êtes malade au bout de 30mn de voiture ? Par ailleurs ça s’allège un peu après mais on fait quand même beaucoup de car.

Une des solutions possibles c’est de faire ce trajet Lima-Arequipa en avion, un certain nombre de circuit le propose ainsi. Mais ça oblige à renoncer aux îles Ballestas et à Nazca. A vous de voir ….

√ Je l’ai déjà évoqué en parlant du Macchu Picchu mais si vous avez le vertige, vous devez réfléchir avant de vous engager dans ce voyage. Je ne vais pas vous dire de renoncer parce que je pense possible de le faire avec quelques précautions et adaptations mais je ne souffre pas moi-même de vertige donc vous devez y réfléchir au préalable, ça serait dommage vu que c’est le point d’orgue du voyage !

Ce n’est marqué nul part dans aucun guide que j’ai consulté ni aucun descriptif de voyage, personne ne vous mettra en garde et j’ai réellement engueulé mon guide de ça en lui demandant s’ils n’avaient jamais de problème et il m’a dit que « ah oui oups ça arrive fréquemment de devoir évacuer des gens sur civière parce qu’ils ont fait des malaises hi hi », et pourtant le Macchu Picchu est particulièrement vertigineux. Déjà pour y accéder. Même si ce n’est plus l’aventure comme me le racontait quelqu’un qui y est allé il y a 30 ans, qui avait dû sauter du train à un certain kilomètre puis marcher toute une journée et dormir là bas … ben c’est quand même encore bien l’aventure. Au delà du train de luxe qui vous emmène dans la ville au pied du Macchu Picchu (Aguas Calientes) il faut prendre une navette et c’est parti pour 20mn de grimpette acrobatique sur une route … en terre, hyper étroite (même moi j’ai serré les fesses quand on croisait une navette qui redescendait) et littéralement à flan de précipice puisque vous prenez 600m d’altitude en 20mn et n’espérez pas la moindre rambarde de protection. Néanmoins je pense que ça peut se faire en ayant le vertige pour peu qu’on soit prévenu et qu’on s’asseye côté couloir et non pas côté fenêtre et qu’on regarde devant soi. De même sur le site même du Macchu Picchu, vous prendrez forcément un guide (enfin je vous le conseille si vous y allez par vous même sinon vous n’aurez aucune explication), prevenez le ! Ils connaissent parfaitement le site (c’est impressionnant), sauront vous éviter les endroits particulièrement vertigineux comme le mirador qui domine le site et où on voit jusqu’en bas de la vallée là où coule la rivière. Parce que dans le site même du Macchu Picchu, malgré les montagnes environnantes, l’impression de vertige est vraiment moindre.

Et évidemment vous renoncez à toute idée de grimper le Wayna Picchu et sa pente à 60% (et si vous avez besoin d’une piqûre de rappel vous retournez voir mes photos).

 

Qu’est-ce qu’on met dans sa valise ?

Aaaahhhh c’est un petit peu compliqué là. On m’a souvent demandé depuis mon retour quel temps j’avais eu. Le problème c’est que la météo à Lima, à Arequipa, à Puno et à Cusco est assez différente à chaque fois, aussi à cause de l’altitude qui joue énormément sur les températures. Sans compter l’effet El Nino qui touche sévèrement le Pérou. Ca a été le cas depuis l’automne 2015 et la météo était seulement de retour à la normale en mai quand j’y suis allée. Moi je voulais partir plus tôt au Pérou, heureusement un ami météorologue m’a hurlé « naaaan pas trop tôt, pas avant mai, ya El Ninoooo ». Et puis il ne faut pas penser que les saisons soient les mêmes que les nôtres – loin de là – ainsi l’été est humide/pluvieux et l’hiver sec. Mais là encore renseignez vous bien avant de partir, ça change beaucoup d’une ville à l’autre.

Néanmoins pour vous donner une idée, à Lima (niveau de la mer) nous avons eu un temps chaud et humide, à Nazca un temps très chaud (35°) et très sec, à Arequipa (2400m d’altitude) beau et chaud, à Puno (3800m) beau mais froid le soir/la nuit, à Cusco (3400m) orageux et froid le soir. Nous avons ainsi eu de 35° sur la côte pacifique en journée à -5° la nuit au lac Titicaca … Mais nous avons toujours atteint au moins les 18-20° la journée en fait. En conséquence de quoi dans votre valise il vous faut du petit tee shirt et short léger à la polaire et l’imperméable. Voire si vous dormez dans une communauté du lac Titicaca de quoi empiler les épaisseurs pour avoir chaud la nuit.

Et prenez de vraies bonnes chaussures de marche. Les trottoirs – quand ils existent – sont généralement défoncés et dangereux, l’éclairage public chiche ou inexistant, les rues pas forcément mieux que les trottoirs.

 

Quelles sont les surprises ? (bonnes ou mauvaises)

⇒ Quand j’ai dit autour de moi que je partais au Pérou, une des inquiétudes majeures ça a été « mais vous allez manger quoi là bas? » (très français ça :D). Je m’étais préparée à manger poulet-patates pendant 15j comme c’est à priori LE plat péruvien. Et bien en fait je n’en ai pas mangé une seule fois et j’ai surtout HYPER BIEN MANGE !!!! Mais vraiment ! J’ai trouvé la cuisine péruvienne très fine et délicate. Avec quelques coutumes rigolotes comme le fait qu’au plat chaud quasi systématiquement en accompagnement de la viande vous avez droit à féculent + féculent. Donc riz + pomme de terre ou riz + fève ou pomme de terre + fève etc… j’ai d’ailleurs eu plus souvent droit au riz qu’aux pommes de terre alors qu’ils ont 300 variétés de pommes de terre (déception). Ils mangent assez peu épicé, il n’y a que dans le Papa à la huancaina qu’il y avait du piment mais il est très doux et franchement allez y les yeux fermés. Quelque fois il y a des petits pots sur les tables avec un mélange de … trucs coupés en brunoise, là par contre c’est fort, goûtez avant d’en mélanger à vos plats.

Sinon vous devez AB-SO-LU-MENT manger du ceviche !!! Bien préparé c’est une tuerie absolue !!!

On a mangé aussi du cochon d’inde, personnellement j’ai trouvé ça très bon et je n’ai absolument pas été traumatisée d’en manger n’ayant personnellement jamais eu de cochon d’inde (et ayant mangé des criquets en Thaïlande). En plus il était coupé, ça m’a fait plus bizarre de les voir entier en brochettes ^^.

Dans les trucs que j’ai adoré il y a également l’alpaga, un « cousin » du lama qui a une viande très délicate et qu’ils savent fort bien préparé en sauce.

Par contre à ma grande déception … j’ai très peu mangé de quinoa alors que je pensais en manger nettement plus (j’adore ça), sans compter que j’ai constaté avec horreur que la plupart des gens du groupe ne savait absolument pas ce que c’était. Qu’ils n’en aient jamais mangé, encore … j’aurais pu comprendre mais qu’ils me regardent comme un poulpe mort en me demandant ce que c’est parce qu’ils n’en ont jamais entendu parler, ça m’a tué. De même je pensais manger des mangues et il n’en a rien été (sniiiiif) et j’ai eu un mal de chien à trouver du chocolat (mais miam miam il était boooon!).

Niveau boisson alors le Pérou à son coca cola local (enfin racheté par la marque américaine désormais) qui n’a rien à voir avec le Coca auquel nous sommes habitués : il est jaune fluo et il a un goût de bubble gum. Personnellement j’ai détesté mais faites vous votre idée. De même la chicha est à goûter mais je n’ai pas vraiment aimé non plus 😉 Je vous souhaite par contre d’avoir l’occasion de boire à l’apéro un vrai bon pisco sour bien frais et bien dosé, une merveille (piégeuse mais tellement bonne).

Bref ne vous inquiétez pas, on mange très très bien au Pérou !

⇒ Dans les éventuelles mauvaises surprises il y a que souvent dans les hôtels, même d’un certain standing puisque nous avons toujours dormi dans au moins des 3 étoiles, l’eau chaude est parfois … aléatoire. Ainsi nous sommes arrivés à Arequipa très tard après une journée éprouvante de car et pas la moindre goutte d’eau chaude … le lendemain à 8h il y en avait par contre. Mais à 12h il n’y en avait plus. Etc … Bref c’est l’eau chaude de Schrödinger, surtout que si vous êtes en voyage organisé vous avez peu la main sur vos horaires donc peu de flexibilité pour vous doucher. Alors quand il fait 35° je n’ai pas trop de mal à me prendre une douche froide mais quand il fait plus froid ou pour me laver les cheveux, c’est plus compliqué. Mon conseil c’est de prévoir dans sa valise un gant de toilette pour les jours où la douche chaude est inexistante et la douche froide inenvisageable, et de se laver les cheveux dès qu’on a un créneau eau chaude (et un sèche cheveux … autre problème :D)

⇒ Le Pérou est un pays riche d’artisanat et peu cher pour nous autres européens (1 sol = 0,30€) mais on a jamais la garantie absolue de ce qu’on achète. Que ce soit pour l’argent ou la laine d’alpaga par exemple. Malgré les affirmations des vendeurs et les étiquettes/logos à l’air très officiel estampillant les objets. (nb : dans un centre sur les lamas et autres camélidés on nous a dit que les tissus très colorés qu’on voit partout au Pérou ne pouvait être en aucun cas en laine d’alpaga – donc encore moins en laine de bébé alpaga – la laine d’alpage ne prenant jamais la couleur de cette manière)

 

En vrac

§ Le Dollar est la monnaie de référence. Même si quand j’y suis allée, le pays était stable y compris sa monnaie (le sol), ça n’était pas le cas il n’y a pas si longtemps et j’ai vraiment senti la fébrilité du pays en y étant en pleine élection présidentielle. Par ailleurs, le Pérou observait avec inquiétude ce qui se passait au Venezuela, craignant la contagion. Il est possible qu’on vous demande de régler certaines choses en dollar (les vols par dessus les lignes de Nazca par exemple) mais il arrive aussi que les euros soient parfaitement acceptés (ça a été le cas quand j’ai acheté mes bijoux en argent). 

§ C’est « rigolo » comme quand j’ai parlé du Pérou, on m’a énormément renvoyé au lama (comme en Thaïlande à la prostitution …) . Pourtant le lama est loin d’être l’animal emblématique du Pérou. C’est la vigogne, qui est un animal superbe d’ailleurs. Je n’ai donc vu aucun lama cracher sur qui que ce soit (par contre j’en ai vu un foutre un coup de boule). Néanmoins le lama est un animal très stressé (d’où les crachouillis) et donc quand il couche ses oreilles vers l’arrière, c’est qu’il vaut mieux vous éloigner et le laisser tranquille.

§ Le Pérou c’est juste en dessous de l’équateur (la ligne et le pays mais je parle de la ligne là). L’une des conséquences de ça (en plus de « l’inversion des saisons » qui est bien différent de ça au Pérou) c’est que de même que si vous êtes allés aux Antilles un jour, eh bien à 5h soudain le soleil se couche brutalement. Pouf. Ça fait bizarre, je ne m’y fais jamais ^^’

Mais quand même le lama rasta c'est trop cool !!!

Mais quand même le lama rasta c’est trop cool !!!

 

 

Voilà j’ai probablement oublié des choses alors n’hésitez pas à me les demander en commentaires !

Alors prêts à partir ?

Discussion

4 Responses to “Incas et lac Titicaca : le récapitulatif”

  1. La référence au lama, c’est pas un rapport avec Tintin? J’ai un doute mais il me semble que c’est mentionné non?
    Et sinon moi les lamas, c’est pas mes potes. Je veux bien qu’ils soient stressés, mais quand on me crache à la figure, je suis un brin rancunière donc j’ai du mal avec ces bêtes-là 😉 Par contre va falloir que je cherche à quoi ressemble la vigogne 😉
    Des bises ma jolie. Ce n’est pas au Pérou que je partirais en priorité, mais tous tes voyages donnent furieusement envie 😉

    Posted by flofeenix | 26 juin 2016, 23:00
    • Je croyais avoir collé une photo de vigogne dans un billet mais je ne la retrouve pas effectivement. Il y en a dans toutes les photos que je t’ai envoyé, ça ressemble à une « biche ».

      Posted by Shaya | 26 juin 2016, 23:07
  2. Je pense que le Pérou n’est pas fait pour moi (pas à l’aise avec les hauteurs et entourée de gens souffrant d’asthme), mais c’était chouette de te lire sur le sujet. 🙂

    Posted by Georgia | 5 juillet 2016, 14:50
    • Merci 🙂 Et je pense que le plus important c’est de le savoir. Après je ne suis pas sûre que l’asthme justifie à lui seul de renoncer au Pérou, au contraire, mais à tout le moins il faut en parler avec un médecin.

      Posted by Shaya | 5 juillet 2016, 20:58

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2016
L M M J V S D
« Nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

D’où viens-tu?