//

L'enfer c'est ... les autres

Il y a aussi de chouettes moments

Il y a peu je twittais ironico-nonchalamment « 2 frères qui se battent au couteau devant la chambre où leur père se meure. Cette journée s’annonce prometteuse. ».

(Par moment je me demande quand est-ce que j’ai commencé à trouver ça normal?)

Une réaction à ce tweet m’a marquée, celle de Framboize qui me dit que souvent quand elle me lit elle a envie d’aller tuer des gens.

Au delà du fait que je considère avoir désormais totalement réussi ma vie puisque capable d’inciter les autres à se changer en tueurs psychopathes, ça m’a amené à quelques réflexions sur ce qu’on arrive à exprimer notamment via le net.

 

Je twitte/blogue (et même raconte de ma douce voix) souvent le pire de ce que je peux voir dans mon travail, ce qui me crucifie (et crucifie les autres), ce qui me réduit en miettes, ce qui me révolte.

Mais en creux de ces moments vraiment horribles à vivre il y a … de véritables moments de grâce. Des moments très chouettes, voire carrément magiques, où on s’attend à voir des licornes débarquer, de la guimauve pousser et des coeurs voler dans les pièces.

J’aimerais donner la même place dans mon discours à ces moments là qu’aux moments atroces. Mais ce n’est pas le cas, j’en ai parfaitement conscience. Et ça ne sera sans doute jamais le cas.

 

Je m’interroge pourquoi et je ne trouve pas bien de réponses.

Pas de réponse simple en tout cas.

Outre l’exemple spécifique que je cite, nous arrivons bien plus à mettre en lumière les aspects négatifs de nos vies que les aspects positifs, bien plus à crier notre déception/colère/déprime qu’à afficher publiquement nos joies et notre bonheur.

 

Je pense qu’il est bien plus difficile de susciter la même émotion que celle que nous ressentons dans les moments de grâce que de faire adhérer les autres à notre colère, à notre révolte ou à notre tristesse. Sans doute parce que les mots sont moins percutants, moins incisifs, que nous ne pouvons recourir au cynisme, à l’ironie ou à la moquerie. Sans doute aussi parce que de crainte de susciter les critiques, de ne pas assumer ce côté culcul, la pudeur viendra en voiler l’expression.

Sans compter que les moments de grâces recèlent souvent toute leur beauté dans l’intimité entre ses protagonistes, voire l’intimité de sa propre tête et de ses propres émotions, ainsi que la douce tranquilité qui les constitue, sont difficiles à rendre percutantes par des mots.

 

Et puis ces moments-là sont tellement précieux qu’on veut les garder jalousement pour soi plutôt que de les exposer (partager?) aux autres.

Ca ne veut pas dire qu’ils n’existent pas.

Discussion

4 Responses to “Il y a aussi de chouettes moments”

  1. Tiens, ça me parle drolement ça…. Par exemple je peux facilement exprimer ma haine de cette **** de voisine qui s’est ENCORE engueulé avec son mec devant mes fenêtres un dimanche matin à 6h30, d’ailleurs j’en ressens le besoin, sinon je vais exploser tellement je suis folle de rage, j’ai pas réussi à me rendormir, et j’ai besoin que ça sorte, c’est physique alors je vais en parler pour surmonter, sinon je crois que je pourrais descendre et aller lui casser la gueule.
    Enfin bref je crois que c’est ça, un pur moment de joie, c’est difficile à exprimer, mais en même temps, pas besoin, ça suffit à me combler, aucun manque, aucune urgence… Et c’est vrai, qui pourrait comprendre l’émotion que j’ai à mettre mon nez dans le gros bide de mon chat moisi qui sent la poussière et qu’elle se mette à ronronner? Mais je pense que c’est plus une absence de besoin de communiquer ces sentiments, que l’égoïsme de vouloir les garder pour soi, enfin c’est comme ça que je le ressens.

    Posted by poulpynette | 25 novembre 2012, 09:52
    • Tu veux qu’on mette un contrat sur la tête de ta voisine? 😉
      J’aime bien ce que tu soulèves, qu’on n’a pas besoin de communiquer à tout le monde les moments de bonheur.

      Posted by Shaya | 25 novembre 2012, 11:57
  2. avis purement personnel de ma part : je pense surtout que les gens réagissent plus facilement à la haine, la douleur etc… qu’aux moments de grâce. Sauf s’ils les partagent en même temps que toi.

    C’est un peu comme l’éternel question médiatique : pourquoi les infos montrent toujours la misère du monde

    MaO qui vit dans l’extase depuis 16h05 ce dimanche suite à la découverte de la messagerie intégrée d’Apple

    Posted by MaO | 25 novembre 2012, 18:25

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2016
L M M J V S D
« Nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

D’où viens-tu?