// archives

Archive for octobre, 2018

La liste imaginaire

Mon beau sapinou ! (c’est celui de l’année dernière évidemment,je n’ai pas encore sorti le mien quand même)

 

Est-ce qu’on est que fin octobre et que je commence doucement mais surement à rentrer dans le mode « Noël » ???

Oui parfaitement !

Je commence à réfléchir sérieusement aux cadeaux de Noël que je vais faire aux gens de mon entourage et incidemment je commence à réfléchir aux cadeaux de Noël que je n’oserai jamais réclamer mais qui me ferait plaisir (tout le fameux problème entre « je veux que les cadeaux de mon entourage soient spontanés », surtout que j’ai eu de très très belles surprises à plusieurs reprises, et « oui mais ils ne sont pas télépathes »).

Du coup je la pose là, je crois que ça va devenir un petit rituel de Noël pour moi, et comme il est tôt encore, peut-être que je la complèterai!

 

Cher Papa Noël, j’ai été sage cette année, enfin au moins quelques jours sur les 365 que l’année a compté, et pour Noël je voudrais :

  • ce pull en cachemire, parce que le cachemire c’est la vie (surtout l’hiver), couleur cerise. Je l’ai déjà acheté en deux couleurs (ocre et camel) alors financièrement l’acheter en une 3e couleur ça serait carrément exagéré mais quand même elle est magnifique cette couleur non ?
  • cette encre à lèvre dans la teinte « natural red » parce qu’on a toujours besoin d’un rouge à lèvre confortable et facile à porter non ? (si)
  • Ce livre des photos de Thomas Pesquet. Ou celui là de Virginie Grimaldi qui permet en plus de faire un don à une association.
  • J’adore le vernis mais c’est quand même super risqué de m’en offrir tant j’en ai et je suis devenue difficile, néanmoins je me tâte pour Victoire de Dior depuis des semaines (p’tet que je me l’offrirai pour mon anniversaire …)
  • Dans mes envies carrément folle, il y a de m’acheter une nouvelle étole en pashmina. J’en ai ramené une de mon voyage en Inde, qui est encore impeccable et merveilleuse pendant les mois d’hiver mais j’aurais dû en acheter 78 vu le prix que je l’ai payé (prix déjà élevé mais rien à voir avec le prix que ça coute en France!).
  • Heureusement j’ai aussi des envies un peu moins onéreuses (et que je risque un peu plus de réaliser par moi même) comme cette gelée de nuit anti-âge qui a l’air trop cool (même si j’ai pas besoin de produits anti-âge encore) (je suis hyper bon public pour les textures cosmétiques atypiques, j’ai honte d’ailleurs, mais j’ai toujours hyper envie de tester).
  • Je bave un petit peu sur ce body depuis des mois (bon j’ai jamais porté de body alors c’est peut-être juste un rêve qui s’avérerait moisi dans la réalité).
  • Comme je compte bien aller à Cuba l’an prochain, le guide du routard de Cuba ça serait vachement bien. Et comme le Laos se profile pour l’année d’après, ya moyen d’anticiper 😀
  • Cette photo <3 et celle là <3 <3 et celle lààààààà <3 <3 <3
  • J’hésite toujours à savoir si j’aurais besoin de ce sac pliant là ou pas. Enfin je kiffe la marque. Et ce motif en particulier ^^’ (je pense acheter un panier pour ma mère pour Noël)

 

Wohla! Va falloir que je m’arrête, le papa Noel ne pourra jamais mettre tout ça sous mon sapin !

 

(ça fait du bien de rêver n’empêche)

Le casse-tête de Noel

Prendre son envol

 

A moins que vous me lisiez depuis peu ou pour la première fois, vous le savez sans doute : j’adooooore Noel et la période des fêtes de fin d’année!

Je sens d’ailleurs que l’excitation qui marque pour moi cette période de l’année commence doucement à monter, probablement parce que je commence à mettre en place des choses en rapport avec cette période, que je commence à penser aux cadeaux que je vais faire et à qui.

D’ailleurs rien que de l’écrire là je commence à pousser un « hiiiiii » intérieur et je me contiens pour ne pas me mettre à applaudir des mains de joie.

 

Mais il y a un truc qui me gâche toujours un peu cette période. Ce sont les tiraillements familiaux.

A partir du moment où j’ai eu 18 ans et où la gestion des vacances n’a plus été réglée par le jugement de divorce, ça a toujours été un déchirement de choisir entre mes parents. Mon père l’a bien compris et a décidé d’inviter systématiquement ma mère pour Noel afin de m’épargner ce choix.

Ça aurait dû régler toutes les tensions autour de cette période.

 

Ça l’aurait fait si … s’il n’y avait pas eu la Maladie. S’il n’y avait pas la Maladie.

Peut-être que ça changera avec le temps si tout se passe bien, peut-être que c’est encore frais dans ma tête parce que ça ne date que des dernières fêtes de fin d’année, mais j’ai de plus en plus de mal à m’éloigner de chez moi. Parce qu’en 2015, la première attaque de la Maladie a eu lieu en novembre et elle m’a laissée complètement à bout de force pour les fêtes de fin d’année et il m’a fallu bien ces 15j de congés tranquilles pour m’en remettre. 

Parce qu’en 2017, la deuxième attaque de la Maladie a eu lieu en décembre, une semaine avant mes vacances de Noel et que j’ai bien cru que ces 15j ne suffiraient pas à m’en remettre suffisamment pour reprendre le boulot.

Alors oui, pour moi, la fin de l’année c’est une période que j’adore ET un moment où je sais que je vais être probablement à bout de fatigue et où j’ai immensément besoin de repos. Alors que les fêtes de fin d’année loin de chez moi, surtout quand je dois traverser la France (littéralement) pour aller voir ma famille, c’est surtout beaucoup de fatigue. Ce sont des mauvaises nuits, des moments sans tranquillité et sans repos, des contraintes, du stress. Et je ne peux plus me le permettre. Pas sans le payer au prix fort après. En tout cas c’est l’impression que j’en ai et le besoin de rester au plus près de mon cocon pour limiter les dégâts.

Tout serait tellement plus facile s’ils n’étaient pas aussi loin …

 

Et ça j’ai beaucoup de mal à le faire entendre à mon père.

J’ai aussi beaucoup de mal à le lui dire probablement. D’autant plus quand par ailleurs je n’hésite pas à prévoir de partir 4j en Italie en Novembre et en Janvier… (mais aller en Italie et dans ma famille, c’est pas pareil)

Si bien que plus Noel approche et plus ses demandes se font pressantes pour que je vienne les voir à cette période et plus moi je freine des quatre fers.

Parce qu’on n’est même pas en novembre encore et que je me sens déjà très fatiguée, parce que je sais l’automne toujours très compliqué et chargé professionnellement, parce que je n’aurai pas de vacances avant Noel et que le froid et les épidémies hivernales n’ont même pas encore commencé.

 

Et ça m’agace de sentir cette tension augmenter au fur et à mesure que Noel approche, et mon incapacité à répondre aux attentes de mon père et à assumer clairement de ne pas pouvoir.

L’eau a coulé sous les ponts

Bientôt

 

Quand je me regarde l’année écoulée (oui je sais, qui fait un bilan un 6 octobre ?) (moi) je me dis que j’ai drôlement changé en une année. En même temps, j’ai une impression de continuité, je n’ai pas de sensation de rupture. C’est assez étrange cette sensation contradictoire.

En ce moment je fais des choses que je n’aurais jamais fait avant, au point de ne pas me reconnaître par moment. En même temps, j’étais bien bête de ne pas les faire avant …

Et j’aime que les choses bougent, qu’elles avancent dans un sens ou dans un autre. Là dessus cette année n’aura pas démérité.

 

J’ai l’impression d’être devenue plus dure, plus rugueuse dans mes relations aux autres, plus détachée aussi.

Et d’avoir pris de l’assurance également. Tout ça.

J’ai l’impression de m’élaguer au fil des mois. De me défaire de tout le superflu, tout ce qui n’est pas vraiment important, pour ne garder que l’essentiel.

Peut-être que cette sensation de changement et de flottement me vient aussi de ces kilos perdus – à la fois peu et beaucoup – en ayant l’impression de n’avoir rien fait pour ça, de cette sensation de réappropriation de certains aspects de mon corps, il y a quelques années que je n’ai pas fait ce poids là, je ne sais même plus bien dans quelle taille m’habiller.

 

Je ne pensais pas que je me dirais, en repensant à ces 365 jours écoulés, que cette année était bien. Pourtant aujourd’hui c’est ce que j’en retiens.

Oh oui elle a été rude, terriblement même, j’imagine que c’est probablement ce qui m’a rendue plus dure.

Elle a été étonnante, pleine d’inattendus, de surprises et de rebondissements, pleine de défis aussi. Ou surtout. 

 

Voyons ce que la suite nous réserve … 

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep   Nov »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031