//
you're reading...

Cogito

Voyager sans les autres

On dit que les voyages forment la jeunesse ?

Moi je dis que ça te renseigne drôlement sur ton entourage aussi.

 

Et donc depuis que le Bárðarbunga (tenez aller écouter comment ça se prononce au lieu de répéter Bardarbunga comme des crétins finis en demandant si c’est Berlusconi qui a choisi le nom) toussote mais en fait oui mais en fait non mais en fait on sait pas trop – je veux bien croire que ça ne soit pas facile de savoir ce qui se passe dans un volcan sous 150 à 400m de glace – une réaction se généralise dans une partie de mon entourage …

« Alors Shaya tu es prête ? Enfin ……… si tu peux partir ! HA HA HA »

Qu’on peut traduire par : alors connasse, tu vas te le mettre où je pense ton voyage et ça me fait bien plaisir.

HA HA HA c’est clair que ça me fait trop rire la perspective de devoir annuler ce voyage !!!

 

Ah non en fait. Pas du tout.

 

Au début j’ai essayé de faire bonne figure, en serrant les dents.

Maintenant ça me fait franchement chier je n’essaye même plus de faire bonne figure et semblant de rire. Et si ça continue je pense que je vais me mettre à envoyer des missiles histoire de calmer tout le monde et de bien faire comprendre le fond de ma pensée.

 

Ça ne me fait pas rire déjà parce que c’est le cadeau que je fais à ma mère pour ses 60 ans, que je travaille dessus depuis des mois et que je n’avais pas choisi cette destination au hasard. Je veux que ce soit pour elle un voyage extraordinaire, fantastique, mémorable.

Ça ne me fait pas rire surtout parce que ça montre l’extraordinaire manque d’empathie de ces gens qui disent « m’aimer » et s’amusent follement à l’idée que mon voyage soit annulé. Disons les choses, j’ai passé un mois d’août interminable et vraiment merdique entre le déménagement, l’installation, le temps pourri me privant des activités habituelles qui rendent ce mois si agréable dans ma ville et les gens partis les uns après les autres entre 2 semaines et 1 mois en vacances qui te font bien sentir comme ils kiffent trop pendant que toi tu en chies. Les mêmes qui maintenant s’amusent que ma propre bulle puissent être pourrie par un volcan.

Je leur proposerais bien qu’on inverse les rôles histoire de voir si ça les amuse toujours autant.

Et je sais parfaitement que je ne ferais pas la même chose à leur place. En juin le voyage en Indonésie de ma meilleure amie était menacé par la grève des contrôleurs aériens, elle me disait « on va pas partir », je lui répondais « mais si mais si ! Et ça sera génial tu verras! ».

 

Heureusement tout mon entourage n’est pas comme ça.

Il y a ceux – pas forcément les plus proches à la base en plus – qui m’aident à rester confiante, me rassurent ou qui me disent qu’ils espèrent fort que je vais pouvoir partir.

Souvenirs de Guadeloupe ...

Souvenirs de Guadeloupe …

 

Étrangement – enfin non – mes voyages ont toujours été sources de problème avec une partie de mon entourage.

A ce titre-là, la Thaïlande a été une leçon mémorable.

 

L’autre jour, je discutais avec une amie – guide donc grande voyageuse – qui me disait à quel point elle s’était souvent sentie frustrée et en décalage avec son entourage à propos de ses voyages. Elle, essayant de les partager et se heurtant à un entourage qui s’en fiche ou ne comprend pas car n’étant pas là pour vivre. Je me suis reconnue dans ses propos, d’ailleurs après notre voyage en Thailande, Chouyo m’avait offert un livre des plus appropriés qui s’intitule « de l’art d’ennuyer en racontant ses voyages ».

J’ai arrêté de vouloir faire partager mes voyages, notamment depuis un retour de long week-end à Venise où voulant faire partager ce moment à un proche il m’a répondu un violent « non, je m’en fous », sauf à des gens qui se montrent vraiment intéressés – souvent eux-mêmes voyageurs – et/ou qui me réclament 18000 photos.

 

Il est intéressant d’avoir un blog, ça permet de garder une mémoire écrite de ce qu’on a ressenti il y a plusieurs mois / années. Et je me suis rendue compte que je tournais en rond sur cette question depuis des années (c’est pas bon ça).

Établissant ma liste d’adresses des personnes à qui j’allais envoyer une carte postale islandaise je me faisais la réflexion que la moitié des gens sur cette liste n’allait manifester qu’une joie modérée à la réception de ladite carte et qu’un intérêt encore plus modéré envers mon voyage. A quoi bon se décarcasser et leur envoyer une carte ?

 

Je ne sais pas. Il n’est pas impossible que je n’envoie de cartes postales à personne en fait et que je me rattrape autrement avec ceux à qui cette attention aurait vraiment fait plaisir. Et que je fasse ce voyage libre des autres.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930