//
you're reading...

L'enfer c'est ... les autres

Une affaire de femmes!

Il est rare que j’écoute autre chose que de la musique à la radio. Je me suis souvenue pourquoi dernièrement : c’est comme la tv, ça peut vite m’énerver tant d’âneries.

Pourtant l’autre fois je ne sais trop comment je me retrouve sur France Info. Exceptionnellement je laisse parce que ça parle rugby, et que pour une fois ça ne me dérange pas d’entendre parler. En plus je suis occupée et j’écoute d’une oreille distraite.

Et soudain mon cerveau frémit : une psy-qu’analyse dont je n’ai pas retenu le nom sur le moment donne ses conseils sur une gamine de 7 ans qui fait de l’énurésie.

Jusque là ce qu’elle disait n’avait pas attiré mon attention plus que ça jusqu’à ce qu’elle sorte … « les couches c’est une affaire de femmes, le père n’a pas à intervenir là dedans ».

J’ai fait un tel bond que ma tête est ressortie par le plancher du dessus.

 

Je twitte ma colère devant cette affirmation et on me dit de réécouter attentivement avec le contexte, qu’elle a dit que la petite faisait peut-être de l’énurésie par peur inconsciente de l’inceste etc …

 

Je trouve le podcast, je réécoute … ça m’énerve toujours autant!

Tiens fais toi ton avis !

 

D’une manière générale j’ai beaucoup de mal avec les psy ou les médecins médiatisés. J’ai tendance à éprouver un immense mépris pour eux que leur étiquette professionnelle met la plupart du temps à l’égal d’un dieu omniscient et tout-puissant et dont la parole a un pouvoir ENORME quand bien même ils ne sont pas forcément les plus compétents.

Et là très clairement cette intervention est des plus irritantes sur plein de points.

Déjà la psy reconnait ne pas avoir assez d’éléments sur l’enfant pour expliquer le pourquoi de son énurésie mais ça ne l’empêche pas d’émettre tout un tas d’hypothèses – complètement au pif donc. A la limite je peux le comprendre parce que c’est ce qu’on attend d’elle dans une émission de ce type.

Mais accessoirement sans se baser sur quoi que ce soit de solide, elle dit des choses très « graves » susceptibles d’avoir un impact important sur l’auditrice qui a fait appel à elle. Dans notre société on ne prononce pas le mot « inceste » – même dans le cadre de la phrase psychanalytique « peur inconsciente de l’inceste » – sans que l’impact puisse être énorme. Elle est sensée le savoir.

Même si elle n’accuse pas qui que ce soit de le faire, lâcher ce mot comme ça dans une intervention de 2mn sans le moindre cadre ni la moindre explication approfondi me met mal à l’aise …

 

Surtout quand on la relie à la fin de l’intervention …

 

Que le père ne s’occupe pas des couches que sa fille porte la nuit, que c’est une affaire de femmes!

Ok …

MAIS C’EST QUOI CET ARGUMENT??? « Une affaire de femmes »??? Ca veut dire quoi?

Un père n’a rien à faire dans l’énurésie de sa fille? Pourquoi? Je peux imaginer qu’on puisse vraiment le penser (même si j’ai du mal à la comprendre) mais dans ce cas je voudrais qu’on m’explique pourquoi! Et un peu mieux qu’avec un non-argument.

A titre de comparaison, ya pas si longtemps, l’accouchement aussi était considéré comme « une affaire de femmes » dont les hommes étaient exclus et s’excluaient! Les choses ont bien changé depuis non?

Inversement c’est typiquement le genre de « raisonnement » qu’on peut renverser et nous renvoyer dans la gueule : les femmes n’ont pas à s’occuper de politique/d’économie/de mécanique/d’armées/de décisions/d’argent, c’est une affaire d’hommes! Les enfants, le ménage et la cuisine, aux femmes puisque c’est leur affaire, le reste aux hommes!

C’est simpliste n’est-ce pas? Et imparable.

Accessoirement je me demande … et si ça avait été un petit garçon qui faisait de l’énurésie au lieu d’une petite fille, la mère n’aurait pas eu à s’en occuper? Ca aurait été une affaire d’hommes? J’en doute.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930