//
you're reading...

Chez moi

Un mois de liseuse numérique et autres geekeries

Nous sommes le 25 janvier, ce qui signifie qu’il y a un mois c’était Noel (beuuuuh) et que j’ai donc ma liseuse depuis un peu moins d’un mois.

Le temps d’un bilan non?

Oui.

 

Or donc on nous apprend que la liseuse numérique a vécu et que la tablette gagnera sur elle.

En ce qui me concerne les deux ne font pas double emploi et chacune trouve parfaitement son utilité dans des moments différents.

Je ne doute pas que cela soit possible voire probable mais il se trouve que je m’avère ma foi assez peu convaincue par ce fameux intérêt du multi-tache.

La preuve en est que j’adhère totalement à cette déclaration de Chouyo (que je m’étais jurée de placer un jour sur ce blog!) lancée un jour que nous visitions un temple thaïlandais en ricanant derrière un touristique crétin qui prenait des photos dudit temple à l’aide de sa tablette « les gens qui disent qu’ils n’ont pas besoin d’un APN parce qu’ils ont une tablette c’est comme si je disais que moi je n’ai pas besoin de PQ puisque j’ai une bibliothèque ». (♥)

 

Donc, bilan d’un mois de liseuse :

♦ 4 livres lus sur elle. Non, dévorés. J’avais lu – un peu péniblement – deux livres sur ma tablette et je reconnais que la qualité de lecture n’a absolument rien à voir. Tant au niveau de l’éclairage (pourtant je règle toujours ma tablette sur le minimum) que de la prise en main. Je n’ai ressenti aucune fatigue oculaire pendant les longues heures de lecture, le plaisir a été identique à celui éprouvé lors de la lecture d’un livre papier.

Sauf sur un point : j’ai littéralement été envoûtée par Hunger Games, de ces envoûtements qui rendent difficile d’arrêter la lecture. Quand ça m’arrive avec un livre papier, je mesure d’un coup d’œil et d’un coup de main ce qu’il me reste à lire et je me raisonne ainsi en me disant qu’il reste trop de pages à lire pour terminer ce soir (ou que justement je peux le faire!). Sur la liseuse, j’ai beau avoir activé la numérotation des pages, ça ne me frappe pas l’esprit comme de voir visuellement ce qu’il reste.

 

♦ Depuis que j’ai ma liseuse j’ai donc lu 4 livres sur elle. Mais aussi 4 livres papier. Egalité. J’ai emprunté 3 livres à la bibliothèque, j’en ai acheté 3 à ma librairie et aucun en numérique encore (parce que vous m’en avez offert plein) (d’ailleurs l’un(e) d’entre vous m’avez proposé de me faire passer Home de Morrisson mais je ne sais plus qui, si jamais cette personne repasse ici je voudrais toujours le lire ^^). Je n’ai pas abandonné le papier et je pense ne jamais le faire, les deux ont trouvé leur équilibre en fait.

Actuellement je lis en parallèle un livre papier, un livre numérique et un livre emprunté à la bibliothèque. Je varie en fonction des envies mais jamais le support ne conditionne les choses… Sauf dans le bus. Pour l’instant je n’ai jamais pris ma liseuse dans le bus pour la simple et bonne raison que nous sommes en hiver, qu’il fait parfois facilement – 10 le matin ou qu’il neige. Avec un peu de chance il se contente de pleuvoir. Bref froid et/ou humide et je marche facilement 15 mn pour rejoindre le bus, je n’ai pas spécialement envie que ma liseuse souffre de ces conditions climatiques alors pour l’instant je garde le papier pour le bus et en fait c’est pas mal.

 

♦ Je pense expérimenter tout l’intérêt de ma liseuse lors de mon voyage en Guadeloupe tant pendant les 8h de vol que pour le gain de place dans la valise. Néanmoins je me demande si je ne devrais pas glisser un livre papier ou deux pour les expéditions plage du séjour, je me demande si la liseuse supporterait mieux le sable, la chaleur et le soleil que la neige et le froid ? (j’en doute mais votre avis m’intéresse)

J’ai déjà pu constater l’intérêt de ma liseuse lors de mon week-end à Venise et surtout je bénis la norme mini-usb universelle. Un seul chargeur pour ma liseuse, mon smartphone etc… Je trouve que c’est vraiment le pied!

 

♦ Je me pose toujours beaucoup de question par rapport à « l’objet » livre-liseuse et au sentiment d’être « déproprié » de mon livre dans le sens où je ne fais pas ce que je veux de la version numérique. Je n’ai trouvé aucune réponse pour l’instant mais les questions sont bien présentes.

 

Et sinon?

Il se trouve en fait que ma liseuse est arrivée pile au bon moment.

Je trouvais qu’internet avait trop envahi ma vie et empiété sur mon temps de lecture. La tablette ne permet pas de lire aussi parce que connectée elle est source de distraction permanente. C’est aussi ce qui me gêne dans le multi-tache.

J’avais déjà repris d’avantage mes livres, prenant un peu mes distances avec l’instantané et le néant (twitter/facebook etc) pour renouer à la fois avec l’écriture – ici ou ailleurs – et la lecture.

Je le vois lors de mon trajet en bus, je passais perdais beaucoup de temps à consulter ce qui se disait sur les réseaux sociaux pour m’apercevoir qu’il n’y avait rien eu d’intéressant mais que j’y avais passé trop de temps pour pouvoir lire. Depuis que je n’y fais que lire, j’ai vraiment l’impression de décompresser pendant ce temps là, si bien que les trajets en voiture me font regretter mon moment lecture.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930