// archives

Vamos vamos a la playa

This tag is associated with 2 posts
St Marc éclairée

L’école, les vacances, les voyages

Entends-tu les antres de la Terre qui fument ?

Entends-tu les antres de la Terre qui fument ?

⇒ Il y a quelques jours une patiente m’expliquait que sa fille, son gendre et ses deux petits enfants de 1 et 8 ans allaient partir le lendemain pour quelques jours de vacances à l’étranger parce que c’était moins cher. Avant la fin de l’école donc en ce qui concernait son petit fils de 8 ans. Et que la maitresse n’était pas contente contente alors qu’il a d’excellentes notes.

 

Je ne m'en lasse pas

Je ne m’en lasse pas

⇒ Quand ma famille a décidé de partir en Guadeloupe il y a deux ans, ma belle-mère a été intraitable : pas question que mon petit frère et ma petite soeur ratent le moindre jour d’école. Quand bien même ils n’avaient aucun problème dans leur scolarité. Pas question !

 

Séville ma douce Séville

Séville ma douce Séville

⇒ Je crois bien ne jamais avoir fait la fin des classes en primaire. Ou alors vraiment pas très souvent. Pour des raisons de santé qui m’obligeaient à rater au moins la dernière semaine (si ce n’est pas plus, il faudrait que je demande à ma mère). Je ne crois pas avoir jamais eu la moindre remarque de la part de mes maitresses ni que ma mère en ait jamais eu. Il faut dire que j’avais un an d’avance et des notes excellentes, peut-être que ça a joué.

 

Le dégradé des couleurs de la Manche

Le dégradé des couleurs de la Manche

⇒ Quand j’étais à la fac, j’ai eu l’occasion de partir faire un voyage au Maroc. Mais ça impliquait de rater une semaine de cours. J’étais à la fac certes mais dans une section bien particulière, une petite trentaine de personnes recrutées sur dossier dont on contrôlait la présence à chaque cours. Impossible de partir sans que ça se voit et les 3 absences non justifiées autorisées n’y suffiraient pas. Alors je suis allée voir la responsable de mon année d’étude et je lui ai expliqué que j’avais la possibilité de partir en voyage mais que ça impliquait une semaine d’absence. J’étais une très bonne élève (oui toujours) et peut-être que là aussi ça a joué, je n’en sais rien. Mais elle a surtout eu cette réponse : elle m’a dit que voyager était toujours une chance et un moment où l’on apprenait beaucoup et que j’allais peut-être rater une semaine de cours théoriques que je rattraperais après mais que j’allais surtout apprendre une foule d’autres choses.

 

Sur le coup je me suis surtout réjouie de son accord, je n’ai pas bien compris le sens de son message. Le Maroc était mon premier vrai gros voyage à l’étranger. Maintenant que j’ai plus de recul et d’expérience, je me rends compte à quel point sa réponse était intelligente. Il n’y a pas que le scolaire, les voyages apprennent beaucoup d’autres choses, ouvrent à autre chose.

Encore faut-il l’entendre.

 

De l'extrême pointe de la Guadeloupe ...

De l’extrême pointe de la Guadeloupe …

On s’en ira toute la nuit

Nonobstant (j’adore ce mot, je le collerai partout si je pouvais « nonobstant la nonobstation ») le fait que c’est un week end de travail (plus le lundi) qui s’ouvre devant moi, le fait est que dans ma tête je suis plus ou moins déjà en vacances.

Et en Andalousie.

 

(Quand bien  même la chanson utilisée dans le titre fait référence à l’Italie – qui pourrait bien être la prochaine destination – et non à l’Espagne mais bon faut arrêter de chipoter!)

 

Étrangement ce départ est loin d’être aussi serein que d’habitude concernant un point de détail : l’internet.

Ca ne m’était jamais arrivé jusque là mais la perspective de me retrouver une semaine complètement coupée du net m’angoisse.

C’est particulièrement stupide et je ne comprends pas vraiment pourquoi ça me fait ça mais le fait est qu’il y a une sourde angoisse derrière tout ça.

Dans la catégorie particulièrement débile débile il y a le fait de ne pas pouvoir bloguer pendant une semaine alors que franchement je ne blogue plus quotidiennement et que je peux bien me passer de bloguer pendant une semaine.

Je suis loin de passer mon temps sur l’ordi et le net mais en fait savoir que c’est toujours là pour faire une recherche ou pour communiquer, c’est devenu une sécurité. Ca ca craint vraiment. J’ai lu nombre d’articles qui décrivaient comment on était devenu angoissé et insécurisé par cette habitude d’être en contact permanent avec les autres et je constate que je ne fais pas mieux que les autres.

Je sais que l’idée qu’on ne pense pas à moi parce que je ne serais pas là est stupide … pourtant elle est là. *Mode Caliméro*

(Enfin en vrai ce qui me stresse le plus c’est de ne pas avoir tout le temps sous la main google maps et google translate pour me débrouiller tranquillement)

 

Je suis officiellement une grosse junkie de l’internet et il va falloir que ça change.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Sorry:

- Instagram feed not found.

Previously

octobre 2019
L M M J V S D
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031