// archives

Guadeloupe

This tag is associated with 3 posts

L’ile aux deux visages : la fin

Un billet fourre-tout sur la Guadeloupe comme je l’avais dit avec autant de conseils que d’impressions diverses et variées.

 

– On m’avait dit que les insulaires recevaient mal les métropolitains. Ben moi tous les guadeloupéens que j’ai rencontré ont été adorables (sauf une donc bon ça va), ouverts, serviables et tout. Après nous aussi on avait peut-être adopté l’attitude qui va bien en face… Comme m’a dit une collègue « quand on me prend de haut/parle comme à une merde moi aussi je reçois mal les gens ».

 

– La Guadeloupe n’est pas forcément si chère qu’on le dit. C’est sur que si on veut ses petits yaourts et son petit camembert va falloir le payer. Par contre si on mange tomates, mangues, bananes, ananas, goyaves, accras, boudins et poulets produits sur l’île bah ça va (1€ le kilo de tomate ça ne ruine pas). En ce qui concerne les resto, pareil pour peu qu’on cherche un peu (les guides ça aide mine de rien) on trouve des menus (et souvent les menus en Guadeloupe vont de l’apéro au café, vin compris …) langoustes pour 30€, des menus « normaux » entre 12 et 20€.

 

– Autant sur Grande-Terre que sur Basse-Terre il serait dommage de négliger l’intérieur des terres au seul profit des côtes. Il faut aussi parcourir les routes vallonnées de Grande-Terre et montagneuses de Basse-Terre.

 

– Prévoyez le budget crème solaire 50 + après soleil + anti-moustiques en conséquences. Le soleil est vraiment mauvais et malgré toutes mes précautions j’ai pris un coup de soleil malgré le temps nuageux mais certains membres de ma famille qui se sont moins méfiés (ou se sont crus plus malins) ont carrément récolté des brûlures au 2e degré. Et je ne me suis jamais autant fait bouffée que là bas, ils étaient vicieux ces putains de moustique, j’ai du revenir avec au moins 50 piqûres malgré une application rigoureuse de l’anti-moustique.

 

– Ne faites pas comme ma famille, malgré mes conseils, ne partez pas sans une paire de sandales en plastiques pour aller vous baigner. Les oursins sont légions sur certaines plages, les coraux aussi et si les premiers sont piquants les seconds peuvent être hyper coupants (ma petite soeur en a fait l’expérience), les sandales en plastique devraient drôlement vous tranquiliser pour aller tremper.

 

– Si je devais retourner en Guadeloupe, je ferais une semaine sur Grande-Terre, une semaine sur Basse-Terre. Histoire de s’éviter les kilomètres certes pas forcément énormes mais pénibles pour passer d’un côté de l’île à l’autre. La traversée de Pointe à Pitre et la partie St François-Ste Anne-Gosier peuvent véritablement être un calvaire. Ca oblige éventuellement un peu à cloisonner le voyage mais pas de manière irrémédiable non plus.

 

– J’ai trouvé très touchant (et drôle) de pouvoir relier mes différents voyages. Ce visage qui surgit soudain face à moi appartient certes à un guadeloupéen mais est fondamentalement tellement indien (il y a une grosse communauté indienne là bas). Influence qui se retrouve dans mon assiette avec ce colombo de poulet aux accents de curry et surtout ce Dhall qui bien plus que le nom en a la saveur.

[Edit suite au commentaire de Poulpy : la nourriture est loin d’être aussi épicée que je le craignais. J’avais eu l’occasion de manger réunionnais et les premiers repas je les ai pris avec crainte. Craint injustifiée. Du piment sur les étals oui, dans les plats parfois mais toujours en quantité très très TRES raisonnable ou alors clairement signalé, jamais par surprise. J’ai trouvé la cuisine guadeloupéenne très fine et délicate dans les saveurs, pas lourde et embrasante comme peu l’être la cuisine indienne donc allez y!]

L’ile aux deux visages (part two)

Après avoir évoqué pour vous quelques souvenirs visuels de Grande-Terre, passons de l’autre côté de la rivière salée et intéressons nous à l’autre partie de la Guadeloupe : Basse-Terre.

 

J’ai souvent entendu dire que : les plus belles plages étaient à Grande-Terre, la nature plus folle à Basse-Terre.

Je ne serai pas aussi tranchée personnellement.

Les plages sont plus nombreuses à Grande-Terre assurément, mais Basse-Terre en a d’aussi belles surplombée par la Soufrière. Et si les cascades et les bains chauds de Basse-Terre font rêver, les champs de cannes à sucre ont leur charme.

 

♥ J’ai aimé follement la Soufrière.

Volcan encore actif dont les fumerolles au sommet vous font tordre le nez sous l’odeur d’oeuf pourri. Les deux cratères dont on ne peut pas s’approcher sont déjà bien impressionnants de loin quand bien même ici nulle lave en fusion. Et ce bruit qui s’en dégage, ce bruit!

Le monstre endormi

 

La montagne guadeloupéenne

 

Un cratère avec son fumerolle

 

L'antre de la bête

Le cratère sud (de loin, beaucoup plus actif et impressionnant)

 

♥ J’ai aimé pouvoir me baigner dans des cascades, véritables fantasmes, et les nombreux bains dont l’eau à 33-35° était chauffée naturellement par l’activité volcanique (pas de photos par contre à vous montrer pour ça)

le saut d'Acomat

 

La cascade aux écrevisses (pour les touristes de la même couleur j'imagine 😉 )

 

♥ J’ai aimé la splendide plage de sable noir des Trois-Rivières, appelée Grande-Anse, d’où on apercevait les îles des Saintes …

Grande Anse de Trois-Rivières

 

…. mais aussi Grande-Anse au sable gris, située plus haut vers Pointe-Noire et sa petite soeur, l’Anse de la Perle

Anse de la perle

 

♥ J’ai aimé enfin cette nature profusante (quoi?), ces arbres immenses, ces bambous gigantesques, ces fleurs chatoyantes, ces rivières joueuses

La jungle presque

 

Glou glou

 

Autre glou glou

 

Départ pour Paris ce matin mais j’aurais internet et je ferais un 3e billet fourre-tout sur la Guadeloupe uniquement écrit (mais je pense remettre d’autres photos par ci par là).

L’île aux deux visages (part one)

S’il y a une chose que je ne peux pas dire de la Guadeloupe c’est qu’elle ne m’a pas immédiatement séduite, détruisant toutes les résistances et les a-prioris que je pouvais avoir envers elle en quelques instants.

« On » m’avait la Guadeloupe bien plus décevante que la Réunion à la nature fantastique et bien moins belle que la Martinique.

On est un con.

Sans avoir jamais mis les pieds à la Réunion ni à la Martinique, de ce qu’on m’en a dit justement je pense que la Guadeloupe est une belle synthèse entre les deux.

 

Résidant pour mon séjour à St François, sur la partie Grande-Terre de la Guadeloupe, commençons donc par cette partie de l’île!

 

On ne peut pas dire que notre séjour ait commencé sous les meilleures hospices météorologiques.

Cela faisait des jours que je regardais la météo en me demandant bien ce qu’il se passait puisque la Guadeloupe connaissait un épisode chaud et humide avec des alertes aux orages et aux pluies violentes.

On m’avait rassurée mais évidemment on n’y a pas coupé …

Arrivés à Pointe à Pitre aux alentours de 13h, à peine avions-nous pris nos voitures de location et la route que le ciel nous a gratifié d’un abat d’eau continu plus qu’abondant qui nous a fait faire en 2h30 un trajet de 42 km …

Déprimant pour la suite. Et en voyant comment les routes et les champs étaient inondées et la terre ravinée on a craint le pire.

Mais finalement cette première après-midi aura été la pire, malgré une alerte orange aux orages maintenue les jours suivants on a eu l’occasion de voir le soleil entre deux grains, nous permettant de nous baigner et de profiter bon an mal an de l’île.

 

Et quelle île …

Je ne pensais pas être autant dépaysée sur ce qui n’était pour moi qu’un petit morceau de France sous le soleil des tropiques. Je me trompais fort.

 

 

♥ J’ai aimé la pointe des châteaux.

Endroit spectaculaire, doigt de roche tendu vers la Désirade avec un petit goût de Bretagne ce jour-là.

(Sauf qu’il faisait 30°)

Je ne vous avais pas menti pour le temps

Vers le reste de la Guadeloupe

 

La Guadeloupe c'est aussi ça

 

♥ J’ai aimé les falaises aperçu depuis la pointe de la Grande-Vigie, je ne m’attendais guère à en trouver là-bas

Mais ... ?

 

♥ J’ai aimé follement les Ilets de Petite Terre, une réserve naturelle de deux petites iles à quelques kilomètres de la Guadeloupe.

La plage de rêve

 

J’ai aimé me promener sur l’un de ces ilets, approcher des iguanes qui malgré leur physique fuiaient à notre approche.

Ceci est un combat d'iguanes

 

J’ai aimé les eaux turquoises de son lagon que le corail protégeait, nager avec des tortues (hiiiiiii), des poissons multicolores, des raies et des requins citrons.

Ca fait comme une mini piscine

 

J’ai eu la chance extraordinaire lors de cette excursion que de croiser la route de dauphins et de baleines (non mais des baleines! J’ai vu des baleines en vrai!) (et j’ai pas pris de photos tellement j’étais en extase … boulet va!)

Hiiiiiii des dauphiiiiiins! <3 <3 <3

♥ J’ai aimé enfin la plupart de ses plages de cartes postales croisées un peu partout. Des cocotiers ou pas de cocotiers, du sable plus ou moins blancs, plus ou moins fins, une mer plus ou moins calme suivant les jours et la présence d’un lagon mais toujours une eau limpide et chaude. Toutes différentes, chacunes leurs charmes et pour peu qu’on évite LA plage ultra-fréquentée, relativement déserte. Mais sur Grande-Terre, les criques sont nombreuses et chacune recèle une plage.

La plage des Salines, refuge des poissons multicolores (et d'André Manoukian)

 

L'anse de la Gourde

 

La plage de Bois Jolan

 

La plage secrète de St François

 

La suite … bientôt.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

juillet 2019
L M M J V S D
« Juin    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031