// archives

Excusez moi

This tag is associated with 1 posts

Mieux vaut prévenir que guérir

Les messages mignons de mon corps

 

Les rdv médicaux se suivent et ne se ressemblent pas. Pas le même médecin, pas la même spécialité, pas les mêmes préoccupations.

Aux médecins hospitaliers qui me suivent de près désormais s’ajoutent ceux, libéraux, qui me suivaient déjà avant. De loin. Une fois par an. La gynéco, l’allergologue, la dermato …

Autant de médecins qu’il faut informer du changement de situation (brutale) qui s’est produit en un an, des nouveaux traitements, des ajustements effectués parfois sur ce qui était théoriquement leur pré carré, voire carrément expliquer cette maladie rare que même eux ne connaissent pas toujours.

Autant de nouvelles réactions à encaisser, de réflexions à gérer, d’attitudes à digérer. La commisération quand elle vient d’un médecin c’est toujours plus compliqué à gérer que quand elle vient d’une personne lambda.

J’en rigole souvent après. Plus ou moins jaune.

J’en parle aussi. Pas mal. Ça me permet de mettre ça à distance, toutes ces choses des autres à (di)gérer.

 

Donc j’en parle à mes proches, en riant ou avec cynisme. Je me lance, pour moi c’est quasiment anodin, et je raconte ce que le médecin m’a dit ou sa réaction ou la mienne. Et j’en rigole.

Et quand j’ai fini … je réalise que je suis la seule à en rire, que mon entourage lui n’en rigole pas du tout. Qu’il semble même plutôt probablement heurté.

 

Il me faut réapprendre la prévenance. Envers eux.

Le bon côté des choses c’est que moi j’ai probablement progressé sur le chemin de l’acceptation pour que tout ceci soit devenu si banal pour moi. Pour que j’arrive si facilement à dire.

Le mauvais … c’est que j’ai oublié que mes proches n’étaient pas moi. Que j’étais probablement mieux armée qu’eux (et que pas mal d’autres personnes) pour comprendre, argumenter, poser les bonnes questions aux médecins et me sentir aux commandes. Parce que je subis ma maladie, c’est certain, mais je me sens néanmoins aux commandes de tout ce qui est fait par rapport à elle. Je me sens en fait comme le capitaine d’un bateau qui essuie des tempêtes, parfois sans les avoir vu venir, mais qui décide toujours de comment l’affronter et y faire face.

Ce qui n’est pas le cas de mes proches …

 

Ils ne viennent pas avec moi à mes rdv médicaux, ils ne peuvent pas poser leurs propres questions sauf à moi et bien souvent ils n’osent pas le faire (et je n’ai pas forcément les réponses). Ils ne comprennent pas les mécanismes de la maladie et donc ces implications et même si j’essaye de le faire ils n’ont pas les connaissances de base pour ça, si bien qu’en général je renonce. Et du coup ils ne comprennent pas forcément pourquoi telle remarque me fait rire.

Sans compter qu’on s’inquiète toujours plus pour les autres que pour soi-même en fait …

 

Il va falloir que je me fasse un journal intime pour raconter les blagues médicales je crois.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031