// archives

Andalousie

This tag is associated with 6 posts

Te quiero Sevilla

J’aime toujours autant Séville.

Ce qui est une bonne chose, j’aurais détesté que ce long week-end vienne mettre en l’air le doux souvenir que j’en avais gardé.

Il n’en fut rien donc : j’aime toujours autant Séville. Peut-être même encore plus.

 

Quand bien même il faudra au moins que je retourne une troisième fois à Séville … pour avoir un grand et franc soleil, et pas un « c’est compliqué » de la météo. Je trouve quand même fou d’avoir eu plus de pluie lors de mon séjour à Séville (une seule journée de déluge mais quel déluge) que lors de mon séjour à Londres. (Mais comme je dis toujours, on exagère beaucoup le mauvais temps anglais)

 

Séville est une ville que je trouve détendante. Vivante, pas endormie, mais pas stressante non plus. L’odeur de fleur d’oranger y est reine partout, les tenues chatoyantes de flamenco dans les vitrines, les terrasses animées des bars espagnols, les prix 30% moins élevés qu’en France (au moins), les petites rues tournicotantes dans lesquelles se perdre.

De ce séjour je retiendrai d’avoir enfin pu creuser sous la vitrine de cette ville (non pas avec ma pelle). Avoir quitté le centre historique propret pour traverser les quartiers qui révèlent la violence de cette crise dont on a tous entendu parlé, avoir parcouru le barrio Santa Cruz désert sous la pluie et celui de Triana, avoir profité d’un rayon de soleil au bord du Guadalquivir, avoir perdu la voix devant la plaza de Espana, m’être régalée de Bellota et de jus d’oranges fraichement pressées, avoir parlé espagnol toujours avec plaisir (et des galères).

Et tout le reste.

L’Alcazar, la cathédrale et la Giralda sont bien évidemment incontournables à faire quand on va à Séville, mais Séville mérite qu’on aille au delà de ça.

 

Un petit tour rapide en photos avec moi ?

 

El palacio de Pilatos

El palacio de Pilatos

 

Le mudejar et du greco-romain au milieu

Le mudejar et du greco-romain au milieu

 

On ne se lasse jamais de tous ces orangers

On ne se lasse jamais de tous ces orangers

 

Une petite entrée ;-)

Une petite entrée 😉

 

Incontournable et belle Giralda

Incontournable et belle Giralda

 

La corrida

La corrida

 

La sublime splendide et magnifique plaza de Espana

La sublime splendide et magnifique plaza de Espana

 

Sous un autre angle

Sous un autre angle

 

Ah oui la Giralda encore

Ah oui la Giralda encore

 

D'une rive du Guadalquivir ...

D’une rive du Guadalquivir …

 

... à l'autre! (Barrio Triana)

… à l’autre! (Barrio Triana)

Volver a Sevilla

Quand j’étais allée en Andalousie il y a 2 ans, j’avais gardé un goût de trop peu de mon passage à Séville.

Autant j’avais eu l’impression d’avoir eu le temps de faire le tour de Cordoue et de Grenade, autant mon départ de Séville m’avait fait apercevoir tout ce que je n’avais pas eu le temps d’en voir au delà de la cathédrale, la Giralda et l’Alcazar, et je m’étais promise d’y retourner … un jour.

 

Promesse qui va donc être tenue bientôt pour mon plus grand bonheur. J’ai gardé un souvenir merveilleux de l’Andalousie et je me réjouis de la retrouver même fugacement !

(J’écris juste que « je me réjouis » pour avoir l’air sérieuse et intellectuelle mais la vérité c’est que je sautille comme un kangourou sous acide)

J’ai hâte de retrouver cette douceur de vivre et cette tranquilité touchées du doigt en Andalousie (malgré la crise bien présente il ne faut pas se mentir), retrouver cette architecture si particulière, et enfin effacer cette déception d’être passée trop vite dans cette ville.

 

Même s’il semblerait que je sois maudite, déjà il y a 2 ans, le seul moment où j’avais eu de la pluie et un peu frais c’était à Séville … et s’il y faisait 26° il n’y a pas si longtemps, on n’annonce que 11° vendredi et pluis (enfin ça se discute … sur un autre site ils annoncent 20°). Mais il y fera toujours plus doux et agréable que chez moi … et l’espagnol est si doux à l’oreille. (Même si ça fait 2 ans que je ne l’ai pas parlé (ça va être un peu rouillé cette affaire, et bordel qu’est-ce qu’ils gueulent!)

 

Je sais où je dors, je sais précisément ce que je veux voir pendant le temps imparti et j’ai gardé quelques bonnes adresses de mon précédent passage mais si jamais vous avez un ou deux ou trois méga bons plans (surtout miam miam) … JE PRENDS!

 

Oh Seville

Oh Seville <3

Balade en Andalousie : Grenade

Je n’ai jamais réussi à aimer Grenade comme j’ai pu aimer Cordoue ou Séville.

Pourtant Grenade a des atouts, c’est une ville vivante et jeune, pleine d’étudiants.

Mais le coup de foudre n’a pas eu lieu.

Peut-être parce que j’y suis arrivée le jour de la St Patrick et qu’en bonne ville étudiante, j’ai été rebutée par cette profusion d’alcool et de bruits.

(Il faut dire que je déteste le bruit et que sur cet aspect là, l’Espagne et les espagnols ce n’est pas l’idéal.)

Peut-être parce que l’air froid qui descend de la Sierra Nevada et une foule d’autres petits détails m’ont trop rappelé ma ville alpine.

 

Je crois que contrairement à Cordoue et Séville, il faut s’éloigner du centre de la ville pour mieux l’aimer.

Se perdre dans les ruelles du barrio du Sacromonte à la tombée de la nuit ou au petit jour pour admirer ses maisons troglodytes blanches …

 

Le Sacromonte

 

… rejoindre l’Albaicin, l’ancienne médina des temps arabes et le plus vieux quartier de Grenade, jeter un regard curieux dans les recoins qu’il cache.

 

Albaicin

 

Et surtout profiter des vues nombreuses, variées, insolites que ces quartiers nous offrent sur le joyaux qui domine Grenade … l’Alhambra.

 

Ouh c’est zoliiiii

 

D’ailleurs si chaque ville d’Andalousie ne se visite bien qu’avec ses pieds et une bonne paire de chaussures (on oublie les talons chères consoeurs, l’Enfer est pavé … de pavés en Andalousie), Grenade est une ville de collines et donc ça peut monter … sec. Alors si jamais vous renoncez à utiliser vos mollets pour obtenir une belle vue, sachez qu’en remontant le Darro (en direction du Sacromonte) il y a une école en bas de la Cuesta del Chapiz – dans ce qui m’a paru un ancien batiment religieux – qui laisse l’accès à une splendide petite cour très andalouse depuis laquelle on a une vue magnifique sur l’Alhambra.

 

La Sierra Nevada en arrière plan

 

Difficile de vous décrire l’Alhambra. Tellement de choses ont déjà été dites et écrites sur le monument le plus visité d’Espagne. Tellement de choses encore à écrire.

 

L’Alhambra est plus belle dans la lumière du matin ou celle du soir à mon avis. Plus tranquille aussi.

Je ne peux que vous encourager à y monter à 8h30  – à pied ça grimpe mais franchement c’est faisable et très agréable en prenant son temps (mais comme tout en Espagne, si on prend son temp c’est agréable) ou par un mini-bus (assez fréquenté à certaines heures mais à 8h il n’y avait personne quand je l’ai pris) – et à y revenir un soir.

 

L’Alhambra sous la lumière du soir

 

Les jardins du Generalife et les remparts de l’Alhambra le matin

 

J’ai passé 5h30 dans l’Alhambra et le Generalife, 5h30 à marcher quasiment non stop pour ne rien manquer.

Difficile de décrire la beauté des palais Nasrides.  Comme pour l’Alcazar de Séville, profusions de choses à voir de détails, d’ensembles visuels. Il faut passer du temps dans chaque salle, faire abstraction des gens autour et s’imprégner des lieux pour mieux en profiter.

 

Les détails parlent plus parfois que la totalité

 

C’est beau!

 

El patio de los leones

 

Dommage bien des palais ont été détruits

 

Et puis il y a le Generalife. Moins impressionnant, moins exhubérant mais pas moins beau.

 

Différent mais tout aussi beau, j’en veux bien comme résidence d’été

 

Et il y a encore tellement d’autres choses à voir en Andalousie que je n’ai pas vu …

Balade en Andalousie : Séville

J’ai mis plus de temps pour tomber amoureuse de Séville que je n’en ai mise pour Cordoue. Disons qu’au lieu de 2mn … il m’a fallu une journée!

(Pourtant je suis pas une rapide de l’amour!)

 

La ville est plus grande, je me suis complètement perdue dans les petites ruelles la première fois entre mon hotel et le centre historique, j’étais partie assez énervée de Cordoue à cause d’une problème à l’hotel, et j’étais fatiguée. Autant de chose qui ont rendu mon premier contact avec Séville assez moyen mais ça n’a pas durée malgré l’arrivée de la pluie le lendemain.

 

Comme à Cordoue, il faut savoir s’éloigner vraiment de l’Alcazar et de la Giralda pour découvrir d’autres trésors … ce dont je n’ai pas eu le temps, j’aurais aimé avoir une journée de plus pour les voir autrement qu’en voiture. Il y a vraiment de très beaux batiments (hotels particuliers souvent) qu’on ne voit qu’en flanant.

 

un des nombreux beaux batiments de Séville

 

Attention! Une chose à savoir sur Séville (et Grenade) (mais pas Cordoue…?) : les plans de la ville ont le haut non pas orienté vers le Nord mais vers l’Est (vers Jérusalem). C’est vraiment très très TRES perturbant! (Et c’est une fille avec un excellent sens de l’orientation qui vous le dit)

 

Evidemment en bonne touriste que je suis, j’ai visité essentiellement deux choses à Séville : l’Alcazar et la Cathedrale avec la Giralda.

 

Difficile de ne pas dire que ces deux batiments sont aussi exceptionnels que tout le monde le dit et l’écrit partout.

Je sais, au niveau de l’originalité je vais devoir repasser sur ce coup-là mais tant pis…

 

On ressort assez étourdit de l’Alcazar. Tant de pièces. Tant de choses à voir. Tant de détails.

Les yeux ne savent où se poser pour ne rien rater.

Le style Mudejar partout

 

Malgré le monde, les gens qui bousculent et qui crient, difficile de ne pas être charmé.

 

Magnifique patio

 

(Et oui il pleuvait … tout de suite ça rend différent sur les photos …)


Le contraste avec la simplicité du sol

 

Les stucs se mélangent aux azulejos, les couleurs au blanc des murs, les marquetteries aux plafonds.

 

Ah oui ça brille un peu

 

Malheureusement j’ai été moins séduite par les jardins que je ne l’avais été pas ceux de l’Alcazar de Cordoue.

Il faut dire aussi que sous la pluie c’est forcément moins agréable et joli.

 

Un petit bout du jardin

 

Et puis en face de l’Alcazar il y a … la cathédrale auquelle est accolée la Giralda!

Gigantesque, immense, époustouflante. Difficile de rendre compte des volumes de ce batiment hors norme.

Le mieux c’est sans doute d’y aller vers 14-15h. L’heure du repas, moins de monde, plus de sérénité.

 

C’est hauuuuut

 

Tu ne peux pas imaginer à quel point c’est haut. Et grand.

A quel point ici aussi les architectures se mélangent : gothique tardif, renaissance, baroque.

Et les couleurs : le blanc, le noir, le rose.

 

Très haut (problème de nuque s’abstenir)

 

Enfin accolé à la Cathédrale, cet ancien minaret transformé en clocher, en haut duquel la vue de Séville se révèle à vous.

Ca se monte bien, pour peu qu’on prenne le temps de monter à son rythme (donc pas trop de monde), qu’on s’arrête régulièrement aux balcons pendant la grimpette.

 

La Giralda

 

Bientôt, et pour finir (bouhouhou) : Grenade!

 

P.S : Bergeou avait passé quelques jours à Séville peu de temps avant mon départ. Lire ses billets sur le sujet m’avait beaucoup aidé. Je ne peux que t’encourager à les lire aussi : ici et ici.

 

Balade en Andalousie : Cordoue

S’il y a bien une ville qui m’a immédiatement séduite c’est celle-ci : Cordoue.

Séduite par son centre historique, son architecture et le puissant symbole qu’il constitue.

En effet la Mezquita – le monument le plus important de Cordoue – est une ancienne mosquée, transformée en cathédrale, construite en plein milieu de … la Juderia c’est à dire l’ancien ghetto juif.

Difficile de faire mieux pour réunir en un même endroit, trois religions qui ma foi se sont crêpées (et se crêpent encore) assez régulièrement le chignon.

 

Cordoue appartient aux gens qui se lèvent tôt.

Au delà du fait qu’avant 10h, l’accès à la Mezquita est gratuit (mine de rien c’est toujours bon à prendre et avec un bon guide écrit on se passe des inutiles audioguides), c’est surtout … un moment magique.

 

Magnifique…

 

En effet avant 10h, tous les matins une messe est célébrée (à laquelle on ne peut pas assister) dans la partie cathédrale (à laquelle on n’a pas accès tant que la messe est célébrée) et quand on pénètre dans cette forêt de colonne de la mosquée au son des chants religieux il est difficile de ne pas être transporté par la beauté des lieux.

Ici on se demande vers quel Dieu monte les prières mais on décide vite que ça n’a strictement aucune importance. Tout se mélange, les architectures, les époques, les religions. Au milieu de l’ancienne mosquée se dressent la cathédrale, on découvre une chapelle a côté du mihrab et … rien de tout ceci ne choque. C’est même assez réconfortant.

 

Mosquée … Eglise … on ne sait plus

 

Les chants – ainsi que les hommes de la sécurité qui veillent strictement au fait que vous vous fassiez petit pendant l’office – imposent une solennité respectueuse amplement mérité. Lieu de culte avant d’être un lieu touristique.

Qui plus est l’endroit est « quasiment » désert à cette heure-là. Et c’est un vrai bonheur.

Faites le test pour voir : venez à 9h, promenez vous dans le batiment en toute sérénité au son des chants, attendez que 10h arrive avec sa horde de groupes de touristes bruyants, je pense que vous ne regretterez pas de vous être levés.

 

Au delà de ce joyeux mélange, le batiment en lui même, s’il ne parait guère extraordinaire au premier coup d’oeil de l’extérieur est absolument époustouflant à l’intérieur.

 

Le Mihrab

 

La partie cathédrale

 

Mais Cordoue ne se résume pas à la Mezquita et au bonheur délicieux de s’y promener en sandales-pantacourt-chaîne de cheville (y compris le soir … l’extérieur de la Mezquita est beaucoup plus captivant de nuit que de jour à mon avis).

(J’ai bronzé des pieds. Tu t’en fous mais pour moi ça veut dire beaucoup)

 

Aux heures chaudes du jour, il est absolument délicieux de fuir les rues immédiates de la Juderia qui entoure la Mezquita pour se perdre, loin des magasins à touristes et de la foule, dans les petites ruelles (fraîches) plus éloignées de ce quartier vraiment charmant. Oser passer les portes (souvent laissée ouverte) pour admirer les patios et les trésors cachés. Découvrir la synagogue et le reste de ce quartier surprenant …

 

Une ruelle minuscule de la Juderia : la calleja de las Flores

 

Enfin il y a aussi l’Alcazar de Cordoue qui mérite la visite.

(L’entrée est gratuite aussi avant 10h30 et pareil, c’est vraiment agréable de s’y promener le matin sans qu’il y ait trop de monde)

 

Evidemment l’Alcazar de Cordoue n’a rien à voir avec celui de Séville, ses jardins non plus, mais ceux-ci m’ont vraiment charmée – même s’ils ont un côté assez « jardins à la française » avec les bassins et les jets d’eau – et j’ai trouvé très reposant de me balader aux glougloutements de l’eau.

 

L’Alcazar de Cordoue

 

Le bleu du ciel est épatant

 

Presque un petit Versailles

 

(Il est souvent frustrant de voir comme les photos ne rendent que faiblement justice aux lieux où elles ont été prises… cette fois-ci n’y fait pas exception)

 

Bientôt … Séville!

Vamos!

Je suis une boule d’angoisse et de stress pour plein de raisons différentes.

Je suis aussi une boule d’énergie et d’envie, on pourrait alimenter toute la France et l’Allemagne si on me branchait au réseau.

 

J’aurais aimé te pondre une dernière note super pertinente et intelligente. Bizarrement il y a une tonne de chose dont j’ai envie de te parler dernièrement. Mais à la vérité je ne suis plus capable de ça, mon cerveau est déjà parti il a pris de l’avance.

 

Je redoute cette semaine pour respirer autant que je l’attends.

J’espère juste qu’il n’y aura aucun problème et réussir à faire une vraie grosse coupure.

J’ai eu d’ailleurs un vrai beau cadeau avant mes vacances d’une patiente qui m’a souhaité d’en profiter un max – oui j’ai crié partout que je partais en vacances – et qui m’a confié sans se rendre compte sans doute du cadeau qu’elle me faisait « oui parce que vous le méritez … vous êtes beaucoup sollicité moralement, ça doit être vraiment dur des fois et vous avez toujours l’air au top ».

La reconnaissances mes amis. La reconnaissance bordel!

J’ai failli en décéder de bonheur.

 

Soyez pas trop sage pendant mon absence!

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930