//

Cogito

Se comprendre un peu plus soi … et les autres

IMAG2393

Et donc …

Je viens de terminer un livre sur l’introversion « La force des discrets – Le pouvoir des introvertis dans un monde trop bavard » de Susan Cain.

J’ai eu une relation compliquée avec ce livre pendant sa lecture. Pendant les 5/6e du livre je me suis demandée pourquoi je le lisais, si c’était vraiment sérieux ou de l’astrologie new-age, si ça me concernait vraiment ou pas. Suis-je introvertie ? Ne le suis-je pas ?

Finalement mes interrogations se sont levées sur le dernier 6e du livre.

 

Je crois qu’il m’a fallu ce temps pour accepter ce terme « introversion » et qu’il puisse me qualifier, pour moi l’introversion c’était la timidité, les gens tellement transparents – pardon discrets – qu’on oublie qu’ils existent. Je ne suis pas timide et je ne crois pas être spécialement discrète. Je ne suis pas expansive c’est certain, je ne raconte pas ma vie, mais introvertie ???

Ca a été sans doute encore plus compliqué à admettre – probablement parce que j’avais beaucoup d’attente sur ce livre (on ne devrait jamais avoir trop d’attente sur quoi que ce soit) – qu’autant je me retrouvais dans les questions posées en début de livre pour aider à déterminer si on est introverti ou pas, autant je ne me retrouvais pas franchement dans ce qui était décrit dans le livre. Par exemple je n’ai pas de problème pour faire une présentation devant 150 personnes voire plus et je ne m’en rends pas malade ni avant ni après, j’ai toujours un peu le trac mais pas plus. Je n’ai pas été martyrisée pendant le collège parce que j’étais « l’intello » timide, j’étais plutôt celle qui a des bonnes notes et qui sait envoyer chier les autres comme il faut.

Et puis à bien des égards le côté très « américain » (américano-centré ?) du livre m’a probablement empêchée de m’identifier. L’auteure est américaine, elle relate sa propre expérience et ceux de personnes qu’elle a rencontré, ses références culturelles sont américaines et m’ont échappé parfois. De plus l’écriture du livre a un côté très storytelling qui m’a franchement grattouillé aux entournures parfois. Sans compter mon ADN de scientifique qui hurlait à chaque fois qu’elle parlait d’une étude scientifique sans qu’elle en donne précisément les références, je comprends l’intérêt littéraire qu’il y a à ne pas surcharger même en bas de page avec ces références mais j’ai du coup du mal à prendre tout ce qu’elle indique au sérieux : bordel ces études ont-elles vraiment existé ? Vraiment démontré ce qu’elle indique ?

Ah et enfin … alors je sais ça parait complètement contradictoire de ma part mais ce livre – même si l’auteur s’en défend régulièrement tout au long des pages – est quand même sacrément à charge envers les extravertis ! C’est normal, c’est un livre pour aider/valoriser/déculpabiliser les introvertis mais moi-même ayant longtemps l’impression de naviguer entre les deux, je me suis sentie agressée sur certains aspects de ce que je suis.

 

Mais malgré ces quelques aspects « négatifs » – et maintenant que j’ai accepté qu’il n’y avait pas forcément de réponse simple à ma question – je ne regrette vraiment pas de l’avoir lu.

Au départ je me suis dit qu’à défaut de m’aider à mieux me connaître moi, il aurait au moins le mérite de mieux m’aider à comprendre les autres.

Comme cette amie institutrice qui passe ses vacances à vouloir du monde, du monde et encore du monde autour d’elle alors qu’à moi ça me parait complètement aberrant. Maintenant j’ai compris que c’était sa manière à elle de recharger les batteries.

Comme mon petit frère qui à mon instar (ouh ça ne se dit pas!) (tant pis) a besoin de moment de solitude et de calme pour recharger les batteries.

 

Mais oui finalement ce livre va m’aider à mieux me connaître moi, aussi.

Est-ce qu’accoler ce mot à ma personne est un soulagement ? Non.

Est-ce que ça va révolutionner ma vie ? Non.

Est-ce que ça va changer quelque chose ? Pas vraiment.

Je n’ai pas de problème avec ce que je suis, pas seulement sur ce plan-là d’ailleurs. Je n’ai pas honte de moi-même, je ne me sens pas bizarre ni en décalage complet.

Au mieux, en ce qui concerne mes rapports avec les autres, ça va me déculpabiliser quand je vais préférer rester seule avec un livre qu’être entourée de 10 personnes qui me braillent dans les oreilles en même temps ou quand je vais préférer un dîner en petit comité de 6-8 personnes à une méga fiesta avec 50 personnes et de la musique plein pot.

En ce qui me concerne moi … eh bien moi je comprends mieux ce besoin de solitude et de silence que j’ai le soir  après le travail alors que j’ai un travail très « sociable » par ailleurs. Je comprends mieux pourquoi je n’aime pas les réunions pas préparées et les brainstorming, pourquoi pour moi l’open space équivaut au 7e cercle de l’enfer, pourquoi je préfère écouter que parler, pourquoi je suis nulle parfois pour raconter un truc banal de manière intéressante, pourquoi je déteste les gens qui parlent sans cesse et de manière inutile, pourquoi je n’aime pas intervenir en public à l’improviste.

Etc … etc… etc…

 

 

Mais si je me comprends mieux, je n’ai pas et je ne vais pas changer.

Discussion

2 Responses to “Se comprendre un peu plus soi … et les autres”

  1. Je vais essayer de mettre la main dessus, tout ça m’intéresse. Pourtant, je ne peux pas me qualifier d’introvertie, au contraire. Je fais même partie de ces gens qui parlent trop et tout le temps (heureusement qu’on s’est rencontrée ivl, hein 😉 Mais le texte que tu m’avais envoyé a fait écho en bonne partie. Je te raconterai ce qu’a donné ma lecture.

    Posted by Lizly | 17 avril 2016, 20:34
    • Le souci c’est que toi (et moi) (et plein d’autres) on attribue au mot « introverti » des caractéristiques qu’il ne contient pas à priori (pas au sens psychologique du terme), moi non plus je ne pouvais pas me qualifier d’introvertie et il y a plein de trucs sur lesquels je ne me connais pas. C’est plus nuancé que ça vraiment. (Et je peux parler beaucoup aussi 😉 mais les gens qui brassent de l’air et parlent pour ne pas affronter le silence, j’ai du mal)

      Posted by Shaya | 17 avril 2016, 21:41

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

juin 2017
L M M J V S D
« Mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

D’où viens-tu?