//

Cogito

Réflexions autour du viol

Je lis Causette tous les mois.

Je ne suis pas abonnée mais tous les mois consciencieusement je vais l’acheter. Au début il n’y avait qu’un exemplaire disponible maintenant il y en a toujours 4 ou 5 à la vente.

 

J’aime bien lire Causette, je ne suis pas toujours d’accord (euphémisme) avec leurs prises de positions mais je pense que tout ce qui incite à réfléchir est bon à prendre.

Je vous recommande chaudement la lecture du numéro de Novembre. Il m’a laissé une boule à l’estomac. Une boule amère. Causette interroge sur le viol, notamment sur le traitement du viol dans notre société et par la justice.

Le procès des viols collectifs de Créteil (tournante c’est un joli mot c’est vrai, ça fait jeu. Puisque le choix des mots compte, j’aurais demandé à ce que celui ci soit éliminé de la langue française bien avant le mademoiselle …) bien sur dont le mensuel intelligemment ne commente pas le verdict – et encore moins ce qui s’est dit pendant le procès celui-ci ayant eu lieu à huis clos – mais pas seulement.

Moi c’est une interview qui m’a laissé K.O. Celle d’un père dont la fille a été gavée d’alcool avant d’être violée par 4 garçons et laissée s’asphyxier dans ses vomissements. Il raconte notamment comment pendant les procès sa fille a été salie, décrite comme facile et l’avocate de la défense de citer les hommes qu’elle voyait.

CA ça m’a mis la rage. Vraiment. Et je ne sais pas bien quand elle va s’apaiser.

 

Ok je n’ai que les déclarations de son père, n’ayant pas assisté aux procès. Mais je le crois tellement. Il suffit de voir comment on a balancé à la face du monde les soi-disant 8 amants de Rachida Dati.

Je ne l’aime pas plus que ça Dati mais je suis outrée par cette histoire.

Peut-être qu’elle avait 8 hommes dans sa vie en même temps. ET?

Ya une loi dont on ne m’aurait pas informé qui l’interdit? Non je ne crois pas.

Ca regarde qui à part elle? Personne. Donc concrètement à part la salir auprès de l’opinion publique, faire d’elle une « salope » au yeux du monde, ça n’avait pas d’autre but.

Ca me file envie de vomir.

 

De même, j’aimerais qu’on m’explique comment on passe de « elle voyait plusieurs hommes en même temps » à « elle méritait de mourir étouffée par plus de 5g dans le sang après que 4 mecs l’aient violé ».

Non vraiment j’ai hâte qu’on m’explique! C’est quoi ce raisonnement inductif de merde.

Limite j’ai même envie de demander qu’on me fasse la liste des trucs qu’une femme fait pour mériter d’être violée.

Porter une tenue provocante (sachant que pour les talibans porter des chaussettes blanches c’est être provocante donc ça promet)? Voir plusieurs hommes en même temps? Coucher hors mariage tout court non tant qu’on y est? Sans parler d’être prostituée qui doit sans doute donner d’office le droit à n’importe qui d’user du corps de ces femmes.

 

Ce qui m’a le plus choqué toutefois c’est qu’en temps qu’avocat on ose utiliser ce système de défense pour … pour quoi? Dédouaner son/ses client(s)?

« C’est pas tant grave ce qu’ils ont fait … regardez elle couchait avec 4 mecs différents! »

Ah ouais? Donc ça donne le droit de violer? Si la victime a l’air plus sale, le crime est moins grave?

Quand j’étais ado j’ai réfléchi au métier que je voulais faire plus tard. J’ai vite rejeté avocat, je ne comprenais pas comment on pouvait vouloir défendre les accusés. Moi je voulais faire avocat pour ne défendre que les victimes.

Comme beaucoup de gens sur la blogo je lis Maître Eolas et Maître Mô (ya vraiment des gens qui ne les connaissent pas?). J’ai compris pourquoi on pouvait accepter de défendre des gens accusés y comprisdes crimes les plus abjectes. Pourquoi être avocat c’était aussi ramener de l’humanité.

Mais je me demande jusqu’où on peut aller pour défendre son client? Est-ce que moralement on se sent bien de salir la victime? A quoi ça sert concrètement? N’y a-t-il pas moins d’obtenir autrement la clémence des juges? Et surtout méritent-ils forcément d’obtenir une certaine clémence?

Sans oublier le signal que cela renvoie au reste de la société?

 

Pourquoi tolérons-nous ça? Parce que nous, tous, hommes et femmes, dans un coin de notre tête nous avons l’idée ancrée qu’une femme violée elle le méritait quelque part.

Je me dis qu’individuellement la moindre des choses qu’on pourrait faire pour les victimes de viol c’est de s’ôter cette idée de la tête et ne pas oublier que rien ne justifie qu’une femme soit violée. Ni son comportement, ni sa tenue.

Peut-être qu’avec ça à défaut d’empêcher les viols, on empêchera qu’en plus les victimes soient salies.

Discussion

13 Responses to “Réflexions autour du viol”

  1. tiens, c’est ouf, j’ai lu ça sur le dailymail, l’autre jour (et crois-moi, ils sont loin d’être soft, eux, comparé à « notre » presse à scandales) à propos de Dati… ça m’a collé les nerfs d’une force! mais faut pas se leurrer, non plus, les mères-la-pudeur, il y en a beaucoup: pour travailler dans un milieu à 80-85% féminin, j’entends souvent des « non, mais, t’as vu comment elles s’habillent les filles, maintenant? et après, elles s’étonnent de se faire violer! »… #enviesdemordre

    Posted by Daydreamer Toulouse | 11 novembre 2012, 12:48
    • C’est pour ça que je dis à la fin que les hommes ET les femmes doivent s’ôter de la tête l’idée qu’une femme violée quelque part elle le méritait.
      J’ai dit souvent qu’on (les femmes) avait plus que notre part de responsabilité dans les mauvais traitements que la société accepte qu’on subisse.
      « Avec des amiEs pareilles, pas besoin d’ennemis » …

      (Mords les tiens et dis leur que faut pas s’étonner de se faire agresser vu comme elles sont connes :-D)

      Posted by Shaya | 11 novembre 2012, 14:37
  2. Je partage ta colère (préambule nécessaire). Et effectivement l’acharnement sur Dati est dégueulasse. Mais il faut bien se dire que lors d’un procès pour viol, pour que l’accusé soit déclaré coupable il faut prouver 2 choses.
    1) qu’il y a bien eu pénétration
    2) qu’elle était non consentie.
    Sur le 1 il n’y a souvent pas de doute, l’accusé l’avoue lui-même. Le 2 par contre, sauf quand il y a eu un niveau de violence qui laisse des traces, c’est dur à prouver. Par exemple, quand on est saoul (pas « inconscient à cause de l’alcool », hein, juste saoul) on peut ne pas être vraiment consentant mais ne pas le dire. Si on ne dit pas non, si on ne signifie pas son désaccord, alors on ne peut pas parler de viol (sauf, je le redis pour que ce soit vraiment clair, si on est carrément évanoui.)
    Autre exemple, on considère qu’en-dessous d’un certain âge (je crois que c’est 14 ans mais il faudrait vérifier) on ne PEUT PAS consentir à un rapport sexuel. Donc peu importe ce que dit la victime dans ce cas-là, il suffit de prouver la pénétration pour qu’elle soit automatiquement qualifiée de viol.
    Je pense qu’on est sur ce point numéro 2 quand on essaye de faire passer une femme violée pour une femme facile, l’idée derrière étant quelque chose comme « elle a dit oui à x hommes, qu’est-ce qui nous prouve qu’elle n’a pas dit oui à mon client ».
    C’est effectivement totalement dégueulasse, mais il ne s’agit pas de justifier un viol ; il s’agit de « prouver » que le rapport n’était pas un viol.

    Posted by Anna Musarde | 12 novembre 2012, 11:00
    • J’entends ce que tu me dis et en même temps souvent les victimes de viol justement n’osent pas se débattre etc… donc pourquoi au lieu de la présomption de consentement ça ne serait pas à l’accusé de prouver qu’il y avait effectivement consentement?
      Surtout que bon se faire passer dessus par 4 mecs différents en même temps c’est pas super super fréquent je crois … (Ou par 15 pour Créteil)
      (C’est de la provoc’, je sais que ça laisserait aussi possiblement la porte ouverte à des condamnations injustes mais en même temps je me demande combien dans les statistiques il y a de fausses plaintes de viol? Pas des plaintes dont faute de preuve on n’a pas pu prouver que c’était des viols mais bien des plaintes dont on a prouvé qu’il n’y avait pas eu viol, j’aimerais comparer ce chiffre au 75 000 femmes (sous?) estimées violées chaque année.)

      En fait même le « elle a dit oui à x hommes, qu’est-ce qui prouve qu’elle n’a pas dit oui à mon client » me choque dans le sens qu’une femme peut dire oui à 8 mecs différents mais pas au 9e? Pourquoi? Ca me rappelle un autre article du même Causette d’un chargée de prévention du sida qui montre comment le droit de changer d’avis pour une femme (dire non après avoir dit oui d’abord) c’est pas bien intégré.

      Posted by Shaya | 12 novembre 2012, 19:38
  3. Ça aussi ça me rend folle.

    Posted by Anna Musarde | 12 novembre 2012, 11:01
  4. Pardon, fusse manip’, ça s’adressait au commentaire de Daydreamer sur les femmes qui disent « vu comment elles s’habillent, faudra pas qu’elles s’étonnent ».

    Posted by Anna Musarde | 12 novembre 2012, 11:02

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

D’où viens-tu?