//
you're reading...

Chez moi

Passer notre amour à la machine

C’est absolument génial de pouvoir de nouveau écrire un billet de blog en sachant qu’il ne sera lu que de … 2 personnes (enfin pour l’instant parce qu’une fois que j’aurais fini de tout aménager ici, je « fermerai » de l’autre côté et je donnerai la nouvelle adresse).

C’est comme de retrouver sa virginité bloguesque.  Cette sensation enivrante de liberté, de pouvoir écrire n’importe quoi parce que personne n’y lira, de pouvoir enlever chaque couche de l’armure qui nous constitue jusqu’à se retrouver nue, de gambader comme un cabri et de se rouler dans l’herbe fraîche.

Peut-être qu’il faudrait toujours faire ça.

Reconstruire ailleurs quand on se sent trop oppressé quelque part, trop espionné, trop enfermé. Que l’auto-censure prend le pas sur le plaisir d’écrire et de partager.

Fuir et repartir de zéro. Encore et encore. En ne donnant l’adresse qu’à quelques personnes triées soigneusement sur le volet. A la dream team.

Et en  même temps …

En même temps ça prend tellement le temps de se construire un endroit à soi. Tant sur l’aspect « physique » : aménager l’aspect visuel du blog, se faire à l’administration, se trouver un design et se l’approprier, bidouiller le code; que sur l’aspect « social » : se constituer une petite communauté de lecteurs, tisser des liens, ne plus bloguer (et parler) seul dans le vent.

Et puis cette délicieuse sensation de liberté ne dure jamais sauf à sombrer dans une perpétuelle fuite en avant.

Les gens qui nous lisent nous libèrent autant qu’ils nous pèsent.

Oui ben c’est pas facile à écrire « Regarder Le Ciel » dans la neige! C’est loooong!

 

Chouyo c’est plus facile!

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930