//

Dans ma tête

Pardon

J’aimerais tellement croire que je peux vivre en passant outre, que j’arriverais presque à m’en convaincre.

Faire comme s’il n’y avaut pas eu les blessures, les incertitures, les doutes, les rejets, les pleurs, les nuits sans sommeil, les silences, les mensonges, les peurs, les interrogations, les non-dits, les non-réponses, les regards détournés, les mensonges, les amorces avortées, les autres, les absences, les ratés, les écorchures, les envies de tout envoyer valser, les efforts vains, les rancoeurs accumulées …

J’en ai tellement envie que j’y crois presque. Et tout est dans le presque.

 

Mais à la vérité, je n’ai jamais été de celles capables de passer outre quand une certaine limte a été atteinte. Et je crois que cette limite a été franchie depuis un bon moment si je voulais bien regarder les choses en face.

Alors puisque l’autruche n’est plus une option crédible, il va me falloir apprendre à faire avec.

Faire avec toute la liste citée au dessus.

Faire avec mes propres culpabilités : mes manquements, mon incapacité à inventer une autre voie que celle-là, mes défaillances, ma confiance qui s’étiole. Mon envie de lâcher l’affaire. C’est celle-là la pire, le courage qui me fait défaut pour continuer à me battre, l’envie de rendre les armes, de laisser tomber.

 

En suis-je capable ? Là est la seule question qui importe vraiment.

Et … je n’en suis pas si sûre.

J’ai peur que la brisure soit trop importante, la rancoeur trop accumulée, la divergence trop profonde, pour faire avec.

J’ai peur surtout d’être acculée à prendre une décision qui ne soit pas la mienne mais celle de quelqu’un qui n’aurait pas le courage de l’assumer depuis des semaines.

Discussion

4 Responses to “Pardon”

  1. Je connais ces sentiments, je suis passé par la il y a quelques mois, une phase de ma vie, sur laquelle depuis longtemps je ne voulais pas vraiment réfléchir, qui me faisait souffrir mais pour laquelle je ne voulais pas prendre de décision, de peur de prendre LA décision irrémédiable. Et puis je n’ai plus pu faire l’autruche et j’ai tout mis sur la table. Tapis. Ca passe ou ça casse, mais à l’intérieur de moi la fêlure commençait déja à grandir de toute façon ! Et c’est passé, pour le moment. On essaye de vivre nos vies, et surtout notre vie. On recolle, on avance, on y croit et on essaye d’être heureux. Parce que c’est ça le but de toute vie, essayer d’être heureux autant que faire ce peut, avec ses bons et ses mauvais côtés, avec ses chances et ses coups durs !
    Courage et milles bisous de soutien ma belle !!!

    Posted by sushiesan | 10 mars 2014, 06:54
  2. Je pense à toi.

    Posted by Anna Musarde | 11 mars 2014, 09:04

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

D’où viens-tu?