//

Cogito

Où l’on revient sur cette histoire d’ailleurs

Vous avez failli ne jamais avoir à lire le billet d’hier.

En l’écrivant je me demandais bien pourquoi je l’écrivais et surtout quel intérêt j’avais à le publier tellement … tellement je pensais que vous n’en auriez rien à faire.

 

Et en fait … gros enthousiasme.

Je n’ai pas trop compris ce qui m’arrivait sur le moment …

 

J’ai conscience du paradoxe que ça peut être pour une blogueuse mais j’ai toujours l’impression que personne ne me lit. Et que quand on me lit c’est par … accident/erreur/fausse manip.

Encore plus quand je parle de mon boulot. Parce que c’est rarement drôle ce que j’en dis. En plus.

Sans compter l’habitude que j’ai et le nombre de mines dégoûtées / choquées IRL dès que je parle de mon job comme si ça allait les contaminer ou genre « ah … tu travailles LA DEDANS? » si bien que j’ai développé une appétence certaine pour ce qui est de casser l’ambiance dès qu’on me demande ce que je fais comme travail.

 

Il en va de mon blog comme il en va de moi (phrase drôlement conne quand on y réfléchit bien puisque mon blog est mon œuvre, j’y projette donc forcément un peu/un peu beaucoup de ce que je suis), et ça n’étonnera donc pas ceux qui me connaissent très bien, mais de même que concernant ma personne, je me dis toujours que les gens qui me lisent doivent être victime d’une sorte de sortilège, que je les ai ensorcelé sans l’avoir voulu et qu’un jour ils vont se réveiller et se rendre compte que ce que j’écris n’a aucun intérêt et est « nul ». Nul ma façon d’écrire, nul ce que j’y mets dedans. Tout nul.

Si bien que j’ai longtemps ricané au nez de Ganesh (pas le vrai dieu hindou tu te doutes bien? Je suis folle mais pas encore au point d’imaginer converser avec un dieu) quand il me disait que les gens aimaient lire mes chroniques sur mon boulot, que je devrais écrire plus sur ça voire … envisager d’écrire un livre (je te rassure je ricane toujours à cette dernière idée).

Je ne doute pas qu’en apprenant les réactions recueillies à mon billet d’hier, il ricane à son tour sans vergogne.

D’ailleurs il est intéressant de constater que la décision de créer un éventuel nouveau blog tient d’abord au fait que j’ai besoin de bloguer boulot et que je ne puisse pas le faire à ma convenance ici, plus que parce qu’il y aurait un « lectorat » sur le sujet.

 

(Bientôt je vais rebaptiser ce blog … « Confessions Intimes » !!!)

(Intweetif me murmure à l’oreille de le rebaptiser « Confessions Extimes », à vous de retrouver toutes les significations qu’il met dedans…) (et elles sont nombreuses)

 

 

Maintenant qu’on a – presque – fait pleurer dans les chaumières (et on s’épargnera les « mais non Shaya tu es fantastique et fabuleuse », je ne déteste rien tant que les signes d’affection « forcés ») passons aux choses concrètes. (Bah ouais)

Je pensais éventuellement avoir 3 pelés qui se manifesteraient un jour en me disant « ah ouais au fait, t’as crée ton nouveau blog dont tu avais parlé un jour? Raboule l’adresse que j’aille jeter un oeil » et sans en avoir 500 (faut pas exagérer non plus) il y en a eu plus que 3. Qui se sont manifestés tout de suite.

La plupart sur Twitter … ce qui ne m’arrange pas du tout. Parce que bon … je fais comment pour vous envoyer un mail hein?

Alors ok en allant chercher partout sur mon blog ou ailleurs je dois pouvoir trouver l’adresse mail des 3/4. Sauf que je suis une grosse faignasse qui n’a pas que ça a faire (genre pour vous pondre des billets sur mon boulot, encore faut-il que j’y sois!) et les 3/4 ce n’est pas tout le monde donc dans l’idéal vous allez au choix :

– me coller un commentaire (vous pouvez juste me dire « crotte » si vous voulez, je m’en fous) ici ou sous le billet d’hier (PARCE QUE J’IRAI PAS CHERCHER AILLEURS) avec votre adresse mail renseignée dans la case idoine du formulaire de commentaire (que je suis donc la seule à voir).

ou

– m’envoyer un mail via l’icone « contact » en haut à droite (t’as vu t’as vu t’as vu? Je l’ai mis) en me disant que tu m’aimes que tu voudrais bien l’adresse dudit blog et que donc tu me fournis ton adresse mail pour me simplifier la vie.

ou

– tu m’envoies ton adresse mail par DM

 

Sinon tu n’auras que couic tiens le toi bien pour dit!

 

nb : on s’emballe pas les gras, je bosse, c’est l’été, il fait chaud, j’ai un quota d’heures à tremper dans le lac et il reste plein de choses à faire. On va dire que si l’inauguration se fait avant le 1er septembre, je m’estimerai heureuse.

nb bis : et donc à partir de maintenant cet autre blog je n’en parle plus ici (c’est d’un compliqué cette affaire!)

Discussion

14 Responses to “Où l’on revient sur cette histoire d’ailleurs”

  1. crotte

    Posted by MaO | 28 juin 2012, 07:29
  2. //envisager d’écrire un livre// Bonne idée ! Ce serait « le diable s’habille en Prada » version AP ??

    Posted by ravi_aa | 28 juin 2012, 08:39
    • Ça s’appelerait…. « le diable porte une blouse blanche » (ça ferait un bon titre de polar), malheureusement la chef de service est loin d’être un clone de la rédac chef de Vogue

      Posted by Shaya | 28 juin 2012, 13:38
  3. tu as eu mon com de ce matin? Parce que moi je suis drôlement interessée par ton futur blog

    Posted by MaO | 28 juin 2012, 13:53
  4. j’ai atterri ici par hasard (et je ne sais plus comment) mais depuis je le (te) suis en sous marin très régulièrement… cet Autre Blog me tente assez aussi!

    Posted by carreaux | 28 juin 2012, 20:29
  5. je suis fraîchement retraitée (infirmière psy) et quelque chose me dit que ce nouveau blog devrait figurer dans mes favoris…..

    Posted by dandan | 5 juillet 2012, 09:56

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

D’où viens-tu?