//

Famille je te hais

Nous partîmes neuf mais par un prompt renfort nous nous vîmes … deux en arrivant à table

Le Papa Noël ne pouvant physiquement faire sa tournée en une nuit il est passé en avance chez moi 😉

 

La vie est farceuse … il y a longtemps que je le sais.

Or donc ce Noël tous ensemble dont nous avons rêvé, parlé, préparé depuis plus de 3 mois … n’aura finalement pas lieu.

 

Un décès dans la famille de ma belle-mère une semaine pile avant Noël a tout changé et moi qui devait passer un Noël entourée de toute ma famille, finalement nous le passerons … à deux. J’ai lu cette semaine que pour le Nouvel An Chinois on posait sur la table un bol et une paire de baguettes pour chaque personne absente ce soir là, en riant j’ai dit à ma mère que j’allais peut-être faire la table pour neuf personnes que j’avais prévu et laisser les assiettes vides. 

Oui évidemment je m’en faisais une telle joie de les avoir dans ma ville, j’avais préparé tellement de choses pour cette réunion de famille. Je me réjouissais qu’après l’avoir vu sous le soleil et la chaleur de l’été, mon petit frère la découvre dans sa tenue d’hiver. Tout ça et tant d’autres choses … tombées à l’eau.

Il a fallu gérer pas mal d’émotions et de sentiments compliqués cette semaine. La tristesse de ce décès si brutal évidemment, mais si seulement il n’y avait eu que ça … il y a eu aussi à gérer la culpabilité de ne pouvoir me rendre aux funérailles, le dépit de me retrouver privée de ma famille, l’impression que la Mort me colle aux basques en cette fin d’année, le dépit de ma famille de ne pas pouvoir venir passer Noël ici, la culpabilité de ma grande sœur déchirée entre deux obligations. Et puis des choses pas très belles aussi … dont ma colère immense et complètement irraisonnée contre la personne décédée de nous « voler » ainsi notre Noël.

 

Ce décès nous a renvoyé brutalement à pas mal de choses les uns et les autres. M’a renvoyé à pas mal de choses. Notamment au décès de mon grand-père le jour de mon anniversaire. Ça y a fait un écho violent, cette même colère d’être « volée », moi qui pensais avoir dépassé cet épisode désormais.

Mais il y a eu aussi du positif de ce grand chamboulement. J’ai beaucoup échangé avec mon père cette semaine par téléphone et mon père a fait preuve d’une grande douceur envers moi dans nos échanges, reconnaissant l’impact que ce décès avait sur moi (alors que je ne suis pas la plus impactée on ne va pas se mentir) et c’était vraiment réconfortant. Par ailleurs nous avons eu des échanges moins superficiels que tous ceux que nous avons régulièrement et ça ne nous était pas arrivé depuis très très longtemps …

Nous avons eu notamment une discussion qui a abouti au fait qu’on ne maîtrisait ni sa naissance ni sa mort et pas grand chose entre les deux et qu’il n’y avait pas grand chose à faire sauf agir en s’adapter au mieux. J’ai trouvé ça très réconfortant comme discussion.

 

Dans mon bullet journal de décembre j’avais noté « passer un chouette Noël ». Dimanche dernier j’ai failli, de dépit, le raturer me disant que ça n’avait plus de sens. Et puis finalement non. Il m’aura fallu 2j pour me retourner mais même si ce n’est pas le Noël imaginé pendant 3 mois, cela scelle-t-il définitivement le sort de ce Noël ? J’ai décidé que non. Parce que je n’ai pas besoin d’avoir toute ma famille autour de moi – et n’idéalisons pas les choses leur présence aurait impliqué aussi son lot de contrariétés et d’aigreurs – pour passer un chouette Noël, pas besoin d’une grande tablée, d’un méga repas et de conversations qui bourdonnent en tout sens. Du coup je me suis demandée ce qui m’était vraiment indispensable pour passer un chouette Noël, est-ce qu’être seule si ça devait arriver un jour serait si terrible tant que j’ai un bon petit plat, une bonne petite bouteille et un bon film ? 

J’ai bien réfléchi et j’ai fini par trouver ce qui m’est indispensable. Les cadeaux sous le sapin, des cadeaux que je ne me serais pas offert moi-même, et je n’en manque pas cette année encore. Ça peut paraître bassement matérialiste mais il n’en est rien. Je n’ai pas besoin de cadeaux à 200€ et de tous les derniers trucs à la mode, mais tant qu’il y aura des cadeaux sous le sapin, même si le jour de Noël je suis physiquement seule, je saurai que j’aime et que je suis aimée en retour. Et ça me suffit.

 

Alors je vous souhaite un très bon réveillon et surtout … d’être aimé(e).

Discussion

11 Responses to “Nous partîmes neuf mais par un prompt renfort nous nous vîmes … deux en arrivant à table”

  1. Je suis désolée pour ces remous, et heureuse que tu aies réussi à écoper ton embarcation malgré eux 🙂
    Je t’embrasse, je salue ta conclusion (qui était celle à laquelle j’avais abouti l’an dernier, et toujours pertinente).
    Joyeux réveillon et Noël à venir à toi personne aimée <3

    Posted by Minka | 24 décembre 2016, 11:26
  2. Joyeux Noël à toi, ma belle. Je suis triste que ton Avent ait été aussi plein de remous, mais j’admire ta conclusion et sa sagesse. <3

    Posted by Georgia | 24 décembre 2016, 15:56
  3. Ma Shaya, je te souhaite un beau réveillon, intime et chaleureux, et par avance, un très joyeux Noël !

    Posted by Lizly | 24 décembre 2016, 16:28
  4. Joyeux Noël ! Je vis un réveillon un peu similaire… Une histoire un peu glauque… Moi cela fait juste 4 jours que je sais certaines choses, et là c’est très difficile.
    Passe tout de même un très bon réveillon !

    Posted by bubulle | 24 décembre 2016, 20:29
  5. Joyeux Noel ma belle !

    Posted by sushiesan | 25 décembre 2016, 20:20

Trackbacks/Pingbacks

  1. […] Billet qui doit beaucoup à celui de Liz et celui de Shaya. […]

    Mes rituels de Noël – Minka - 24 décembre 2016

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

D’où viens-tu?