//
you're reading...

Cogito

Notre responsabilité commune d’internautes ?

(Au départ je voulais écrire une partie de ceci sur Ello, sachant que ma visibilité sur ce réseau social y est moindre, que je vais écrire quelque chose un peu à contre courant du discours habituel et que je bénéficie là bas d’une grande bienveillance. Mais il faut avoir le courage de ses convictions alors ça sera ici. Néanmoins je vous rassure, je ne compte pas faire ça trop souvent.)

 

Depuis quelques mois se multiplient les discours mettant en cause internet dans la radicalisation islamiste et la propagation de théories complotistes mais aussi dans la libération d’une parole raciste et/ou antisémite.

Ça a notamment été le cas après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper-cacher, par des politiques qui ont probablement été plus que maladroits dans le lien qu’ils ont fait entre ces événements et internet, révélant leur méconnaissance profonde (ou leur incompréhension) au passage.

Évidemment les réseaux sociaux n’ont pas manqué de relever ça d’un seul homme, ainsi que d’appuyer le fait que les médias disaient que tout ce petit monde s’était radicalisé en prison, et donc de rejeter d’un bloc la mise en cause d’internet dans ces événements … et par conséquence dans les autres.

J’ai été déçue de cette attitude générale, et j’ai trouvé ça un peu facile.

 

Peut-être que les responsables des attentats de début janvier n’ont jamais eu besoin d’internet pour se radicaliser (et peut-être qu’après la prison, ils sont passés par la case internet pour poursuivre leur embrigadement ? Avant la case « terrain ». Mais comme les médias ne le disent pas ohlalalala c’est sur jamais ils n’ont eu aucun contact avec internet) mais je trouve difficile de faire fi des témoignages de plus en plus nombreux de parents (et des spécialistes travaillant sur cette question) dont les enfants ont été soit approchés directement par internet (facebook notamment mais ce n’est pas le seul moyen à priori) soit par une personne physique qui les a ensuite conduits sur des sites appropriés pour leur laver le cerveau au point qu’ils ont décidé de tout quitter pour aller faire le djihad en Syrie.

Je trouve également difficile de faire comme si plusieurs hashtags nauséabonds ne s’étaient pas répandus sur Twitter depuis plusieurs mois (j’ai en mémoire #UnBonJuif mais il y en a eu bien d’autres). De même qu’il est difficile d’ignorer les propos haineux qui se répandent sur la toile que ce soit sur des blogs, sur des sites plus installés ou sur les réseaux sociaux. De même qu’il est difficile de faire comme si la propagande djihadiste ne maîtrisait pas à la perfection les outils et les codes d’internet, répandant vidéos d’exécution plus proches du film à gros budget d’Hollywood ou du jeu vidéo que de l’horreur que ces actes devraient vraiment inspirer.

Tout ce que nous constatons tous par nous-mêmes, toutes ces alertes envoyées par des gens qui travaillent au quotidien sur ces sujets, tout le monde se tromperait et non non non internet n’aurait vraiment rien à voir avec tout ça ?

Je le répète : c’est un peu facile, non ?

 

Nous sommes bien d’accord, internet est un média, un vecteur. La parole crée ailleurs s’y libère parce que l’anonymat le permet, le sentiment de liberté inhérent à internet (et donc d’impunité) fait sauter le pas mais il serait peut-être temps que nous réfléchissions à sa viralité (non négligeable) et que si la pensée s’y libère elle peut aussi … s’y créer. S’y répliquer tout du moins, j’ai du mal à croire que tous les gens qui déversent leur haine des autres l’avaient forcément en eux avant.

Nous sommes bien d’accord aussi que les réponses politiques n’ont jusque là jamais été adéquates, révélant à quel point internet est un outil qu’ils ne maîtrisent pas ou mal et dont les potentialités leur restent par trop inconnues. Mais justement j’aurais aimé que face à des politiques à côté de la plaque, au lieu de se contenter de rejeter collectivement la faute d’internet dans tout ça, les internautes (surtout ceux qui ont les connaissances techniques suffisantes) deviennent force d’explications et de propositions parce que ça risque de devenir de plus en plus difficile de se voiler la face.

Previously

février 2020
L M M J V S D
« Déc    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829