//

Dans ma tête

Mois discordant

Kif !

Kif !

Depuis le début du mois d’août j’ai l’impression de boiter intérieurement. Comme si dans une chorale j’étais systématiquement à contretemps du chant que je suis censée chanter et que le reste du monde chante parfaitement à l’unisson. (Beaucoup de métaphores musicales en ce moment, ouais !)

Le point d’orgue a été atteint le 15 août : on est quel jour ? Un dimanche ou un lundi ? C’est le début de la semaine mais pas vraiment ? Tout est ouvert mais c’est férié ? Et ya du monde partout mais pourquoi ?

Mais au moins ce 15 aout m’aura-t-il permis de comprendre pourquoi cette sensation de dissonnance persistante, que j’avais déjà ressenti l’année dernière.

 

Je me sens à contretemps de tout le monde ? Mais le fait est que je le suis !

Les 5/6e de mon entourage personnel et professionnel sont en vacances … comme les 5/6e de la France … tandis que moi je travaille.

(ok je n’ai exceptionnellement pas travaillé pendant une semaine pour remettre des harmonies dans la musique de mon petit frère et je ne regrette pas c’était génial mais croyez moi pour moi ça n’était pas des vacances)

Ceux qui rythment habituellement mes journées sont absents ou alors s’ils ne le sont pas (le smartphone toussa) ils sont sur un rythme différent de d’habitude et assurément différent du mien, les échanges sont plus fractionnés, les sujets de préoccupation respectifs sont à mille lieux.

 

Au delà de ça, août c’est aussi le mois où les choses que je voudrais voir avancer n’avance pas du tout, et ça finit par me taper sur les nerfs cet immobilisme estival général (surtout que ça dure depuis début juillet …). Par ailleurs c’est aussi le mois où je fatigue vraiment de l’invasion touristique de ma ville, de devoir planifier tous mes déplacements à pied / en vélo ou en voiture en fonction du trop plein de touristes qui va bloquer les différents axes.

Et puis … et puis août – comme tous les mois de fin de saison – c’est le moment où j’ai envie de passer à la saison suivante, où je me lasse de l’actuelle (particulièrement en été et en hiver). Je commence à en avoir marre de la chaleur et du soleil, j’ai des envies de matins frais et de journées pluvieuses passées sur le canapé à regarder un film sans culpabiliser, de feuilles orangées qui tombent des arbres et de marrons ramassés.

 

Je crois qu’il va falloir que je m’habitue à ce qu’en août ma propre musique soit en discordance avec celle des autres.

Discussion

5 Responses to “Mois discordant”

  1. Moi aussi je languis la fin de l’été et l’arrivée des feuilles orangées, parce que pour moi ça veut dire la rentrée (que bizarrement j’ai toujours aimé) et qui sonne surtout pour moi les vacances d’été, puisque depuis la 3ème année déja, je pose mes vacances d’été au mois de septembre ! et que cette année particulièrement a été épuisante pour moi, physiquement, et que je commence à être sur les rotules.
    Après je comprend ce que tu ressens quand tu dis que tu es sur une gamme différente, c’est le double effet kiss cool que j’ai remarqué en prenant mes vacances en septembre : pendant tout l’été tout le monde part, sauf toi. Les gens vont à la mer/rivière/montage/étranger, font des repas entre potes le soir en semaine, ou prennent des apéros insouciants, alors que toi tu travailles, tu mets le réveil à 6h30 (voir plus tôt pour certains) pour aller bosser et tu te sens plus, à 30 ans passés, de veiller toute la nuit.
    Dans les transports en commun le matin il n’y a quasi personne, et le soir c’est les gens qui rentrent de shopping ou de la plage/piscine/vacances.
    Et chaque année tu te dis « c’est trop long juillet août, la prochaine fois je prend pas septembre, je pars avant ». Et puis quand t’es en vacances alors que tout le monde a repris. Que les gamins ont retrouvé le chemin de l’école, qu’il fait encore bon pour te baigner à la mer ou à la piscine, mais que tu n’as plus la foule de touristes, que le prix des hotels est plus bas qu’en pleine saison, tu te dis que ça valait le coup d’attendre et que peut être que l’année prochaine finalement tu garderas septembre 😉 et au moins quand tu reviens, tout le monde a repris, et ton rythme de travail reprend de lui même, sans cette langueur au boulot que ressentent les juilletistes, quand ils reviennent de vacances alors que d’autres partent, de sorte qu’ils n’ont l’impression de ne jamais être partis.
    Et puis après c’est l’automne, on commence à sortir les collants opaques, les foulards les gilets et les bottines. Puis l’hiver avec le baiser mordant du froid qui fait rougir les joues, les bonnets, les écharpes, les gants, les chocolats/vins/thés chaud et les marchés de noel, et NOEL parce que je suis une indécrottable fan de noyel !!!
    Le seul truc que j’aime pas dans l’hiver c’est les mois de janvier et février, que je trouve beaucoup trop longs ! 😀

    Posted by sushiesan | 17 août 2016, 10:35
    • Moi j’aime bien janvier mais pas février.
      Et je trouve jamais juillet-aout trop long en attendant septembre où je prends aussi mes vacances (après souvent je coupe : juin + septembre par exemple). Par contre moi c’est le gros rush souvent en septembre pour le boulot, du coup ça fait une grosse claque quand je reprends alors que les autres reprennent plus cool.

      Posted by Shaya | 17 août 2016, 22:24
  2. Pareil pour moi, puisque c’est la reprise des audiences après les vacances judiciaires, mais du coup ça remet dans le bain, un peu violemment, mais au moins on voit pas le temps passer et on a pas le temps de penser qu’on regrette les vacances ^^

    Posted by sushiesan | 18 août 2016, 14:15
  3. Courage alors pour les derniers jours de ce mois !
    Septembre pour moi, c’est la reprise et donc, il faut se remettre au travail !!
    Pas le mois le plus simple, car je ne dois pas me rater en quelque sorte si je veux passer une « bonne année  » !

    Posted by Bubulle | 18 août 2016, 17:17

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

D’où viens-tu?