//

Dans ma tête

Le temps court et s’enfuit

Il y a eu ces travaux et tout ce qu’ils ont engendré – déménagement des meubles dans un sens puis dans l’autre, ménage, tri, ménage, rangement, ménage – , il y a eu la gastro, il y a eu le froid et la neige et on ne s’en sort pas, il y a ces échéances qui paraissent encore trop lointaines et qui me laissent dans cette attente que je déteste avec le cerveau qui mouline sans fin.

Et tout ça semble être canalisée d’une façon.

Je suis frustrée de lecture en ce moment.
Par manque de temps pour les lire.
Par manque de temps pour moi en fait, pour rêvasser, pour me lover sous un plaid polaire pendant que cet hiver n’en finit pas de finir (putain sur le calendrier on devrait être au printemps bordel!), pour n’avoir rien à faire.

J’ai envie de lire et même plus que ça.
Mais il y a les cartons à ranger, le sol à nettoyer, le boulot qui prend du temps et de l’énergie et les choses courantes comme les repas qu’il faut continuer à faire.
Il y a mon équilibre habituel modifié, incapable de lire actuellement dans le bus – ce temps de détente dédié à ça – par fatigue ou par manque de disponibilité mentale.
Il y a toutes ces choses à penser, à prévoir, à organiser qui encombrent mon esprit et le font jouer à saute-mouton, passant de « faut que je fasse le planning pour la Guadeloupe » à « faut que j’appelle ma sœur pour le cadeau de l’anni de mon père ».
Il y a cette frénésie de livres que j’attaque, 5 au moins commencés à l’heure actuelle, et je passe de l’un à l’autre comme si j’étais incapable de fixer mon esprit.

Et puis il y a la Tv. Cet objet dont je me suis passée sans problème pendant toutes mes études et qui je le sens me bouffe du temps.
Parce qu’il y a toujours quelque chose à regarder. Ou à rattraper. Ou ce film en VOD que j’aurais absolument voulu voir au ciné sans en trouver le temps.
Parce que le rythme de l’autre différent du mien et les kilomètres de pub me font me coucher beaucoup trop tard pour que j’ai le temps de lire mais que mon envie me pousse à quand même saisir ce livre pour m’octroyer ces quelques minutes que mon cerveau (mon corps j’ai envie de dire) me réclame alors que dans le même temps une autre partie de moi m’hurle d’éteindre la lumière et de dormiiiiiir parce que la fatigue commence vraiment à être trop intense.

Je crois que je veux un long week-end au fin fond de l’Auvergne avec juste une dizaine de livres.

Discussion

4 Responses to “Le temps court et s’enfuit”

  1. Je ressens un peu la ême chose en ce moment. J’ai trouvé une petite échappatoire : on peut se blottir ensemble sur un canapé et lire pendant que l’autre regarde la télé, il faut juste une paire de bouchons d’oreilles. On garde la proximité physique, même si on y perd en expérience commune…
    Sinon, j’essaye aussi de me prendre chaque jour dix minutes sans rien faire, pour laisser à mon esprit le temps de souffler, mais ce n’est pas toujours évident devant le torrent de « il faut ».

    Posted by Anna Musarde | 25 mars 2013, 18:01
  2. J’ai décidé de consacrer mon repas de midi à la lecture. J’ignore totalement ce que je mange, un plateau de la cantine, mais pendant 20/25 minutes, je suis à fond dans le livre en cours. Après, je retourne à mon rangement/préparation/organisation de classe.
    Et je comprends très bien ce besoin physique, cette urgence d’avoir son shoot de lecture, même si on manque de sommeil et qu’il va le payer demain. Certains week-ends, je fais une crise de boulimie de lecture, j’enchaine les volumes, 4 ou 5 dans le week-end parce que j’ai accumulé trop de manque, quitte à m coucher à pas d’heure le dimanche pour les préparations de classe.
    10 minutes avec le cerveau au repos? J’en rêve mais je n’ai jamais réussi, j’ai toujours des millions de pensées parasites sur le futur (la classe, le prochain repas, ce que je vais mettre demain, Floupinette…)

    Posted by poulpynette | 25 mars 2013, 18:33

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

D’où viens-tu?