//
you're reading...

Cogito

L’apparence

Quand j’étais au collège, le directeur avait lâché – je ne sais plus à quelle occasion – quelque chose comme « la façon dont vous vous habillez, dont vous vous coiffez, et tout un tas d’autres petites choses de votre apparence donnent des informations sur qui vous êtes ».

J’imagine que l’adolescente que j’étais a pensé quelque chose comme « oui oui c’est ça », pourtant hier matin dans le train (donc plusieurs années plus tard), me remémorant cet épisode je me dis qu’il avait bien raison.

 

Je refuse d’être jugée professionnellement en tant que femme sur la longueur de ma jupe ou la profondeur de mon décolleté. Je sais pourtant que je ne donnerai pas la même impression selon que j’aurais les cheveux attachés (sévère) ou détachés et que je peux jouer sur ça suivant si je veux impressionner mon interlocuteur ou « séduire ». Je joue comme cela sur une infinité de petits détails avec toujours cette question « quelle est l’impression que je veux donner à celui/celle/ceux qui sera(ont) en face? » et chaque réunion importante, chaque présentation publique est l’occasion d’une réflexion en amont sur ma tenue, ma coiffure et le reste. Il ne s’agit pas de tricher sur ce que je suis / qui je suis, j’ai appris il y a longtemps aussi que quand on porte une tenue qu’on n’assume pas cela se voit, mais d’appuyer sur certains aspects, d’envoyer certains messages plus ou moins conscients.

Longtemps on m’a reproché ma jeunesse pour faire ce que je fais et être où je suis, on a remis en question mes capacités à encaisser. Je n’ai jamais cherché à me vieillir mais j’ai toujours fait en sorte d’envoyer l’image que j’étais mûre pour mon âge, histoire qu’on me donne le temps de faire mes preuves (des couleurs sombres, des coiffures stricts). D’autres fois j’ai fait en sorte de paraître inoffensive à des personnes qui semblaient craindre que je ne leur marche dessus (des couleurs pâles). Etc… etc… etc…

Mais je me disais que je faisais toujours ça pour les « grandes » occasions. Pas au quotidien aurais-je envie de dire. Mais en fait si.

 

Hier dans le train, je m’interrogeais sur ce qui m’avait poussé à choisir ce vernis bleu (oui je sais on parle beaucoup de vernis en ce moment sur ce blog mais promis je ne vais devenir ni blogueuse mode ni blogueuse beauté) électrique plutôt que ce vernis rouge que j’adore et que je n’ai pas mis depuis longtemps.

Oui j'ai même les bagues assorties

Oui j’ai même les bagues assorties

 

Ma tenue, oui, ça a joué. Mais pas seulement.

Je crois qu’il s’agissait de désexualiser la rencontre où je me rendais. Le rouge est une couleur agressive, très fortement associée dans l’imaginaire aux femmes fatales quand elle est portée sur les ongles (et/ou sur les lèvres) et il n’était pas question de se placer sur ce terrain avec la personne que j’allais voir.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930