//
you're reading...

Monde de merde

Lâcher

Il faut vraiment que j’apprenne à … renoncer. Je crois que dans le fond c’est ça.

Savoir déclarer forfait quand il faut, quand ça ne peut plus. Lâcher du lest, se dire que ça tant pis je ne vais pas le faire parce que je ne dois pas le faire. Voire je ne devrais pas le faire.

 

La semaine dernière a été horrible. Vraiment. J’avais déclaré celle d’avant « semaine de la loose », si j’avais su je l’aurais trouvé exquise.

J’ai beau cherché une semaine aussi horrible dans ma mémoire, je n’en vois pas depuis que mes deux parents se sont retrouvés hospitalisés en urgence en même temps – mais pour deux trucs différents (et dans deux hopitaux différents à 1000km d’écart tant qu’à faire) – il y a 10 ans de cela.

Je savais que la semaine serait lourde, ma mère opérée la semaine d’avant ne pouvait pas et ne devait pas maintenir de station debout prolongée. Charge à moi de lui faire la cuisine, le ménage, courses et tout le reste du quotidien …

Mais ce que je n’avais pas prévu c’est que mon corps – en déconnant comme il sait si bien le faire depuis plusieurs mois – allait tranformer cette semaine qui s’annonçait déjà pénible en véritable calvaire me laissant littéralement exsangue et épuisée au dernier degré.

 

Là où j’ai eu tort et je ne peux m’en prendre qu’à moi-même c’est de n’avoir voulu lâcher sur rien tout au long de la semaine tout en sachant que je n’avais pas mes moyens habituels.

J’aurais du prioriser, me dire de faire l’essentiel et renoncer sur l’accessoire au lieu de persister à vouloir tout faire : bosser, m’occuper de ma mère, aller à ce diner « imposé » samedi soir, cuisiner etc…

J’aurais du aller acheter à manger chez McDo, dire fuck au diner et rester sous la couette comme j’en avais envie, ne pas aller travailler en ayant dormi que 3h la nuit d’avant, aller à la boulangerie au lieu de persister à vouloir faire mon pain, etc…

 

J’ai réussi à tenir! Ca veut bien dire que c’était possible? Mais à quel prix? J’ai tenu en passant sur le mode « nerfs » celui des dernières extrémités. Et aujourd’hui je me sens comme une tête nucléaire dégoupillée qui n’attend qu’un choc infime pour exploser. J’en viens presque à avoir envie de me battre physiquement avec quelqu’un, coller des claques et des bourre-pifs en hurlant à plein poumon. Sinon j’envisage bien de dire à tout le monde d’aller se faire voir, que je ne veux pas entendre parler d’eux, qu’on m’oublie et que je m’en cogne d’eux, de leurs problèmes et de leurs questions.

Charming Shaya, je ne vous dis pas.

 

Je me demande bien où je vais trouver l’énergie de tenir encore cette semaine maintenant que j’ai grillé mes dernières réserves. Pas comme si j’avais deux jours de déplacement importants en fin de semaine.

Et je me dis que j’ai été bien bête. Très bête. De ne pas lâcher du lest, de ne pas me ménager. De ne pas accepter que je ne puisse pas tout le temps mener tout de front.

 

Savoir renoncer. Arriverai-je un jour à l’apprendre? A l’accepter?

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2018
L M M J V S D
« Août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930