//

Cogito

L’héritage du sang

Je me suis longtemps demandée ce que je pouvais transmettre à mon petit frère et ma petite soeur.

Quelle influence en tant que grande soeur pouvais-je avoir sur leur vie, quelle coloration, quelle nuance introduire dans leur univers? Comment moduler une certaine paresse mentale véhiculée par leurs parents, un manque d’ouverture à la culture, à l’histoire? Comment contrebalancer certains comportements que je méprise voire déteste?

Je suis celle de leurs deux grandes soeurs qu’ils voient le moins, la plus éloignée. Ils ont grandi sans moi, je n’ai jamais vécu avec eux, jamais partagé ce quotidien qui lie et qui crée la complicité et la confidence et même si l’affection entre les 4 membres que constituent ma soro-fraternité (merde on est 3 filles pour un mec on va pas parler qu’au masculin) est évidente, la différence d’âge ne peut s’effacer d’un coup de baguette et je me disais que j’étais privée de quelque chose dans ma relation à eux et vice-versa.

J’ai commencé à le ressentir durement à l’entrée dans l’adolescence de ma petite soeur. D’abord parce qu’il y avait des sujets que je souhaitais aborder avec elle et que ce lien distendu rendait les choses plus compliquées (d’autant que ma petite soeur à mon image n’est pas quelqu’un de facilement accessible sur les sujets importants), ensuite parce que je me disais qu’il ne me restait plus beaucoup de temps avant ce qui me paraissait être « trop tard », enfin parce que je voulais être une figure ressource pour elle, quelqu’un de confiance vers qui se tourner qui ne soit pas ses parents et à cette période de la vie ça a son importance.

 

Finalement c’est à Noel dernier que les choses ont commencé à se décanter sur cette question quand ma petite soeur m’a confiée son souhait d’aller vivre en Angleterre plus tard et d’y être prof de français. Elle a le temps de changer d’avis ou d’évoluer sur cette question mais le fait est qu’elle a un profil résolument littéraire et que moi la scientifique j’ai pris soin de l’encourager dans sa voie et de la prévenir qu’on lui dirait qu’un bac L vaut moins qu’un bac S et qu’elle ne devrait pas se laisser faire, qu’elle aurait plein de portes ouvertes vu son don pour les langues étrangères.

 

Mais c’est surtout à l’anniversaire de ma grande soeur que j’ai compris que j’avais quelque chose à amener aux deux derniers de nous quatre, quoi, et qu’ils souhaitaient bien que j’ai une influence dans leur vie. C’était une de mes préoccupations aussi. Certes j’avais envie moi de jouer un role, mais eux avaient-ils envie de me laisser une place, de m’écouter, de s’en remettre à moi?

Lors de cette anniversaire donc, un peu aidée par l’alcool (pour moi, pas pour eux), j’ai eu une conversation très intéressante avec eux sur ce qui se passait en Syrie, les révolutions arabes en général, la possible intervention de la France, le rôle des USA etc etc etc… Je suis considérée comme « l’intelligente » de la famille et je le suis assurément (on va s’éviter la fausse modestie).

Ma petite soeur et mon petit frère ont 11 et 14 ans, la plupart des adultes les considèrent encore comme trop jeunes pour s’intéresser à autre chose que les 1D ou Spiderman et leurs parents regardent le JT de TF1 et ont une vision très … simpliste du monde (ma belle-mère est rendue hystérique par la perspective de croiser une femme voilée y compris dans des pays musulmans du coup elle crie haut et fort que jamais elle n’irait dans aucun de ces pays …). J’ai compris que je pouvais – que je voudrais – leur offrir une façon d’interroger le monde, de ne pas croire que les choses sont aussi simples qu’on nous le présente, qu’il faut souvent prendre en considération une multitude de facteurs. Une façon de s’ouvrir à l’inconnu, à ceux qui ne partagent pas les mêmes codes que les notres, mais aussi un encouragement à mener leur propre exploration, leur propre apprentissage, leur donner d’autres sources, d’autres références bien loin de celles transmises par le reste de la famille.

Leur offrir enfin une porte de fuite – même temporaire – du pesant cocon familial. Surtout pour ma petite soeur j’avoue, écrasée par la présence solaire de mon petit frère qui en plus d’être le seul garçon de nous 4 et aussi le dernier et le plus impertinent. Dieu sait qu’il lui en fait baver sans que les parents réagissent. Au point qu’à 14 ans ma petite soeur a demandé à partir dès la seconde en Angleterre faire ses études … je ne peux m’empêcher de trouver ça tragique.

 

Alors puisque je ne peux rien faire contre la distance, les jours qui se passent sans moi, les confidences que je ne suis pas là pour recueillir, j’ai décidé de construire des souvenirs avec ma petite soeur loin de ses parents. Et je l’embarque elle et ma grande soeur quelques jours à Londres entre Noel et le Jour de l’An.

Et quand je vois comme elle est contente de la destination et d’y aller avec ses deux grandes soeurs, je sais déjà qu’à Noel j’aurais fait un cadeau qui fera très très très plaisir.

Discussion

2 Responses to “L’héritage du sang”

  1. Chuis pas douée pour parler de ce genre de choses, mais je trouve très émouvant ta façon de parler de tes frères zé soeurs. Et quand tu parles du reste de ta famille, ça me serre le coeur. Venant d’une famille nucléaire soudée (ouais bon, on a notre paquet de casseroles aussi mais ma psy chérie a évacué ça en une dizaine de séances à peine, c’était pas bien lourd), j’ai du mal à imaginer comment certains vivent avec des familles toxiques…

    Posted by poulpynette | 5 octobre 2013, 22:03
    • Je … Merci? ^^’
      En fait je ne considère pas vraiment ma famille comme toxique, ma grand-mère paternelle l’était (vraiment) et on paye encore ce qu’elle a semé. Surtout mon père. C’est juste que comme toutes les familles on est bancal mais l’amour nous sauve je crois et ma grande soeur et moi on a mis en place des techniques de sauvegarde pour « faire avec » (genre moi j’aime mon père … de loin) mais les deux derniers sont trop jeunes pour avoir développé leurs techniques, il s’agit de les protéger et les aider.

      Posted by Shaya | 6 octobre 2013, 21:43

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

D’où viens-tu?