//

Dans ma tête

Kouign Amann sur tes cuisses

J’imagine que plus une « rencontre » est tardive plus elle devrait être forte, belle et intense.

J’ai aimé la Bretagne. Pardon, j’ai aimé le Morbihan, le sud du Morbihan même n’ayant pas eu le temps de pousser au delà. J’ai aimé ses paysages, ses spécialités culinaires (et hop + 1,5 kg en 10j!), ses lieux mégalithiques improbables qui rendent mystique, son architecture, l’odeur de la mer omniprésente (c’est ce qui me manque dans mes montagnes : l’odeur de la mer. Donc j’ai proposé qu’on déplace les Alpes près de la mer).

La Bretagne m’a gagné oui. Mais je mentirais si je disais avoir été transcendée comme j’ai pu l’être ailleurs. (A l’étranger en général)

C’était beau oui, d’autant plus que j’ai eu la chance insolente d’avoir 10j de beau (elle est où la pluie bretonne ? Au final j’ai eu plus de pluie à Séville que pendant mon séjour londonien et mon séjour breton confondus), mais pas passionnel. Plutôt doux, plutôt confortable et moelleux, pas dépaysant.

Depuis Quiberon

Depuis Quiberon

 

Pour celles et ceux qui voudraient voir 2-3 autres photos de la mer, désolée je vais faire ma flemmasse, ça sera sur instagram (il n’y en a qu’une vingtaine) (tant qu’elles ne sont pas noyées sous les photos de lac).

 

D’ailleurs en parlant d’instagram, j’ai vraiment beaucoup aimé partagé ces 10 jours par ce biais-là, et j’ai eu des retours vraiment positifs. Mais je ne sais pas si je le ferais encore. En France tout du moins, puisque je n’ai jamais eu le problème à l’étranger.

 

L’été dernier, Lizly avait annoncé qu’elle n’indiquerait pas où elle partait en vacances pour ne pas subir les reproches de l’été précédent. Et c’est la carte postale qu’elle m’avait envoyé qui m’avait révélé son lieu de villégiature. Je n’avais que trop compris.

Quand je monte à Paris, je ne l’annonce plus nul part. Je n’ose plus instagramer de belles photos que je pourrais prendre de la capitale. Parce qu’à chaque fois cela soulève trop de : « tu es à Paris ? Tu aurais pu [me] le dire quand même, on serait allés boire un verre! ». Oui mais … non. Il y a peut-être une bonne raison (voire plusieurs) pour que je ne [te] l’ai pas dit ? Je sais parfaitement solliciter les gens quand j’ai envie ET le temps de les voir. Mais il suffit que l’une des deux conditions manquent … pour que je ne sollicite personne. Ou pas toi. Parce que quelque soit la sympathie (réelle) que je puisse avoir pour certaines personnes, quelque soit l’aménité de notre relation internet, il y a des gens qui passent avant d’autres, avant tous les autres même, dans l’attribution du temps – toujours trop court – dont je dispose. J’aimerais que cela puisse être entendu sans déclencher à chaque fois une vague de reproches : je priorise et cela laisse forcément du monde sur le bas côté.

Qui plus est, l’exigence dans les relations que l’on mène avec moi m’est insupportable et est généralement rédhibitoire en ce qui me concerne. A fortiori quand elle est imméritée. Que ma meilleure amie « exige » (ce qu’elle n’a jamais fait) de me voir quand je suis à Paris, je l’entends très bien. Mais l’univers entier ne peut pas se réclamer du même niveau qu’elle.

Malheureusement, je ne suis pas en plus de ces gens qui multiplient à l’infini les contacts et les rencontres. J’ai de ces gens là dans mon entourage, dont certains qui me sont très proches et qui n’hésitent jamais à se libérer – voire à faire un détour de plusieurs kilomètres – pour un déjeuner, un café, une bière ou un diner. Je ne fonctionne pas comme ça, le temps que j’accorde aux autres est plus « engageant ». Et puis il faut bien dire que cette stricte séparation que je fais entre ma vie autre et ma vie internet – quand bien même les frontières se font poreuses – n’aide pas.

 

C’est ma vie et je l’organise comme je l’entends.

 

J’aimerais avoir le temps (et l’argent) de boire un verre et passer quelques heures avec tous ceux qui en ont un jour exprimé le souhait. Vraiment. Mais ma vie ne se résume pas aux blogs / FB / Twitter / instagram etc, et si ma vie ne s’y résume pas, les gens qui la composent non plus. Quand je pars quelque part voir quelqu’un ou avec quelqu’un, j’estime qu’il y a priorité à la personne en question. Si je peux m’échapper, je le ferai. Sinon tant pis.

Ca m’est arrivé d’avoir des gens – y compris des gens très importants pour moi dont je me pense très proche – vraiment pas loin de moi et que ceux-ci ne me proposent pourtant pas de venir les voir. Parce que trop compliqué (et je ne parle pas forcément d’organisation), parce que pas le temps, parce que pas le bon moment. Et je sais la déception qu’il y a à ne pas voir quelqu’un – si proche géographiquement – qu’on aimerait voir, je sais la frustration et le goût parfois amer de ces jours. Mais je le comprends.

Parfois l’envie n’est pas suffisante pour qu’on trouve le temps.

Discussion

6 Responses to “Kouign Amann sur tes cuisses”

  1. Et depuis quand on ne fait pas ce qu’on veut ? Je pense que quand on tient vraiment aux autres, on doit comprendre que leur vie ne vous appartient pas (pis normalement on n’a pas besoin de preuves matérielles constantes non plus). Moi je suis contente que tu aies profité : le Morbihan me donne furieusement envie de pousser plus au nord depuis des années tellement c’est beau en toute saison !
    Et pour les cuisses… well, moi je viens de faire un joli +2 de fatigue compensatoire 😀

    Posted by Nekkonezumi | 19 avril 2014, 08:42
  2. J’ai mal vécu, un été, de contrarier plusieurs personnes connues et /ou suivies en ligne parce que j’étais allé près de chez eux ou que mes routes n’étaient pas passé loin sans que je m’arrête. Mal vécu de contrarier des personnes que j’apprécie… et mal vécu qu’elles se contrarient sans demander et sans chercher.
    Pourquoi est-ce que je ne fais pas un détour d’une centaine de kilomètres…
    Pourquoi est-ce que je ne prévois pas quelques heures ici ou là pour qu’on ait le temps de boire un café (ou un thé) ensemble…
    Pourquoi est-ce que je ne fais pas…

    Quand on en dit beaucoup en ligne, beaucoup de gens oublient qu’on tait aussi pas mal de choses.

    Posted by Lizly | 19 avril 2014, 17:13
    • Oui on tait pas mal de choses quoi qu’en pensent les autres.

      Je comprends tellement que tu l’ai mal vécu, et pourquoi tu imposerais à l’Homme un détour, un temps avec des gens qui lui sont inconnus, etc?

      Posted by Shaya | 19 avril 2014, 21:27
  3. J’ai juste envie de dire: <3 (simple mais très explicite)

    Posted by Nyna | 26 avril 2014, 17:29

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

D’où viens-tu?