//

Me Myself and I

Je suis plus qu’un utérus!

Quand ma chef m’a demandé « tu es enceinte? » alors que je lui posais (péniblement) mon arrêt de travail, j’ai été choquée de sa question. Profondément choquée par l’impolitesse et l’indiscrétion de cette question.

Déjà parce que loin d’être une question innocente visant uniquement à se réjouir pour moi elle, il y avait surtout derrière « vais-je devoir te trouver une remplaçante et être emmerdée pendant des mois? », quand bien même il n’y a aucune obligation légale à déclarer sa grossesse à son employeur et certainement pas en premier.

Par vengeance je lui ai répondu « oh mon dieu non, ne me souhaite pas ça, ça serait une catastrophe! ».

Choquée à son tour (vengeaaaance), elle n’a pu que me répondre « mais enfin… non être enceinte n’est pas une catastrophe ».

 

J’ai envie de dire … qu’est-ce qu’elle en sait?

Parce que si. Si demain je tombais enceinte, ça serait une catastrophe. Parce que pas voulu, parce que vu ma situation professionnelle et personnelle actuelle si je tombais enceinte je n’hésiterais pas à prendre la décision d’avorter. Pas sans regrets, pas sans pleurs mais assurément sans hésitation. Et parce que oui j’en ai la possiblité.

Oui il y a 100 ans – et même bien moins que ça – on prenait les enfants quand ils arrivaient. Mais moi j’ai le choix. Le choix de considérer qu’avant d’avoir un enfant je veux que plusieurs conditions soient réunies et qu’actuellement ce n’est pas le cas. Donc que je n’en veux pas. Le choix de considérer que c’est mon corps et que je fais les choix que je veux le concernant.

J’ai aussi le choix de ne pas avoir à en arriver là, alors je fais gaffe de ne pas tomber enceinte. Mais j’en ai marre de devoir me justifier.

 

J’imagine que d’avoir passé le cap des 25 ans va se combiner avec le fait de devoir m’habituer à ce que tout le monde s’enquérisse de la disponibilité ou pas de mon utérus.

Je fais ce que je veux de mon utérus et ce que j’en fais ne devrait regarder que moi.

Alors oui il se trouve que j’espère bien un jour arriver comme une fleur à mon boulot pour leur annoncer ma grossesse mais ni demain ni après-demain. J’ai d’autres projets, d’autres envies avant et le temps devant moi.

Et puis en quoi en temps que femme ça serait une obligation de pondre? C’est quoi cette pression sociale insupportable qu’on commence à me faire ressentir? Et si je n’avais pas l’envie d’avoir des enfants? Jamais? Qu’on me pose la question constamment viserait à me faire rentrer dans le moule?

« Procrée! C’est un ordre! » ou comment se sentir réduite à l’état de pouliche digne des meilleurs mariages arrangés. A vomir.

 

Pourquoi on me demande ça et pas si je suis en train d’acheter une maison à volets roses d’ailleurs?

Personnellement actuellement je préférerais acheter une maison …

 

Mais surtout … imaginons qu’on me pose cette question alors que …

– que je sois arrêtée justement parce que je viens de faire une fausse couche en début de grossesse. Que je n’ai pas envie d’en parler à tout le monde. Ca arrive, trop souvent malheureusement. Ce qu’on me renverrait dans la figure dans ce cas serait drôlement chouette non?

– je sois effectivement enceinte mais que je n’ai aucune envie de partager encore la nouvelle. Ca serait mon droit le plus strict mais me le demander m’obligerait soit à mentir soit à devoir annoncer la chose selon un timing et une façon qui ne me convient pas.

– que j’essaye depuis des mois d’être enceinte sans y arriver. Eh ben ça serait drôlement chouette ce à quoi je serais renvoyée aussi.

– je sois stérile. Après tout qu’est-ce que les autres en sauraient? Rien. Et rien ne dit que j’aurais digérer cette information et serait prête à ce que le reste du monde me le renvoit à la figure.

 

Bonjour le tact.

A ma propre grande soeur je ne me permets pas de lui demander s’ils essayent toujours de faire un enfant ou pas parce que je considère qu’il n’y a pas grand chose de plus intime qu’une grossesse mais cette histoire me conforte dans ce que j’avais perçu à travers mes amies enceintes : quand ya la possibilité d’un bébé, tout le monde veut s’en mêler.

 

On ne devrait jamais demander à une femme si elle est enceinte.

Bien plus que de s’entendre appeler mademoiselle, cette question est juste une humiliation.

Dans ces cas là, la seule autre personne à être concerné c’est le père. Les autres devraient s’occuper de leurs oignons.

Et dire que je ne décolère pas depuis hier n’est pas un vain mot, moi qui suis sensée me reposer.

Discussion

10 Responses to “Je suis plus qu’un utérus!”

  1. Ton article est tellement juste.

    On m’a plusieurs fois fait remarquer que je peux être agressive quand on évoque une potentielle grossesse chez moi. Je crois que la question que j’ai le plus détestée c’est « Quand est-ce que tu nous fait un bébé ? » de la part d’une collègue de boulot. « Nous » ? Pardon, j’ai du rater un truc quand j’ai signé mon contrat ? le premier né doit être apporté en offrande au Chef d’établissement ?

    Oui, je peux être agressive parce que je supporte ça depuis plus longtemps que toi et qu’à la longue, ça peut pousser au meurtre. Parce que je ne suis pas du tout à l’aise avec l’idée de ma propre maternité. Parce que mon épilepsie entre dans l’équation et qu’à l’heure actuelle, je ne pourrais pas simplement décider « aller, je ne recommence pas ma nouvelle plaquette de pilule », il faudrait que j’en parle avec ma neurologue, qu’on adapte mon traitement, que j’attende le feu vert. Parce que ce n’est pas une question anodine, comme tu l’écris si bien.

    Posted by Lizly | 20 juillet 2012, 11:04
    • Je me rends compte que je deviens de plus en plus agressive sur cette question aussi.
      Et non ce n’est pas anodin comme question, ça renvoie à beaucoup de choses.

      (Quoi? Personne ne t’a dit que ton premier né serait donné à l’EN? Rhaaa mince!)

      Posted by Shaya | 20 juillet 2012, 13:15
  2. Je comprends ta colère et ton énervement.
    Mais à l’inverse, quand au bout de 6 ans d’espoirs toujours déçus, on ne te pose plus du tout la question, je t’assure que ce n’est pas tellement plus agréable.
    Je suis entièrement d’accord sur le fait que quel qu’il soit, c’est un projet hyper intime qui ne regarde que les deux personnes impliquées (au moins le temps de la grossesse) !

    Posted by Pat | 20 juillet 2012, 12:49
    • Je ne suis pas dans cette situation donc je suis assez mal placée pour juger mais je crois que si on me renvoyait constamment à « alors? Toujours pas enceinte? » je le vivrais tellement plus mal que de ne pas m’entendre poser la question.
      (Mais tu as tout mon soutien, quoiqu’il vaille)

      Posted by Shaya | 20 juillet 2012, 13:16
      • Merci pour ton soutien 😉
        C’est vrai que je ne supporterais pas qu’on me pose sans arrêt la question… bref, je suis une ‘jamais contente’…
        Les premières années, quand j’en avais marre de la question, j’ai hésité à répondre ‘non, on préfère les chiens’, mais j’avoue n’avoir jamais osé

        Posted by Pat | 20 juillet 2012, 15:52
        • Il y a des sujets sur lesquels on ne sait jamais comment se positionner, trop ça ne va pas, pas assez ça ne va pas non plus.
          (Nan faut faire pire que « non on préfère les chiens » et répondre un truc du genre « on préfère les boas constrictor, ça a le mérite de nous débarrasser des emmerdeurs » ou alors vraiment très très trash « nous on préfère la sodomie ».)

          Posted by Shaya | 20 juillet 2012, 16:18
  3. Moi aussi ce genre de questions m’énerve au plus au point.

    Lorsque je n’avais pas d’enfant et qu’on me posait la question « alors quand est ce que tu fais un enfant » (en général des collegues ou des connaissances, mes amis et ma famille ne me l’ont jamais demandé) je répondais « Pour quoi faire? »

    J’ai eu ma fille à 35 ans (par accident car je ne voulais pas d’enfant, pour diverses raisons, la principale étant que je n’ai jamais été attiré par les moins de 10/12 ans). Lorsque les memes personnes m’ont demandé « c’est pour quand le 2eme », meme réponse « pourquoi faire? » jusqu’à ce que je passe par l’étape cancer / chimio / menopause précoce.

    Alors maintenant je leur réponds carrément, avec un air affligé de circonstance « hélas je ne peux plus avoir d’enfant » Et je peux t’assurer qu’ils se trouvent très cons 😀

    Posted by MaO | 20 juillet 2012, 14:21
  4. nan mais, t’es SÛRE que t’es pas enceinte? 😀 (tu devrais pas être en train de te reposer, bordel???)

    Posted by Daydreamer | 20 juillet 2012, 15:35

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

D’où viens-tu?