//

Cogito

Ethique

Dans les textes, dans les livres, sur le papier, l’éthique c’est facile.

La théorie c’est toujours facile. C’est la pratique qui l’est moins.

 

La période de Noël approche.

Et avec elle, ce casse-tête qui se profile : accepter ou ne pas accepter les cadeaux que certaines personnes dont je m’occupe dans un cadre professionnel pourraient vouloir me faire.

Je sais qu’il y aura sans doute profusion de chocolat. Comme l’année dernière. Peut-être même pire … Autant dire que je pense pouvoir ouvrir un magasin dès le 2 janvier et ne pas acheter le moindre morceau de chocolat avant mi-juin. Que de toute façon je ne voudrais plus acheter étant donné que je serais au bord du dégoût.

Déjà je me pose toujours la question d’accepter ou pas les chocolats.

 

Je sais c’est rien. Mais non en fait. Accepter les chocolats c’est avoir du mal à refuser plus.

Et surtout se demander à partir de quand on refuse. De quelle somme investie par l’autre.

Le faire à géométrie variable? Refuser les chocolats de quelqu’un qui ne touche que le smic et accepter les boucles d’oreilles en diamant de celui qui paye des millions d’euros d’impôts tellement il est riche?

 

Sur le papier, les choses sont claires : on refuse. Tout.

Tous cadeaux, même les chocolats.

Mais ça c’est le papier.

Parce que les gens qui font le geste de nous offrir quelque chose n’ont pas envie de s’entendre répondre que « non merci on n’en veut pas ». Personne n’aime voir refuser ce qu’il a eu l’envie d’offrir.

Alors on accepte les chocolats, les marrons glacés, les madeleines et les poireaux du jardin (oui j’ai des gens qui ont peur que je me nourrisse mal et m’amène régulièrement des légumes de leur jardin) en remerciant beaucoup beaucoup beaucoup.

 

Et puis il y a ceux qui veulent offrir plus qu’une boîte de chocolats. Qui veulent faire un vrai cadeau. Personnalisé. Parce qu’ils ont envie, parce qu’ils veulent me remercier pour tout ce que j’ai fait pour eux.

Oui c’est mon métier mais non, ils veulent quand même me faire un cadeau. Me rendre tout ce que je leur ai donné qui n’était pas compris dans le package professionnel.

A qui j’ai beau dire non, et qui me répondent « si! ».

 

15€ est-ce que c’est déjà trop?

 

Chaque fois je me demande si je dois plutôt les blesser par mon refus ou me sentir une impostrice d’accepter.

Discussion

10 Responses to “Ethique”

  1. Effectivement, tu te retrouves dans une situation où LA bonne solution est vraiment dure à déterminer (s’il y en a une). Comme tu l’expliques, c’est facile sur le papier de dire non à tout, mais que faire face à un cadeau qui est un vrai élan du cœur ?

    Posted by Anna Musarde | 10 novembre 2012, 14:29
  2. Il me semble que votre “cas de conscience” est tout à fait stérile. D’abord parce qu’on ne refuse pas un cadeau (sauf s’il s’agit d’un pot-de-vin déguisé…), ensuite parce que ce n’est pas à vous de dire si le cadeau est trop coûteux ou non.

    (Et en plus “impostrice” n’existe pas.)

    Posted by Didier Goux | 10 novembre 2012, 16:13
    • Certes ce n’est pas à moi de décider si un cadeau est trop coûteux ou pas mais me posant la question du seuil que je me fixe pour accepter ou refuser je ne vois guère que celui-ci.
      M profession implique un certain nombre de règles déontologiques dans lesquelles les cadeaux sont à refuser. Sauf qu’à mettre en pratique c’est difficile car comme vous le dites on ne refuse pas un cadeau. Mais les accepter peut aussi nous être reproché.

      (Certes « impostrice » n’existe pas mais n’ayant pas réussi à trouver l’adjectif adéquat pour décrire l’état d’esprit dans lequel je me trouve quand j’accepte un cadeau … pourquoi pas un mot inexistant?)

      Posted by Shaya | 10 novembre 2012, 22:01
  3. Sur le papier, on refuse tout. Mais s’il y a ce papier, c’est pour éviter les injustices. C’est pour éviter que celui qui a offert des chocolats bénéficient d’un peu plus d’attention que celui qui n’en a pas offert. Toi, tu fais ton métier tout pareil avec tout le monde. Tu ne le fais pas différemment pour ceux qui t’ont offert quelque chose. Et tu ne t’investis pas pour les cadeaux qu’il y aura potentiellement au bout.
    Faire un cadeau, dans certain cas, apporte plus qu’à celui qui le reçoit. Une tranche de vie, ça ne se chiffre pas en euros…

    Posted by Lizly | 10 novembre 2012, 19:50
  4. Prends le ton cadeau. Même si déontologiquement c’est pas bien, dis toi que c’est une façon pour la personne de te remercier personnellement. Et puis ça lui fait plaisir, vraiment de te l’offrir. Surtout que je pense que geste n’est absolument pas automatique.
    Moi, quand j’ai été bien reçue, bien traitée (humainement parlant), avec un personnel sympa et compréhensif, j’offre une boite de chocolat au service. Mais c’est rare! Ça n’arrive qu’une fois sur 5 (en moyenne) Et oui, seulement ! (j’ai bien fréquenté les hopitaux ces dernieres années…) (je pourrai faire un guide du routard de l’hôpital parisien)

    Alors dis toi que c’est parce que tu l’as bien mérité 😉

    Posted by MaO | 11 novembre 2012, 07:17

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

D’où viens-tu?