//

Cogito

Des sillons tortueux de la vie

Anna se demandait l’autre fois dans un commentaire à quel point on choisissait vraiment ses amis.

Il y a peu, un soir, j’ai recherché sur mon ancien blog un commentaire datant de fin 2007. Un commentaire dont je me rappelais bien l’auteur, bien le contenu, mais seulement à peu près la date.
Évidemment ça m’a pris au moment où j’allais me coucher, quand l’ordi est éteint et qu’il ne me restait que le téléphone portable pour faire ça.
Très pratique…

À force de fouiner, j’ai fini par trouver le commentaire recherché – au passage je suis retombée sur les premiers commentaires de Poulpy <3 (va vraiment falloir se boire un thé ensemble) et mon dieu que c’est horrible de relire ses débuts de blog – et ça m’a fait comme un coup de batte dans la tronche.
(oui je sais je l’avais cherché)

L’auteur du commentaire m’y annonçait de manière pas très claire la naissance de sa fille et le prénom de celle-ci.
Quelqu’un qui n’était pas grand chose et pour qui je n’étais pas grand chose dans le fond, nous ne connaissions que par nos blogs respectifs…

Je dis souvent qu’un blog – mon blog – c’est pas grand chose. Juste des mots sur un support numérique. Rien d’important.
Sauf que derrière un blog il y a toujours une personne.

Je crois qu’on choisit ses amis. Autant qu’on puisse le faire alors qu’on ne peut pas plus se forcer à aimer quelqu’un qu’on déteste, qu’on ne peut se forcer à détester quelqu’un qu’on aime.
Il y a une part irrationnelle dans tout ce qui peut relier deux êtres humains, dans ce qui nous pousse plus particulièrement vers cet autre inconnu encore. Je suis le genre de personnes qui se fie à cette « première impression ».
J’ai la haine « animale » envers des gens que je connais à peine voire pas du tout, impossible à expliquer. L’inverse aussi.

Ce commentaire aura bientôt 5 ans. Cette petite fille dont on m’annonçait la naissance aussi. Aujourd’hui c’est la naissance de sa petite soeur que j’attends qu’on m’annonce.

Il y a 5 ans elle n’était qu’un prénom pour moi, son père qu’un pseudo. Aujourd’hui si je les voyais dans la rue – ensemble ou séparément – je les reconnaîtrais sans hésiter, j’irai les embrasser, leur faire des sourires. Et peut-être même lui lire à elle encore un livre – ou encore celui sur les sirènes – en l’asseyant sur mes genoux.

Je crois que je n’aurais jamais imaginé ça il y a 5 ans, et le réaliser aujourd’hui me bouleverse.

Discussion

4 Responses to “Des sillons tortueux de la vie”

  1. Je me suis lassée d’expliquer cela… Il y a les gens qui ont un blog/qui suivent régulièrement des blogs et il y a les autres. Ce lien, celui qu’on a avec les personnes qui nous lisent et commentent, je me suis lassée de l’expliquer à ceux qui ne connaissent pas cette vie là. Cette vie réelle dans laquelle les blogs tiennent une place.
    Par contre, je ne me lasserai jamais de le ressentir !

    Est-ce qu’on choisi ses amis ? En partie, oui. Des fois, ce sont eux qui nous choisissent. Est-ce qu’on choisi ses lecteurs ? Pas tant que ça. Assez peu, même. Par contre, on part sans doute avec un point commun quand on se rencontre en ligne : celui de cette vie réelle qui se passe en partie en ligne.

    Posted by Lizly | 6 novembre 2012, 10:46
    • Je n’ai même pas essayé d’expliquer ça à mon entourage. Il faut dire aussi que mon entourage ne connaît pas cet aspect là de ma vie (sauf ceux qui y sont rentrés par ce biais là et ça commence à faire du monde).
      Mais je suis d’accord avec toi je ne me lasse pas de le ressentir.

      On choisit ses amis mais pas ses lecteurs. Même s’il y a un tri qui se fait là aussi sauf qu’il n’est pas de notre fait volontaire. Cela dit rien ne dit qu’un lecteur devienne un ami non plus.

      Posted by Shaya | 6 novembre 2012, 21:27
  2. Un thé? Bon, toi tu prendras un thé, et moi je prendrai un jus d’orange ou un chocolat chaud. Mais c’est ta faute aussi, tu viens toujours à Paris quand j’ai le dos tourné!

    Posted by poulpynette | 6 novembre 2012, 11:41
    • Ah zut j’étais sûre que tu aimais le thé. (mais un chocolat chaud ou un jus de fruits ça me va aussi)
      Et c’est TA faute, tu t’en fuis tout le temps quand je viens sur Paris!

      Posted by Shaya | 6 novembre 2012, 21:23

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

D’où viens-tu?