//

Cogito

Déni d’attentat

[En ce moment, mon cerveau reprend. Il reprend des choses, déjà dites, déjà écrites pour mieux les compléter. C’est le cas de ce billet qui est le prolongement – ou plutôt l’aboutissement ? – de celui-là, écrit il y a plus d’un an désormais, que je vous conseille donc de lire aussi / avant / après]

Et silence

« On va éviter d’allumer la télé et de regarder les infos » ai-je dit ce 17 août, « il y a eu un attentat à Barcelone, on va s’épargner ça ».

Je me rends compte que c’est ma stratégie désormais. Pour St Etienne du Rouvray, pour l’Allemagne, pour la Suède, pour la Belgique, pour Londres et Manchester, et donc désormais pour Barcelone. En général informée par Twitter de ce qui vient de se passer, je coupe celui-ci, je m’assure que les gens que j’aime qui pourrait être dans le coin vont bien et je « passe à autre chose ». J’essaye de surtout ne voir aucune image à la tv, je n’allume la radio qu’avec parcimonie, je lis un peu la presse écrite pour avoir les faits et rien que les faits. Pas de témoignages larmoyants de gens ayant assistés à tout, pas de vidéos faites sur le moment qui montrent la panique, la peur, les blessés et les morts et me brisent le cœur, pas de rabâchage vide pendant des heures de ce qu’on sait à l’heure actuelle (=rien).

C’est mieux pour moi, à court et à long terme.

J’ai compris ça avec l’attentat de Nice dont j’avais été complètement préservée pour cause de week-end isolé. Cette attaque – et les suivantes – se sont inscrites dans ma mémoire, j’en connais les faits, le déroulé, le lieu, le nombre de blessés et de morts comme tout le monde. Mais elle ne s’est pas inscrite en moi de manière émotionnelle voire traumatique. Quand j’y pense, ça ne réactive pas en moi des émotions négatives, il ne reste que les faits, solidement inscrits dans ma mémoire, je ne ressens pas la peur ou la panique comme quand je repense à Charlie Hebdo ou au soir du 13 novembre alors que ces deux attentats sont nettement plus anciens …

Plus j’y réfléchis et plus je suis persuadée – peut-être à tort, après tout, ça ne repose sur rien d’autre que mon expérience – que ces émissions spéciales qui ressassent encore et encore les images, les témoignages etc activent les mêmes processus cérébraux – dans une moindre mesure évidemment – que ceux qui conduisent aux stress post-traumatiques des personnes témoins ou victimes directs des événements. Du coup j’en veux de plus en plus aux médias, surtout télé, de jouer ce jeu au mieux malsain au pire sordide de cette emprise émotionnelle. Parce que quand vous prenez un peu de recul, tous ces témoignages, tous ces gens qui pleurent en racontant leur histoire, ce n’est pas de l’information, ce ne sont pas des faits, c’est juste une façon de jouer sur votre voyeurisme et/ou de vous laisser vous identifier aux victimes et ça vous rend … captifs.

Discussion

One Response to “Déni d’attentat”

  1. “Plus j’y réfléchis et plus je suis persuadée – peut-être à tort, après tout, ça ne repose sur rien d’autre que mon expérience – que ces émissions spéciales qui ressassent encore et encore les images, les témoignages etc activent les mêmes processus cérébraux – dans une moindre mesure évidemment – que ceux qui conduisent aux stress post-traumatiques des personnes témoins ou victimes directs des événements.”

    Totalement. Je pense même que c’est une méthode de manipulation des masses, en plus d’être vendeur. Bah oui, les publicités pendant les directs liés à ce type d’événements doivent bien se vendre.

    Avant, les gens attendaient de recevoir le journal pour avoir les actualités. Ils l’avaient tous les jours, voire une fois par semaine pour certains, et n’avaient rien en instantané, ils apprenaient ensuite ce qu’il s’était passé, et ils n’avaient que les faits. Pas tout un lot de témoignages et d’émotions amenant à manipuler les opinions et les émotions. Je pense qu’ils ne s’en portaient pas plus mal, et avaient un esprit bien plus critique. Mais ce n’est que mon avis.

    J’ai maintenant la même méthode que toi. Je vois ce qu’il se passe, je m’assure que mes proches vont bien, et je continue ma vie. Pas pour autant que je ne me sens pas concerné, mais je me sens beaucoup moins abattu, et j’ai le temps de prendre conscience des choses sans subir les médias à longueur de journée.

    Posted by xakan | 5 septembre 2017, 15:49

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

D’où viens-tu?