//

Me Myself and I

Décryptage

J’ai du mal à écrire en ce moment (aaah booooon?).

Le cerveau encombré par d’autres choses qui ne se partagent pas ici, la fin d’année se traine misérablement sans que j’arrive à rentrer dans l’état d’esprit des fêtes (parce que moi la période de Noel j’adore), les soucis de santé qui durent et s’enchaînent à un rythme déraisonnable me laissant sur les genoux pour me trainer jusqu’aux vacances (qui en plus ne vont pas du tout être reposantes au départ …) .

Bref l’envie n’est pas là et si l’envie n’y est pas …

(mais peut-être est-elle juste cachée dans un paquet destiné au pied du sapin?)

 

Heureusement si moi je n’écris pas de supers articles à haute valeur intellectuelle ajoutée (comment ça, je n’en écris jamais? Ah oui dis donc), d’autres le font. Vous allez donc aller voir ailleurs et je n’y serai pas, avec deux billets à mon sens assez complémentaire. (J’ai l’espoir fou que ça vous intéressera plus que les retours que j’ai eu sur les réseaux sociaux)

 

– Aliocha tout d’abord a écrit un billet que j’ai trouvé très pertinent sur ce gavage à l’émotion dont les médias nous nourrissent depuis … trop longtemps. J’ai écrit (je crois) plusieurs fois la lassitude que m’inspire cette façon de traiter toute information, toute actualité sous le prisme du pathos au lieu d’analyser, de décrypter, d’expliquer. Le gavage cérébral avec de la bouillie sans contenu. En plus de cette critique, Aliocha qui est elle-même journaliste donne des pistes de réflexions (que personnellement j’ai trouvé pertinentes mais vous pouvez parfaitement penser le contraire) sur ce sujet. Et bon sang ce que ça fait du bien!

 

– Au hasard des pages de la presse écrite je suis tombée sur une phrase qui parlait de ce billet de blog écrit suite à « l’affaire-de-la-page-Facebook-de-soutien-au-bijoutier-de-Nice ». Ce qui m’intéressait au départ c’était le début du billet qui explique qu’une étude a montré que la colère est l’émotion qui incite le plus twitter (ou équivalent) et que la colère se propage plus (et plus vite) entre utilisateurs que les autres émotions. Ca confirmait de manière scientifique une conversation que j’avais eu avec Lizly. Et puis finalement j’ai tout lu et je n’ai pas regretté. Lors de cette histoire (celle du bijoutier), j’en ai lu des billets ou de simples réactions plus ou moins élaborées mais qui se plaçaient toutes sur le terrain de l’idéologie ou de la politique (ce qui revient souvent au même). Là on est dans une analyse qui prend le problème par un autre bout : celui de Facebook et du like, de leur usage, de leur représentativité réelle ou supposée et de l’élaboration de la pensée qu’il y a vraiment autour de cet acte.

Ca paraitra long comme texte à certains mais vraiment ça vaut le coup tant mon résumé est pauvre de la richesse du contenu. Et comme avec le billet d’Aliocha … CA FAIT DU BIEN!

 

IMG_20131207_144924

Un peu de beauté dans ce monde de laideur

Discussion

2 Responses to “Décryptage”

  1. 2 articles très intéressants, en effet. Pour le 2e, c’est vrai que ça rejoint (mais avec des données plus précises) notre conversation. Plus les choses avancent, plus il y a de sujet sur lesquels il faudrait réellement former les gens. J’essaie avec mes élèves mais autant ils utilisent les outils, autant ils manquent terriblement de capacité à prendre du recul sur cette utilisation. ça n’empêche pas de continuer d’en parler mais quels dégats avant qu’ils ne comprennent. S’ils finissent par comprendre.

    Posted by Lizly | 11 décembre 2013, 11:48

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

D’où viens-tu?