//

Dans ma valise

De la médecine sous les tropiques

Chassez le naturel il revient au galop …

Je loge à côté d’un hôpital, je suis à deux doigts d’aller y faire une petite visite. Si possible sans avoir besoin de soins, juste pour voir.
Je n’avais pas eu le temps de le faire en Inde. Ni vraiment l’envie, une visite extérieure des bâtiments (les 2 plus grands hopitaux privés de Bombay ressemblaient pour l’un à un hôtel de luxe, pour l’autre à un immeuble près à s’effondrer à cause de son état de décrépitude) avait suffi à me convaincre que les maladies nosocomiales (la leptospirose ou la peste en tête) devaient faire plus de ravage qu’une épidémie de neuro-palu au fin fond de la campagne indienne.

A défaut de visiter les hôpitaux, j’ai déjà admiré l’équivalent de nos pharmacies (dans lesquelles les pilules contraceptives sont exposées devant sans gêne ni honte) (on causera un autre jour de ce rapport à la sexualité j’espère) et on me promet une promenade au milieu des faux viagra et autres cyalis (des candidats?).

Mais ce que je trouve le plus intéressant ce sont les réactions du corps plongé dans ce milieu tropical.
On se dit souvent que la vie sous les tropiques ça doit être génial : soleil, toujours minimum 25°.
On oublie … on oublie tout le reste qui fait qu’on est bien loin du paradis : chaleur moite qui te fait dégouliner et surtout risque d’entraîner un coup de chauffe (en empêchant la transpiration), changement brusque de température entre l’air extérieur et l’air conditionné (le skytrain à Bangkok est vraiment une horreur pour le coup) qui te fait attraper un rhume carabiné en 3s, charmantes petites bestioles comme les moustiques véhiculant d’aussi charmantes maladies (dengue, malaria, chikungunya) mais aussi les araignées, les serpents …
Bref le paradis!

Et aussi le must du must des tropiques … les problèmes de cicatrisation!
Je me suis abîmée les pieds chez le Best Friend samedi dernier – normal après des mois sans porter la moindre tong ou la moindre sandale – et une semaine après ça n’a toujours pas cicatrisé. Je ne suis même pas sûre que ça ait commencé à cicatriser en fait …
Parce que transpiration, parce que moiteur ambiante.
Tropique tout simplement.

Donc faire attention aux microbes encore en désinfectant tous les jours (même si Bangkok est une ville très proprette) , utiliser des kilomètres de pansements (qui se décollent tout seul à cause de la transpiration) et … attendre.

image

En même temps quand tu attends avec des pansements animaux le temps te parait moins long

Discussion

No comments yet.

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

D’où viens-tu?