//

Cogito

De la dépendance à un objet

Je ne vais pas me faire des amis sans doute, mais je n’écris pas non plus pour me faire des amis il faut bien le dire.

 

J’ai trouvé très intéressant d’un point de vue sociologique l’épisode Orange d’hier.

Panne nationale de réseau pendant à peu près 6h et comme un parfum d’apocalypse dans les réactions de pas mal de personnes sur les réseaux qui pleurnichaient qu’ils ne pouvaient pas appeler maman/bob le poisson rouge/jean-eudes l’amour de leur vie.

Quand ce n’était pas carrément presque une crise d’hystérie ou un syndrome de manque aigu digne des meilleures dépendances.

J’aurais aimé qu’au lieu de geindre et de râler sur l’incompétence d’Orange (vous en connaissez beaucoup des systèmes qui ont une panne majeure et qu’on répare en 30 mn? Parce que si c’est le cas, filez moi les coordonnées, quand à mon boulot on est en rade de SI pendant une journée entière on fait avec même si ça complique les choses et on ne dit pas que les mecs de l’informatique sont en train de jouer au mikado pendant ce temps là), ces gens s’interrogent sur leur rapport à cet objet qu’est le téléphone portable.

 

Alors certes on paye pour un service et il n’est pas normal qu’on ne puisse utiliser celui-ci, néanmoins j’ai envie de vous dire qu’on paye un forfait de téléphone mobile pour une utilisation sur un mois soit 720h et qu’une panne de 6h ne représente même pas 1% (0,833333% pour être précise) de cette durée. (J’ai été sympa en plus j’ai calculé sur 30j, pas sur 31)

Donc faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties.

Certes Orange doit tirer les conséquences de cet incident pour qu’il ne se reproduise pas, mais je suis chez eux depuis … ah oui 13 ans (ah oui quand même) et c’est la première fois que je me retrouve confrontée à une panne réseau. Difficile donc de dire que c’est récurrent chez eux, en espérant que ça ne le devienne pas.

Ah non ya eu une autre fois mais c’était le lendemain de la tempête de 1999, il n’y avait plus électricité, ni eau et donc plus de téléphone, mais je pense qu’on était aussi dans des circonstances exceptionnelles.

 

Tout ça pour dire qu’en dehors des cas d’urgences (très exceptionnels non? ah moins qu’hier soir TOUS LES CLIENTS ORANGE AIENT EU UN ACCIDENT????) et de ceux cités dans cet article (très étonnant au demeurant et qui rappelle notre extraordinaire dépendance au mobile) (franchement ça sert à rien de mettre des bombes, suffit de faire sauter un serveur et hop c’est la panique), j’aimerai vraiment que les gens m’expliquent le pourquoi de leur extraordinaire angoisse face au fait qu’ils ne pouvaient plus appeler et être joints avec leur téléphone portable.

Ca me fait d’autant plus rire que personnellement, en repartant en début d’après-midi, j’ai oublié mon portable chez moi et que j’ai donc passé l’après-midi sans et MIRACLE j’ai survécu. Et bien. C’est même la deuxième fois cette semaine que ça m’arrive.

Et je n’ai retrouvé mon portable qu’à 17h, une fois le réseau en rade. J’ai donc passé hier en gros 9h sans pouvoir utiliser mon portable (et après je dormais) et je l’ai bien vécu. C’est trop fou.

 

Deux réflexions qui me sont venues pendant cet épisode.

1) on a pris l’habitude d’avoir toujours les gens à notre disposition.

On ne peut plus aller nul part sans être constamment joignable : se promener, aller faire les magasins, aller à un concert etc… Même la nuit, même au cinéma, même dans le train on peut être joignable pour peu qu’on ne décide pas de déconnecter et de ne pas emmerder les autres.

En face les gens on prit l’habitude d’appeler n’importe quand pour n’importe quoi sans tenir compte du fait que le moment ne soit pas le plus opportun.

Et combien d’entre vous répondent même si ça les dérange, même si ça n’est pas le bon moment parce qu’on est en train d’enfiler un jean et qu’on a mis qu’une jambe, même si on est enfin en train d’avoir la conversation hyper importante avec son conjoint qu’on attendait depuis des jours?

(Je dis « vous » et pas « nous » parce que je pense mon allergie au téléphone directement liée au fait d’être joignable tout le temps par n’importe qui et de détester ça.) (Si bien que mon portable est essentiellement en silencieux et que mon entourage a pris l’habitude que je ne sois PAS joignable immédiatement)

Ainsi quelqu’un racontait s’être fait engueulé par ses parents parce qu’ils n’avaient plus les rappeler qu’à 22h30. Quand bien même tata Simone serait morte y avait-il vraiment urgence à ce point?

 

2) la paresse intellectuelle n’y est pas pour rien.

– Hier soir Jean-Eudes ne pouvait être joint sur son portable? Pourquoi ne pas faire preuve d’un peu d’imagination ou tout du moins de bon sens en essayant de l’appeler sur son fixe? En lui envoyant un mail ou un message FB qu’il pourrait consulter une fois rentré chez lui? Voire en appelant sur son numéro professionnel (fixe) ou en écrivant sur sa boite mail pro?

Encore eut-il fallu avoir ces renseignements au lieu de ne dépendre que d’une seule et même information, d’un seul et même moyen de communication. Comme dit l’adage il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier (valable aussi si on a fait le choix de ne dépendre que de son portable et de ne plus avoir de fixe).

– Hier soir Jacqueline ne pouvait appeler pour demander le digicode de la soirée à laquelle elle était invitée? Et pourquoi Jacqueline n’avait-elle pas pris tous les renseignements avant? Au moment où elle était invitée bien sur mais même sans ça, en partant et en sachant qu’elle était injoignable (ah moins qu’elle soit partie à 15h mais bon pour une soirée ça parait peu probable) en envoyant un mail ou en appelant avec son fixe etc? Voire en demandant à quelqu’un dans la rue de lui prêter son portable (pour peu qu’il ne soit pas chez Orange) pour envoyer un sms.

Ah oui évidemment il aurait fallu parler à quelqu’un d’inconnu et dans une société basée sur la méfiance trouver quelqu’un prêt à prendre le risque qu’en fait tout ceci ne soit qu’un piège destiné à lui dérober son portable. Au pire il restait le hurlement sous les fenêtres, technique à priori toujours efficace.

Pour ce qui est de retrouver quelqu’un dans un endroit déjà déterminé (café, gare etc…) il suffisait juste d’ouvrir grand ses yeux et de chercher non? Tant pis si on n’a pas été capable d’être à l’heure.

 

Bref … honnetement, en dehors des cas d’urgences très très exceptionnels, était-ce vraiment si grave de ne pas pouvoir joindre machin ou bidule à la seconde? Ca ne pouvait vraiment pas attendre demain ou se dire que tant pis si pour une fois on n’a pas reçu l’invitation à une soirée à temps et qu’on est resté chez soi devant la tv?

Des fois je me dis que les gens devraient vraiment relativiser les choses (et remettre en perspective leurs propres comportements).

Téléphone portable extension de soi-même et doudou réconfortant.

Poor society!

 

(Néanmoins je me félicite des excellents jeux de mots qui ont pu fleurir sur Twitter à cette occasion, j’aime ce goût des bons mots.)

Discussion

17 Responses to “De la dépendance à un objet”

  1. Je suis assez d’accord avec toi … et je me rends compte qu’en moins d’une décennie les gens sont devenus drogués du portable.
    Il n’y a qu’à voir leur comportement dans les transports en commun par exemple.
    Perso, j’ai un portable, mais j’arrive à m’en passer : le week-end je vis sans ; lorsque je parts en vacances (souvent à l’étranger) et bien je m’en passe pendant presque un mois.
    Et ça ne me tue pas !!!
    😀
    Bon week-end, et merci pour cet article.

    Posted by Brioche | 7 juillet 2012, 14:46
  2. +1000000
    Sublime billet…

    Posted by Marco | 7 juillet 2012, 15:46
  3. Dans ma résidence, c’est comme ça tous les jours… Quel que soit l’opérateur, on ne capte pas à l’intérieur des batiments. C’est d’ailleurs grace à ça que nous pouvons suivre l’intégralité de la vie sentimentale (mouvementée) de la voisine du bas, qui sort sous notre balcon pour téléphoner (mieux que les feux de l’amour).
    En lisant l’article en lien, je me dis juste que ça ferait un super scenario pour un téléfilm catastrophe sur la fin de notre civilisation, le chaos et la fin du monde.

    Posted by Poulpy | 7 juillet 2012, 16:03
    • Oh ton immeuble est une jolie cage de Faraday? Quelle chance!
      Oui moi aussi je me suis dit que pour la fin du monde en fin d’année, pas besoin de météorite ni rien. Une bonne coupure et hop!

      Posted by Shaya | 7 juillet 2012, 17:09
  4. Tout à fait d’accord. Mon portable est tout le temps sur vibreur et il m’arrive assez régulièrement de l’oublier chez moi. De toute façon, ça ne capte pas au bureau…
    La relation fusionnelle des gens avec leur portable (quand ils n’en ont pas plusieurs) donnerait matière à écrire. En peu de temps, les gens en ont fait un outil indispensable et par la même occasion, ont souvent revu à la baisse leur pudeur et discrétion. Sympa le récit du Rdv chez la gynéco de ma voisine dans le métro…

    Posted by Pat | 7 juillet 2012, 19:18
    • Mouhahaha bientôt le compte rendu de sa dernière soirée sodomie?
      Oui fusionelle c’est bien ça. Misère.
      (et j’aimerai qu’on écrive et décortique cette relation, je trouve ça hyper intéressant)

      Posted by Shaya | 7 juillet 2012, 22:25
  5. L’histoire d’en rire, le blog http://histoiresdeportables.com compile les réactions humoristiques des internautes suite à cette panne… géante et gênante…

    Posted by agnès | 7 juillet 2012, 23:19
  6. Je ne sais pas si Twitter est représentatif. Dans la « vraie  » vie tous les gens autour de moi qui sont chez l’agrume n’étaient pas si désemparé

    Comme tu dis y a le fixe et le mail

    Moi j’ai quasiment rien remarqué, et mon pere ne m’aurai pas envoyé un mail pour me dire que mon tel était HS je l’aurai meme pas su. Mais bon j’ai eu du bol j’ai eu qu’une coupure de téléphone, apres 20h en plus! (j ai passé un coup de fil à 19h45, c est comme ca que je le sais;-)

    Posted by MaO | 8 juillet 2012, 04:14
    • Moi ça ne m’a absolument pas gêné et je n’aurais pas remarqué sans doute si je n’avais vu passer l’info sur Twitter.

      Et j’espère bien qu’il y a des gens qui ont fait sans leur téléphone sans pour autant être désespérés mais vu la masse de réaction sur Twitter et sur Facebook il y a quand même une bonne partie des clients qui ont vraiment mal vécu ce moment là. Et c’est sur ceux-là que je m’interroge.

      Posted by Shaya | 8 juillet 2012, 10:47
  7. Bonjour,
    Y en a qui sont stressés pour rien à cause de cette dépendance au téléphone.

    Posted by Résiliation mutuelle | 9 juillet 2012, 13:46
  8. J’aime bien les ‘papiers » qui vont un peu a rebrousse-poil…avec une pointe d’humour..dans le genre de celui-la… moi aussi je suis addict, et c’est venu sans que je m’en rende vraiment compte alors que j’ai un oeil pointu, voire, acerbe sur FB.. mais c’est ainsi.. je suis deveue accro.. Je veux bien partir vivre dans la jungle pourvu qu’il y ait la wifi. La premiere chose que je fais lorsque je book un hotel, que ce soit New York, New delhi ou Lannion en bretagne nord. c’est ma premiere question.. Wi fi ou pas ?..J’envie parfois les ethnies Karen que je visite souvent dans les montagnes a la frontiere birmane. En cas de catastrophe planetaire – genre panne d’electricite definitive (c’etait l’objet d’un doc avec lequel je me suis endormie il y a qq jours), eh bien pour ces gens simples, la vie ne changerait quasient pas tandis que pour nous ce serait une suite de catastrophes insurmontables…Le progres nous rend dependant..A chaque nouveaute une nouvelle dependance…..En revanche je ne reponds presue jamais au tel !! donc un petit espoir, je ne suis pas accro a tout !!! Belle nuit
    Malee

    Posted by malee | 9 juillet 2012, 22:49
    • J’ai longtemps été accro à la wifi aussi. Partir une semaine sans me paraissait un défi. Et puis en Thaïlande si j’ai été relativement contente de l’avoir à Bangkok, on ne l’avait plus à Surin et ça a été tellement … reposant. Retrouver internet a été une vraie source de stress et de frustration après et je me suis dit qu’il était bon de pouvoir couper complètement pendant quelques instants.
      Mais je pense que comme toutes les addictions, il y a une phase de maturation, celle où l’on dépasse l’euphorie pour percevoir l’immense poids que cette attachement-contrainte peut représenter sur sa liberté et où on réajuste notre rapport à la chose.

      Je suis sûre qu’en ton temps tu l’auras aussi.

      Posted by Shaya | 10 juillet 2012, 14:53
  9. C’est vrai qu’on s’est habitué à avoir ce contact permanent et on est destabilisé sans lui car on ne sait plus travailler sans le téléphone portable, surtout qu’on se déplace de plus en plus et qu’on est de plus en plus pressé. Certains n’ont plus d’autres moyens d’être joints (plus de fixes par exemple) donc se sentent coupés du monde surtout quand c’est à l’improviste.
    Mais je suis d’accord avec toi, on est devenus dépendant et d’ailleurs j’avais écrit un article qui rejoignait le tien il n’y a pas si longtemps !

    Posted by Onee-Chan | 11 juillet 2012, 09:05

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

D’où viens-tu?