//

Barcarolle

Chronique du temps qui passe

Il a 11 ans mais quand je le regarde c’est toujours ce bébé qui s’accrochait furieusement à mon cou, comme pour me dire mes trop nombreuses absences, que je vois.
Et en  même temps il y a longtemps qu’il n’est plus ce bébé. Mais jusque là il avait vraiment garder les traits de l’enfance.
On en retrouve encore la trace dans les cadeaux qu’il a demandé pour Noël.
Là il est à la jonction des deux. Au moment où la larve se transforme en papillon.

Je vois bien qu’il grandit.
C’est une bonne chose d’ailleurs. Les échanges se font plus intéressant intellectuellement, plus profond, plus riche. Il est des sujets qui peuvent être abordés dont on le protégeait jusque là.
Il sait écouter les grands sans s’ennuyer ni réclamer notre attention à cris. Mais les repas de famille lui paraissent toujours interminables et il s’esquive jouer dès qu’il le peut.

Il y a un prix à payer.
Ce qui est gagné d’un côté est perdu de l’autre. Forcément.
Presque un an qu’il ne m’a pas vu alors il réclame, exige même, ses câlins. Cette intimité physique qui faisait que j’apaisais ses terreurs nocturnes d’enfant d’une simple caresse.
Je lui demande s’il continuera à me faire autant de calins quand il aura définitivement abandonné cette enfance qu’il commence déjà à avoir bien quitté. Quand il fera deux fois ma taille (je vous vois ricaner) et du poil au menton.
Il me dit que oui, et il le pense, mais il ne réalise pas qu’il faudra recréer ça. Autrement. Toujours mon petit frère, beaucoup moins mon bébé.

En attendant je prépare le terrain pour un autre.
Même s’il préfère toujours jouer dans une cabane en bois que s’intéresser aux filles.
Même si son portable lui sert surtout à appeler les copains et pas encore à draguer les filles.
Il est le petit frère de trois grandes soeurs, on lui a appris à respecter la gent féminine. Mais je distille mes derniers conseils à ce petit blondinet aux yeux bleus-gris qui n’a pas encore commencé à briser les coeurs.
« Sois toujours respectueux des filles sinon … »

Je savoure ces derniers moments où il niche sa tête au creux de mon cou en me disant que je n’en ai pas bien assez profité toutes ces années.
Dans pas longtemps du tout, ça sera fini…

(Enfin … aujourd’hui grâce au mauvais temps, j’échappe à la corvée de l’emmener à l’acrobranche. Shaya soeur indigne depuis 11 ans!)

Discussion

No comments yet.

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

D’où viens-tu?