//

Cogito

Ce que nous disent de nous nos stagiaires

Mes patients <3

Mes patients <3

Ce début d’année professionnel a été somme toute bien compliqué par l’accueil d’une stagiaire.

Je sais c’est moche de présenter les choses comme ça, mais c’est vrai, un(e) stagiaire c’est du boulot (en plus). Même si mes puissances tutélaires – et elles ne sont pas les seules – considèrent elles qu’un stagiaire c’est la 3e main et le 2e cerveau qu’ils te manquent pour réaliser toutes les tâches que tu n’arrives pas à réaliser : ainsi galérant à faire mon bilan d’activité pour 2015, on m’a dit que je n’avais qu’à prendre un(e) stagiaire pour le faire …

(Genre je vais coller quelqu’un devant mes stats incompréhensibles pour lui/elle et je vais obtenir par magie un super bilan d’activité ? Ya longtemps que j’ai arrêté de croire au Père Noel)

Moi je mets toujours un point d’honneur à former mes stagiaires, à leur transmettre tout ce que je peux. A essayer tout du moins.

 

Ce n’était ni ma première stagiaire ni ma dernière (mon dernier) j’espère mais j’ai eu l’impression de beaucoup apprendre sur moi-même pendant son stage, beaucoup plus que d’habitude.

Peut-être parce que le feeling est immédiatement passé entre nous et que ça y fait. Peut-être parce qu’elle était un peu perdue et déçue, et que ce stage a été l’occasion de lui redonner confiance en elle et de la remettre sur des rails abîmés par trop de cours théoriques.

Peut-être aussi parce que pour la 1ere fois c’était une étudiante en 3e année de Licence et non en Master 2. Et qu’elle n’a pas cherché à se positionner comme mon égale, qui savait tout de la vie (alors qu’en fait quand tu creuses, ils connaissent pas grand chose à la vie les M2). Au contraire, elle était curieuse, demandeuse d’apprendre, d’avoir des informations encore et encore.

 

Alors oui j’ai beaucoup appris avec elle aussi.

J’ai appris que j’aimais transmettre et modeler un peu ces esprits encore malléables et les amener à réfléchir, à s’ouvrir de nouveaux horizons, à sortir du cadre théorique donné par les cours de la fac, à se confronter à la réalité, à être confortés et rassurés aussi quand il y a besoin.

J’ai surtout appris la qualité de ma propre formation. Et l’importance que mes nombreux stages avaient eu. J’ai fini mon Master 2 en ayant fait 8 stages. Obligatoires. Même si sur le moment, j’ai parfois râlé (un stage en milieu pénitenciaire ? Vous n’y pensez pas!), a posteriori je me rends compte de la chance énorme que j’ai eu et de tout ce que ça m’a appris. D’un point de vue « technique » en ce qui concerne mon métier évidemment, mais aussi (et surtout ?) pour la recherche de stage, l’insertion dans une équipe, la façon de se conduire en milieu professionnel et j’en passe.

Je ne me suis jamais positionnée concernant l’apprentissage et je vais continuer à ne pas le faire parce que je ne crois pas que ce soit la panacée absolue. Néanmoins l’importance d’une vraie confrontation avec le milieu professionnel (et un stage de 3 semaines en 3e année de licence n’est pas un vrai stage) avant de devoir s’y insérer, ça j’y crois. Ma stagiaire était en 3e année de licence et en était à son 2e stage parce qu’elle avait cette volonté justement de se confronter à la réalité de terrain. Mais en la voyant évoluer en situation je me suis rendue compte de tout ce qui lui manquait … et tout ce qui lui manquait justement, ne s’apprend nullement dans les cours théoriques.

Discussion

4 Responses to “Ce que nous disent de nous nos stagiaires”

  1. 8 stages ? Quelle chance tu as eu pendant tes études… Car comme toi, je reste persuadée que les stages devraient faire partie de tous les cursus étudiants, tant ils nous permettent d’apprendre sur nous, sur le métier auquel on se destine, et sur l’importance de ce que l’on apprend.
    Et je ne suis guère étonnée que tu aimes transmettre 😉

    Posted by Elizabeth | 29 janvier 2016, 09:10
    • Oui j’étais dans une formation universitaire particulière (détruite par la réforme LMD …) qui mettait beaucoup l’accent sur les stages. Moi je suis étonnée d’aimer transmettre 🙂

      Posted by Shaya | 29 janvier 2016, 22:29
  2. ça arrange souvent la hiérarchie de croire (de se bercer d’illusions plutôt) qu’un stagiaire c’est du travail abattu à moindres frais; on te le met dans les pattes parfois sans t’en avertir et sans t’en donner le choix, à toi de te démerder – optimiser ton temps qui est déjà archi-pressurisé. Bref. Ceci dit, je partage ton avis. ça questionne, ça bouscule, ça fait avancer le schmilblick.

    Posted by desfraisesetdelatendresse | 31 janvier 2016, 10:28

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

juillet 2016
L M M J V S D
« Juin    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Express

D’où viens-tu?