//
you're reading...

Barcarolle

Aux illusions mort-nées

Ce sont différents petits trucs séparés qui aujourd’hui prennent tout leur sens. Comme ce jeu où l’on doit relier des points pour obtenir une image.

Des choses pour lesquelles j’ai parfois alerté le corps médical depuis 10 ans. Sans que jusque là personne ne fasse le lien entre toutes. Sans que jusque là personne ne s’y intéresse vraiment.

« Boh si ça passe … c’est que ce n’est pas grave » « Boh si ça ne dure qu’une heure … ce n’est pas vraiment gênant« 

Aujourd’hui on voit clairement l’image. Et elle n’est pas belle.

 

Extérieurement rien n’a changé. Je suis toujours la même.

Intérieurement j’ai l’impression d’avoir été passée à la broyeuse. Des morceaux dispersés dans tous les coins, un hématome qui noircit l’âme et il va falloir recoller les bouts. En sachant que ça ne ressemblera plus jamais à ce à quoi ça ressemblait jusqu’à peu. Il va falloir faire le deuil. De celle que je pensais être, de celle que je voulais être, de certains rêves pour l’avenir, de certaines envies.

Et ça ne sera pas évident.

Il va falloir apprendre à vivre avec ça aussi. Et avec toutes les épées de Damoclès qui se sont rajoutées au dessus de ma tête en même temps. De la même façon qu’au fil des années j’ai appris à vivre avec l’idée que j’avais le triple de risques de développer un cancer du sein qu’une femme lambda.

A la roulette de la vie, j’ai tiré une nouvelle boule noire.

Et je hurle mentalement à l’injustice. L’injustice d’être privée d’une opportunité que je voulais pour mon futur, d’un désir et d’une envie qui resteront toujours un creux dans mon ventre. L’injustice de ne pouvoir sans doute pas réaliser quelque chose qui pour l’instant restait vague et ne serait peut-être jamais advenu.*

 

Mais surtout … je me sens comme une merde. Une loseuse. Une incapable.

Même pas foutue de faire ce que tant d’autres réussissent si bien tous les jours, parfois (souvent?) sans le vouloir.

 

Aujourd’hui on va tenter de sauver ce qui peut encore l’être. Histoire de conserver vaguement un « ça sera compliqué mais ça marchera peut-être » (sur un malentendu).

10 ans de perdu? C’est ce que je me demande. Mais il y a 10 ans je n’aurais pas été capable je crois de supporter les examens, l’attente, l’annonce. D’encaisser les mots de certaines médecins qui blessent comme un fer chaud posé sur la peau. D’affronter sans leur faire payer ce que les autres ont et dont je suis privée désormais.

 

C’est douloureux oui.

Et comme toute plaie à vif je m’amuse à aller la palper pour mesurer à quel point ça fait mal.

En attendant qu’elle se referme et ne laisse qu’une nouvelle cicatrice.

 

 

*Magnifique exemple du principe de rareté, privée de quelque chose dont je ne voulais pas pour l’instant il me parait insupportable de ne pas l’avoir.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31