//

Cogito

Appelez moi Mademoiselle

J’ai toujours aimé l’eau. Nager, plonger, jouer avec l’eau.

Assez naturellement la natation est devenue mon sport de prédilection. Plonger, enchainer les longueurs de crawl, de brasse, apprendre à glisser pour optimiser l’effort, savoir quand respirer. Apprécier ce silence absolu de l’eau, être seule avec soi-même, mettre le corps en mode automatique et laisser l’esprit dériver.

Si j’ai aimé chacune des longueurs que j’ai pu faire en natation sportive, en fait ça n’a jamais été qu’un lot de consolation. Parce que mon grand rêve c’était de faire de la natation synchronisée et que je n’ai jamais pu.

Mon club n’en a proposé que quelques années après que j’ai arrêté moi-même la natation de compétition.

Eternels regrets.

 

J’ai gardé un amour immodéré de ce sport.

Et les JO sont évidemment un morceau de choix dont je profite comme de la meilleure patisserie du monde pour me rassasier et rêver.

 

Dimanche je regarde le programme court. Les équipes de différents pays du monde s’enchainent.

Quand l’une d’elle sort de l’eau, la nation représentée me saute à la figure : Egypte.

Et cette question – terrible – qui me vient à l’esprit : combien de temps encore va-t-on permettre à ces deux jeunes filles de même pas 20 ans de concourir à une épreuve comme celle-ci?

En maillot de bain colorés et couverts de sequins, maquillées comme des voitures volées parce que le maquillage doit se voir de loin et résister à l’eau et qu’il n’y a pas de mystère pour que ça soit le cas il faut en mettre un paquet.

Longtemps j’espère. Bien sur. Mais à titre de comparaison le fait est que je ne me pose pas la question concernant les françaises …

 

L’année dernière il y a eu une grosse polémique sur le « mademoiselle » de la langue française.

J’avais piqué une colère mémorable à cette occasion là et j’ai constaté non sans une certaine dose de cynisme que cette année les impots m’appelaient toujours « mademoiselle » …

Tout ça pour ça. Bref.

Je me contre-cogne que les impots, l’Etat et mes patients m’appellent encore « mademoiselle ».

Et je m’en contre-cognerais longtemps je crois. Parce que je pense que je ne me sentirai outragée de ça que quand des afghanes, des indiennes et des iraniennes s’aligneront pour participer à des épreuves comme la natation (synchronisée ou pas d’ailleurs parce que dans tous les cas on est dans un maillot de bain et oui c’est pas la chose la plus masquante au monde), la gymnastique ou le beach volley (puisque c’est la grosse polémique vestimentaire des JO de Londres) sans qu’on le leur interdise parce que soi-disant ça serait indécent, contraire à la morale et/ou la religion et toutes les autres conneries possibles que l’humain peut imaginer.

Ce jour-là oui j’aurais considéré que le statut de la femme aura progressé.

En attendant la privilégiée du maillot de bain que je suis s’accomodera qu’on l’appelle « mademoiselle » pendant encore un moment.

Discussion

2 Responses to “Appelez moi Mademoiselle”

  1. ah mais mon mari, ça le dérange pas le beach volley féminin… (tant que je peux regarder les épreuves de lancer de disque, hein…)

    Posted by Daydreamer | 6 août 2012, 13:58

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

D’où viens-tu?