// archives

Archive for octobre, 2019

A quoi ça sert ?

I agree with this

Il y a deux ans de ça, l’automne avait été difficile.
Trop d’incertitude sur mon avenir professionnel, trop de stress, trop de réveils nocturnes angoissés. Sans être catastrophique, ça n’était pas la super pêche.
Et ça devait se sentir pour ceux qui me connaissent bien. J’en avais parlé un peu à mes plus proches mais pas suffisamment il faut croire ou pas assez à leur goût il faut croire, puisqu’un jour l’un d’entre eux m’a dit « je vois bien que ça ne va pas mais pourquoi tu dis rien ? »

Oui, c’est vrai, pourquoi ?
Je ne suis pas une grande bavarde. Surtout quand il s’agit de parler de ce qui ne va pas.
Mais surtout … à quoi ça sert ? Sérieusement ? Est-ce que ça va changer quelque chose de parler encore et encore de ce qui ne va pas, de tourner en boucle sur ça, de refaire les mêmes conversations alors qu’on n’a strictement aucune prise sur les événements ?
Alors autant ne pas en parler.
Pas de manière récurrente en tout cas. Moi en tout cas ça ne me va pas de tourner en boucle sur ça et qu’on m’interroge constamment sur ça.

Autant je suis partisane de toujours laisser de l’espace à ceux de mes amis qui ont besoin de leurs problèmes autant moi je préfère qu’on me parle d’autre chose.
J’essaye déjà de me contraindre à signaler que ça ne va pas, à expliquer pourquoi au moins rapidement, mais il ne faut pas en attendre plus je crois.

Point de crispation

C’est étrange comme l’esprit peut se figer parfois sur quelque chose, un détail. C’est étrange comme l’enjeu se cache dans les détails.

J’ai beaucoup beaucoup avancé sur la Maladie, je me surprends régulièrement. Mais.
Mais il y a dans ma tête un point d’accrochage. Quelque chose que je n’arrive pas à obtenir de mes médecins et sur lequel je n’arrive pas à lâcher prise. Un truc tellement anodin.

Je suis malade depuis 9 jours. Un rhume banal d’automne, une crève sans fièvre donc sans gravité, un vague mauvais moment rapidement passé. En théorie.
Pour l’instant, sans être gravement malade, c’est surtout un rhume qui s’éternise sans que je vois vraiment d’amélioration pour le moment, monter deux étages me demande un effort et que je m’étouffe régulièrement. 9 jours pour un truc aussi banal ça commence à être long.

Je suis sûre que depuis que la Maladie m’oblige à prendre un certain nombre de médicaments, je guéris moins vite des infections et je cicatrise moins vite en cas de blessure. Le moindre rhume devient apocalyptique et interminable, la moindre coupure met des plombes à cicatriser et nécessite une certaine surveillance. Je finis toujours par guérir. Mais le temps que ça prend à chaque fois ….

J’en ai parlé à ma médecin, plusieurs fois. A chaque fois, elle me dit que non, que ça n’a rien à voir. Et ça me crispe. Et je me crispe sur ce point là. Sans bien comprendre pourquoi ça prend autant d’importance pour moi d’obtenir cette reconnaissance finalement somme toute assez anecdotique.
Enfin non, en fait pas si anecdotique : si je guéris moins vite c’est à prendre en compte pour tout, pour moi quand je suis malade, pour le médecin s’il doit m’arrêter, pour la durée du traitement s’il doit y en avoir, pour la fragilité immunitaire que ça semble induire.
Et puis aussi et surtout parce que j’ai besoin que quelqu’un valide ce que je constate. Que ça ne soit pas « juste dans ma tête ». Surtout que là je suis sûre de ce que je constate, contrairement à beaucoup d’autres sujets plus fluctuants concernant la Maladie, la fatigue par exemple. Aussi parce que j’ai l’impression que ma médecin rejette en bloc le sujet, par peur que je décide d’arrêter mes médicaments. Alors qu’il en faudra beaucoup plus pour que j’arrête mes médicaments, beaucoup plus qu’un rhume qui dure 2 fois plus de temps que la normale, beaucoup plus qu’une coupure qu’il faut désinfecter plus longtemps en attendant qu’elle cicatrise. J’ai bien conscience que mes médicaments me sauvent la vie au quotidien (et ce n’est pas une hyperbole, ils me sauvent littéralement la vie), je ne suis pas prête à les arrêter à la légère.

C’est aussi pour ça que je me crispe autant sur ce sujet, ça serait une reconnaissance sans risque, sans enjeu pour ma médecin, mais qui soulagerait quelque chose pour moi.

Previously

octobre 2019
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031