// archives

Archive for novembre, 2018

Sur une échelle de 0 à 10 …

… 0 signifiant pas du tout et 10 le plus fort que vous puissiez imaginer, vous êtes à combien ?

 

Live and let die

 

Plus le temps passe et plus je suis embêtée quand quelqu’un me demande – sincèrement – comment je vais.

Parce que « ça va » ou « ça ne va pas », ça manque de nuances.

Et que j’ai besoin de nuances.

 

Surtout sur un sujet … toujours le même …. la fatigue !

A la question de savoir comment je vais, j’hésite toujours à répondre franchement sur le sujet de la fatigue.

Parce que je n’aime pas inquiéter mon entourage et que j’aurais envie de toujours répondre « yeah ! Tout va super bien! «  je serais tentée de toujours répondre « je suis fatiguée ». Sauf que je ne suis pas toujours fatiguée de la même façon ou tout du moins pas à la même intensité.

Mon état de base depuis plusieurs mois concernant la fatigue sur une échelle de 0 à 10 c’est 3. Tout le temps. Et manifestement je ne m’y suis pas encore habituée parce que j’ai quand même envie de répondre « je suis fatiguée ».

Actuellement (= au moment où j’écris ces lignes), j’estime ma fatigue autour de 5-6/10. Je sens nettement la différence au quotidien mais ça reste gérable, bien loin du 9/10 atteint l’an dernier pendant les fêtes. Dans tous les cas « je suis fatiguée ». Sauf que ça n’a rien à voir entre les 2, et que la nuance « je suis un peu fatiguée / je suis fatiguée / je suis très fatiguée » je ne suis pas certaine que ça parle suffisamment à mon entourage.

 

Du coup je vais peut-être instituer un nouveau rituel :

_Comment tu vas Shaya?

_Je suis à 5/10 en fatigue mais sinon ça va.

 

Je ne suis pas sûre sûre qu’ils soient prêts.

Jolie Turin

Symbole de la ville

 

« Mais … pourquoi vous allez à Turin? » m’a-t-on demandé, manifestement stupéfait par ma destination de long week-end.

J’ai ricané, oui c’est vrai, pourquoi ? Mais en vérité je suis assez mal placée pour le faire puisqu’il n’y a pas si longtemps de ça, à peine plus de 6 mois, j’avais moi-même de Turin, la vision d’une ville industrielle et sans charme.

A tort …

Enfin, pas complètement, industrielle elle l’est mais assurément pas dans son centre ville historique.

 

Personnellement, j’ai trouvé l’architecture de Turin magnifique. Douce. Cohérente.

Le castello

 

Le palais royal

 

L’ (ancienne) université

Une sensation de grande harmonie au sein du centre ville mais aussi une absence de sensation d’écrasement (ce qui est souvent le cas dans les grandes villes je trouve) et d’une ville très aérée et « verte » grâce à ses parcs.

Surannée également avec ses vieux trams, ses immeubles défraîchis …

#Défraichi (un peu quand même)

 

Je l’ai trouvé un peu déroutante aussi. Je m’attendais à une architecture proche de celle de ma région, une idée confuse née de cette histoire commune avec la Savoie. J’avais d’ailleurs une foule d’idées fausses concernant Turin. Je pensais entendre parler du Saint Suaire à tous les coins de rue par exemple, il n’en a rien été. Et je pensais adorer le chocolat chaud et le bicerin, et il n’en a rien été non plus ^^’.

Une certaine idée du bicerin (version évoluée avec des morceaux de chocolat à la pistache sur la crème fouettée) (me suis contentée des cappuccino après)

 

J’ai adoré la ville de Turin, son ambiance, sa vivacité.

Son histoire aussi avec ses vestiges romains, ses palais royaux et ses églises baroques.

La cathédrale

La porte Palatine (vestige romain)

Son côté pratique avec ses kilomètres (18 quand même) de rues en arcade qui permettent de déambuler au sec les jours de pluie.

Celles-ci n’étant pas les plus belles (mais les plus belles j’ai oublié de les photographier)

 

Dans le pilier une « boutique »

 

Et des bouquinistes

 

Et puis son musée égyptien … Ah son musée égyptien.

*soupirs*

On m’avait dit « si tu ne dois visiter qu’un seul musée à Turin, tu DOIS visiter le musée égyptien », ce à quoi j’avais répondu vaguement « mouais … » tant les collections égyptiennes des grands musées me laissent sur ma faim. Et j’ai compris pourquoi en visitant ce musée égyptien : une vraie muséographie, pas juste une exposition d’un tas de pièces, une mise en relation de l’évolution des pratiques funéraires et de l’art à travers le temps grâce à quelques pièces magnifiques et fort bien choisi, un audioguide formidablement fait (inclus dans le billet) … j’ai passé 2h30 dans ce musée absolument magique et j’en suis ressortie amoureuse.

Si vous ne devez visiter qu’un seul musée à Turin, vous DEVEZ visiter le musée égyptien ! 😀

(Par contre je vous conseille VRAIMENT d’acheter vos billets à l’avance par internet, vous payerez 2€ de plus mais vous vous éviterez 1h30 à 2h de queue, moi pour 2€ j’achète)

 

Ramses II !

Perte

New pull d’automne

Alors voilà … j’ai quasiment atteint l’objectif de poids fixé par ma médecin.

Plus ou moins le week-end de 4j en Italie (dont j’espère pouvoir vous parler d’ici la fin du week-end prochain)(se fixer des objectifs réalistes) mais la variation ne sera pas suffisante pour remettre le résultat final en question. 

 

J’ai retrouvé mes repères avec moi-même, avec mon corps et avec mes vêtements. Evidemment il y a au fond de moi une petite étincelle d’auto-satisfaction à enfiler des vêtements et de constater qu’on flotte encore un peu plus dedans que la dernière fois. Mais dans le fond … Je n’ai jamais jamais accepté de maigrir pour des raisons esthétiques, du coup il n’est peut-être pas si étonnant que je me trouve plus moche aujourd’hui quand je me regarde dans la glace qu’il y a 1 an.

Comme si ce poids perdu faisait ressortir certaines choses de mon physique que l’on voyait moins avant. Pardon. Que JE voyais moins avant. Allez on je vais le dire, je vais l’écrire, ce qui cristallise mon attention – et mon agacement – en ce moment, c’est cette putain de poitrine. J’ai perdu 2 tailles de pantalon et 0 taille de bonnet. *soupir*

Je sais bien que j’ai des amies qui perdent elles avant tout de là alors qu’elle voudrait perdre des cuisses et du cul mais moi j’aurais volontiers perdu 2 tailles de pantalon et 2 tailles de bonnet. J’avais envisagé un temps de passer par le bistouri mais je pense (non en fait, j’en suis sûre) que mon état de santé ne me le permet plus.

 

Et puis … et puis je ne me sens pas plus belle, pas plus dans les canons de beauté de notre société, pas plus désirable, pas plus aimée, pas plus intelligente. Je m’y attendais, malgré ce que notre société nous vante, il n’y a pas de déception de ce côté là. Juste un constat … blasé.

Néanmoins soulignons l’aspect éminemment positif de cette affaire, en dehors du fait que ma médecin va être contente et que mes analyses ont évolué dans le bon sens (ce qui devrait la réjouir également) : toute cette affaire s’est faite avec beaucoup de douceur. 

La perte de poids a été lente, pas toujours continue, parfois j’ai repris un peu et j’ai trouvé ça rassurant (comme si j’avais toujours un certain contrôle, surtout les rares fois où l’idée de perdre est devenue obsessionnel), je ne me suis jamais privée de rien du coup il y a une certaine sérénité pour le moment par rapport à tout ça. On verra si ça dure. Et là dessus mon scepticisme ne se dément pas, il faudra du temps pour savoir s’il cédera.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

novembre 2018
L M M J V S D
« Oct    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930