// archives

Archive for octobre, 2017

Pour la science !

Des fois j’ai envie de foutre le feu

 

C’était à la fin de l’été, un peu avant mes vacances.

Par hasard, grâce à internet, je suis tombée sur cette information : l’AP-HP lançait une étude en ligne sur les maladies chroniques, l’étude ComPaRe.

Comme j’ai eu l’immense chance de rejoindre la communauté des malades chroniques je me suis dit que j’allais voir de quoi il retournait. Après tout je participe à l’étude Nutrinet-santé depuis des années, et j’aime assez ce format d’étude numérique par questionnaires. (Ça a ses défauts hein, on pourrait en parler mais là j’ai la flemme)

 

J’ai pris le temps de regarder en détails les informations disponibles sur le site (notamment concernant les données recueillies), j’ai réfléchi et j’ai décidé de participer (en pensant qu’il ne me prendrait pas vu que c’est une maladie rare) (mais en fait si, ils avaient aussi prévu la mienne). Pour cela comme pour toute étude, j’ai donné mon consentement après avoir lu attentivement la notice d’information et comme pour toute étude, je peux le retirer quand je veux.

J’ai commencé à remplir les questionnaires d’inclusion et là j’ai pris une énorme claque dans la figure qui m’a mis les larmes aux yeux. Parce qu’on me demandait qu’est-ce que c’est ma vie quotidienne avec la maladie, qu’est-ce qui est plutôt une aide ou une contrainte dans ma vie avec la maladie (ma famille, mon entourage, mon travail etc…), quels sont les symptômes les plus gênants et qu’est-ce qu’ils m’ont empêché de faire, à quel point mon traitement médicamenteux est un fardeau et en quoi, idem pour le suivi nécessaire (les examens, les visites chez les médecins) mais aussi les contraintes alimentaires, financières, etc …

Personne ne m’avait jamais posé la question, pas même mes médecins – et pourtant je les apprécie beaucoup et j’ai vraiment confiance en eux mais ils ne se soucient jamais de l’impact sur ma vie quotidienne, probablement parce qu’ils ne pourraient rien y faire – pas même moi honnêtement, je ne m’étais jamais posée la question … et ça a été surprenant. Et violent.

 

Parce que l’impact est réel, même si je n’en ai pas forcément conscience.

Parce que l’impact est réel, même si mon entourage s’en fout, voire me renvoie à la figure à quel point ces contraintes, vraiment, ça l’emmerde.

Une des choses qui me pèse le plus ce sont les contraintes alimentaires puisque j’ai plein d’aliments pas-interdits-mais-faut-pas-trop-trop-trop-en-manger (et le double discours puisqu’un autre médecin me dit qu’il faut que j’en mange beaucoup pour maigrir) parce que sinon l’anticoagulant il n’y en a plus assez et que la prise de sang suivante est mauvaise et que du coup faut qu’on change le dosage du médicament et que je refasse une prise de sang 3j après jusqu’à ce que la prise de sang soit de nouveau bonne.

Ces prises de sang incessantes je ne les supporte plus, je n’ai pas peur des piqûres ce n’est pas la question, mais ça me donne envie d’hurler de perdre mon temps au labo et de me faire bousiller les veines du bras tous les 3j jusqu’à ce que les résultats soient de nouveau ok. Alors je fais attention à ce que je mange, et quand je dois manger 2 fois dans la même journée des aliments pas-interdits-mais-faut-pas-trop-trop-trop-en manger, comme la salade et les haricots verts, ça m’inquiète un peu.

L’autre jour j’ai eu le tort de le dire, que bon j’étais pas super ravie d’avoir dû manger de la salade ET des haricots verts dans la même journée, aliments imposés en prime puisque je n’avais pas choisi les menus ce jour-là, et tout ce qu’on m’a répondu c’est « Oh ça va hein, pour 4 haricots verts! » (sous-texte : « tu vas pas faire chier »). Ben … si ? C’est facile je trouve de me répondre ça quand on n’est pas la personne qui va en subir les conséquences, quand on n’est pas la personne qui va se taper des prises de sang tous les 3j jusqu’à ce que ce soit ok, quand on n’est pas la personnes qui va se faire engueuler par son médecin parce que l’anticoagulant est trop bas.

 

Donc oui l’impact est réel. Pour mon entourage aussi visiblement. Et ça ne le rend pas très aidant.

Mais pour moi que quelqu’un se soucie de cet impact, même si c’est juste dans une étude, ça a été une vraie libération.

Désamour de soi

Red shoes on the bed

J’ai toujours eu un rapport à mon poids assez … assez …. assez quoi d’ailleurs ? Distant ? Apaisé ? Un mélange de déni et d’assumage tranquille (ça ne se dit pas ? Je m’en fous, je le dis).

Ça vient de plusieurs choses, de Mémé Bourreau qui me traitait d’éléphant alors que je n’avais même pas 10 ans (et que je n’étais même pas grosse comme me l’a révélé des photos revues des années après), de savoir parfaitement depuis des années que mon IMC dépasse le seuil théorique idéal pour me coller dans la catégorie surpoids, de ces pantalons qu’il faut acheter en 42 sinon je ne rentre pas dedans, de ce refus de faire le moindre régime après en avoir fait 2 il y a longtemps qui se sont soldés par une reprise de poids supérieur à celui perdu et de ne pas vouloir me bousiller un peu plus la santé, de la conscience aiguë à la fois de ne pas correspondre aux canons de beauté en vigueur ET que je ne serais pas plus aimée si je faisais du 36, de ces hommes qui ont su et qui savent encore dire le désir que je leur inspire, de mon plaisir à cuisiner et à manger que j’avais peur d’abîmer.

Bref sans raffoler de ces kilos en trop, j’étais relativement sereine par rapport à mon poids.

 

Et puis j’ai reçu cette injonction de ma médecin (pardon je devrais dire « d’une de mes médecins » tant il y en a désormais qui se penchent sur mon cas) (aparté : ça fait 6 mois que j’ai franchi le Rubicon et je ne l’ai toujours pas accepté et digéré on dirait) de perdre du poids.

Pas pour des raisons esthétiques, même pas tellement que je sois trop grosse en général, mais parce que à cause d’une des deux maladies qui me touchent mon organisme stocke du gras en excès là où il ne faut pas et que si je ne m’en débarrasse pas c’est le diabète qui s’invitera dans la danse à terme.

J’ai parfaitement conscience des tenants et des aboutissants de cette décision, je suis pleinement volontaire pour tout faire pour éviter que le diabète ne se rajoute à tout le reste et la façon dont elle m’a demandé de perdre du poids était pleine de bienveillance et de délicatesse « votre poids je m’en fiche en fait, il n’est pas excessif, mais vous devez perdre cette graisse là et il n’y a qu’une perte de poids général qui le permettra » … pourtant ça bouleverse beaucoup ce rapport à mon corps déjà bien malmené par l’autre maladie.

 

J’ai beau avoir adhéré à cette décision et en être complètement et consciemment actrice – puisque si je ne voulais pas perdre de poids personne ne pourrait m’y obliger – la seule chose qui semble s’être inscrite en moi c’est une version tronquée et déformée de nos échanges : « tu es trop grosse Shaya. Tu es un putain de boudin moche et répugnant ».

Désamour de soi. Alors qu’il n’a jamais été que question de ma santé, c’est tout le reste qui se retrouve remis au premier plan.

 

Et ça se retrouve vicieusement dans tout ce qui a trait à mon apparence.

Confrontée à des photos sur lesquelles j’ai les cheveux plus longs qu’actuellement, la première (et seule en fait) chose que j’ai pensé c’est « tu as vraiment une gueule d’épagneul » (= qu’est-ce que tu es moche). Très agréable envers moi-même …

 

Malmenée par son fonctionnement interne qui hoquette, malmenée sur son aspect physique, il me faut réapprendre à aimer ce corps. Et en vérité je ne sais pas bien comment.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

D’où viens-tu?