// archives

Archive for août, 2017

Déni d’attentat

[En ce moment, mon cerveau reprend. Il reprend des choses, déjà dites, déjà écrites pour mieux les compléter. C’est le cas de ce billet qui est le prolongement – ou plutôt l’aboutissement ? – de celui-là, écrit il y a plus d’un an désormais, que je vous conseille donc de lire aussi / avant / après]

Et silence

« On va éviter d’allumer la télé et de regarder les infos » ai-je dit ce 17 août, « il y a eu un attentat à Barcelone, on va s’épargner ça ».

Je me rends compte que c’est ma stratégie désormais. Pour St Etienne du Rouvray, pour l’Allemagne, pour la Suède, pour la Belgique, pour Londres et Manchester, et donc désormais pour Barcelone. En général informée par Twitter de ce qui vient de se passer, je coupe celui-ci, je m’assure que les gens que j’aime qui pourrait être dans le coin vont bien et je « passe à autre chose ». J’essaye de surtout ne voir aucune image à la tv, je n’allume la radio qu’avec parcimonie, je lis un peu la presse écrite pour avoir les faits et rien que les faits. Pas de témoignages larmoyants de gens ayant assistés à tout, pas de vidéos faites sur le moment qui montrent la panique, la peur, les blessés et les morts et me brisent le cœur, pas de rabâchage vide pendant des heures de ce qu’on sait à l’heure actuelle (=rien).

C’est mieux pour moi, à court et à long terme.

J’ai compris ça avec l’attentat de Nice dont j’avais été complètement préservée pour cause de week-end isolé. Cette attaque – et les suivantes – se sont inscrites dans ma mémoire, j’en connais les faits, le déroulé, le lieu, le nombre de blessés et de morts comme tout le monde. Mais elle ne s’est pas inscrite en moi de manière émotionnelle voire traumatique. Quand j’y pense, ça ne réactive pas en moi des émotions négatives, il ne reste que les faits, solidement inscrits dans ma mémoire, je ne ressens pas la peur ou la panique comme quand je repense à Charlie Hebdo ou au soir du 13 novembre alors que ces deux attentats sont nettement plus anciens …

Plus j’y réfléchis et plus je suis persuadée – peut-être à tort, après tout, ça ne repose sur rien d’autre que mon expérience – que ces émissions spéciales qui ressassent encore et encore les images, les témoignages etc activent les mêmes processus cérébraux – dans une moindre mesure évidemment – que ceux qui conduisent aux stress post-traumatiques des personnes témoins ou victimes directs des événements. Du coup j’en veux de plus en plus aux médias, surtout télé, de jouer ce jeu au mieux malsain au pire sordide de cette emprise émotionnelle. Parce que quand vous prenez un peu de recul, tous ces témoignages, tous ces gens qui pleurent en racontant leur histoire, ce n’est pas de l’information, ce ne sont pas des faits, c’est juste une façon de jouer sur votre voyeurisme et/ou de vous laisser vous identifier aux victimes et ça vous rend … captifs.

Interroger l’évidence [modifié]

Tadam !

 

Pendant son séjour, à un moment, mon petit frère a mis sur le tapis LE sujet qui agite ma famille depuis des mois voire des années : « Tu crois que Grande Soeur et Beau-frère auront un enfant un jour ? ».

Aussi insupportable qu’elle soit, je ne peux pas lui en vouloir de poser la question, ses parents sont en boucle sur le sujet depuis au moins 2 ans et c’est régulièrement à moi qu’on la pose étant donné ma proximité évidente avec ma grande sœur. J’aime autant qu’on la pose à moi qu’à eux, dernier lambeau de dignité dans cette conversation souterraine qui les agite, même si ça m’oblige à prendre sur moi pour ne pas me mettre à leur hurler rageusement dessus.

Au delà de ma réponse factuelle « oui/non/allez vous faire foutre » j’ai essayé d’amener mon petit frère à questionner cette évidence qu’un couple installé depuis un certain temps, voire marié en ce qui les concerne, DEVAIT/ALLAIT avoir un enfant. Qu’il n’y avait pas forcément pour les membres du couple d’évidence là dedans, que parfois elle ne l’était que par « logique des choses » sociale et familiale (et que parfois il y avait évidence claire nette et précise depuis le départ). Qu’on pouvait peut-être écouter cette absence d’évidence, voire ces choix profondément réfléchis par conviction écologique ou responsable ou autre sur une planète déjà surchargée et en cours d’asphyxie, qu’une vie sans enfant n’était pas forcément inaboutie ou triste comme il me l’a dit. Qu’il faudrait peut-être plus souvent que les gens interrogent cette évidence dans leur propre cheminement de parents.

Ça a été une conversation rude pour lui je crois, je ne peux pas lui jeter la pierre, c’est une conversation rude pour les adultes aussi de ce que j’en ai constaté.

 

Quelques jours plus tard, je n’ai pu m’empêcher de « rire » puisque c’était pile le jour du dépassement où nous aurions consommé toutes les ressources disponibles de la planète, j’ai eu une conversation avec Dr Chouchou qui sortait d’une semaine avec ses neveux et qui m’a confié du bout des lèvres que ni lui ni sa compagne ne se sentaient d’avoir d’enfant. Jamais. Il s’attendait de ma part au laïus habituel sur le fait qu’on n’était jamais prêt à avoir des enfants et qu’il fallait juste se lancer, sur le bonheur ineffable, merveilleux et sans cesse renouvelé d’avoir des enfants, etc etc etc … A la place je lui ai juste répondu qu’ils n’auraient pas d’enfants et qu’ils feraient autre chose dans leur vie et que ça serait bien aussi.

J’ai senti un immense soulagement de sa part d’éviter au laïus habituel que tout le monde doit leur servir dès qu’ils abordent le sujet.

 

Moi la première je n’aurais sans doute jamais interrogé cette évidence solidement ancrée dans nos vies et nos sociétés si je n’y avais pas été obligée …

 

En ce moment je me bats contre mes médecins.

Enfin non, c’est faux, je me battrais avec eux si j’étais dans l’opposition frontale, si je répondais par la colère, si je haussais le ton. A la place, je suis dans l’opposition tranquille, ce côté « parle à mon cul ma tête est malade » si agaçant.

Il n’empêche, mes médecins sont obsédés par « ma fertilité » ou plutôt par le fait de la préserver le plus possible, comme si elle n’était pas déjà franchement catastrophique. Alors que moi je m’en fous, mais alors d’une force … Je le leur ai dit d’ailleurs, j’ai argumenté : j’ai expliqué l’absence de projet d’enfant, le deuil d’en avoir un jour, le refus d’affronter un jour une grossesse tellement risquée qu’elle m’empêcherait de respirer pendant des mois. Elles n’ont rien voulu entendre alors maintenant c’est moi qui n’écoute plus, ça me parait un juste retour des choses.

Moi j’aimerais vraiment mieux que mes médecins soient obsédés par ma fatigue, mes prises de sang ……. atypiques dirons nous pudiquement, mes migraines, ma tachycardie, la tête qui me tourne trop souvent, cet isulinorésistance secondaire qui s’installe silencieusement … Ça me parait beaucoup beaucoup beaucoup plus important que ma … « fertilité ».

Je me disais pendant un temps que mes médecins étaient obsédés par ma fertilité parce que ce sont des femmes. Qu’elles ont elles-mêmes enfanté et qu’elles projettent sur moi quelque chose de leur histoire. Mais finalement, je ne suis pas sûre que ça ne soit que ça.

Pendant un temps, un ami – un des rares au courant – n’arrêtait pas de remettre le sujet sur le tapis : « Mais tu feras des FIV, des PMA, des GPA » « Mais pourquoi tu ne commences pas à préparer un dossier d’adoption » « J’ai une amie qui ne voulait pas d’enfant, à 40 ans, elle s’est soudain réveillée et elle s’en est mordue les doigts ». Je refuse. Je refuse de rentrer dans un système qui me rendrait complètement dingue, un système fait de souffrance et de déception, je refuse de me faire des piquouzes d’hormones tous les jours, je refuse de prendre ma température tous les jours pour me forcer à baiser LE bon jour et surtout pas le reste du temps, je refuse de rester les jambes bien en l’air après, je refuse d’hurler le cœur déchiré chaque fois que le test de grossesse sera négatif, je refuse d’entamer des démarches d’adoption fastidieuses qui me feront espérer un jour – dans quelques années – d’aller à l’étranger chercher un enfant … peut-être, si on m’en juge digne.

 

Je refuse de me plier à tout ça alors que tout le monde me pousse dans cette voie juste parce que c’est ce que je suis censée faire en temps que femme.

Mais je ne suis pas sûre que le reste du monde ait bien envie de l’entendre.

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

août 2017
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

D’où viens-tu?