//

Cogito

2 be 3 (or not to be)

Se mettre à distance

 

L’automne dernier, j’ai traversé la France pour aller voir des amis.

Pendant ce week-end tout doux, j’ai observé qu’alternativement l’un ou l’autre de ce couple d’amis se mettait en retrait pour me permettre d’avoir des conversations en duo au lieu que ce soit systématiquement un échange à trois.

J’avais été surprise sur le moment, c’était la première fois que j’observais ce  phénomène.

Avec le recul je me rends compte à quel point c’était attentionné.

Rare.

Et précieux.

 

→ Au travail, comme n’importe qui j’ai des affinités plus ou moins grandes avec mes collègues.

Il y en a un que j’apprécie beaucoup, et je pense que c’est réciproque, avec qui je n’ai quasiment jamais l’occasion d’échanger tant nos plannings ne nous laissent que rarement l’occasion d’avoir 15mn en commun pour parler. En plus, entre nous, pas de small talk, c’est ce que j’apprécie avec lui, les conversations vraiment pointues et approfondies.

Sauf que … Sauf que chaque fois que par miracle on réussit à avoir un peu de temps pour se parler et qu’on engage une de ces conversations, la secrétaire nous rejoint. Sys-té-ma-ti-que-ment. Même si elle a des choses à faire, même si elle est occupée, elle vient se mêler à la conversation. Et j’avoue qu’à force, j’ai beau l’adorer, ça me donne envie d’hurler parce que ça change forcément la dynamique des échanges : il y a tout ce qu’on ne dit pas parce qu’on ne veut pas qu’elle le sache et/ou parce que certaines choses sont trop personnelles pour être dites à 2 personnes à la fois, il y a les questions qu’elle pose et qui font bifurquer les échanges et/ou les freinent, il y a l’attention qu’elle nous réclame et dont nous privons notre autre interlocuteur. 

Et j’aimerais bien que des fois, juste de temps en temps, elle nous laisse parler rien que nous deux.

 

→ Le week-end dernier j’étais chez le Best Friend.

Je ne vais pas dire que je le connais par cœur (hu hu) mais je le connais suffisamment bien pour que l’huître qu’il est s’ouvre à moi (parfois). Ça ne dure parfois que quelques secondes, parfois beaucoup plus, mais j’ai remarqué qu’il y avait toujours une constante : il faut que nous ne soyons que tous les deux à ce moment là. Si sa femme est là ou si elle nous rejoint, il ne me lâche plus rien.

Ce week-end nous avons eu l’occasion de boire un café rien que tous les deux pendant quelques minutes sur sa terrasse et il a enfin commencé à s’ouvrir à moi sur ses doutes et ses angoisses par rapport à son changement de vie, son nouveau poste professionnel etc … Et ça c’est brutalement arrêté quand sa femme est venue nous rejoindre. J’en aurais hurlé de frustration.

 

Alors je me dis que des fois il faudrait savoir – même dans un couple – se mettre un tout petit peu en retrait pour offrir à l’autre de espaces d’expression privilégiés, savoir parfois ne pas s’imposer.

C’est possible, à l’automne dernier des amis me l’ont prouvé.

Discussion

6 Responses to “2 be 3 (or not to be)”

  1. Le couple, ce n’est pas forcément la symbiose totale et fusionnelle en permanence. Chacun garde son existence propre et autonome. Et ça commence par la possibilité d’avoir des discussions indépendante, en dehors de la présence ou de l’intervention de son partenaire.
    Joli billet, qui résonne avec beaucoup de situations vécues, que ce soit dans la vie privée ou professionnelle.
    Merci !

    Posted by Antoine | 25 mai 2017, 13:42
    • Je pense qu’il y a des membres de couples (ou des duos comme la secrétaire et le collègue dont je parle) qui ne supportent pas que l’autre puisse avoir des interactions non superficielles hors de leur présence,c’est comme si c’était un affront. Surtout des femmes d’ailleurs, peut-être parce que les hommes sont plus taiseux en général.

      Posted by Shaya | 25 mai 2017, 18:43
  2. C’est exactement ce que je fais quand ma douce reçoit de la visite de ses ami(e)s, je leur laisse toujours un moment, plutôt long, ensemble, sans moi. Si je peux, je renouvelle sur la période de la visite. Mais j’essaie au maximum.

    De même quand on va chez mes amis, maintenant tous en couple, il y a toujours un moment où elle s’en va discuter avec la moitié de mes potes, et on se retrouve à discuter comme au lycée, comme avant, quand on était que tous les deux.

    Tu as raison, c’est super important, et il ne faut pas oublier d’accorder du temps, régulièrement, à une seule personne à la fois.

    Posted by xakan | 25 mai 2017, 14:52
    • C’est chouette que vous le fassiez tous les deux 🙂
      Et je suis d’accord il ne faut pas oublier d’accorder du temps à une seule personne à la fois de temps à autre.

      Posted by Shaya | 25 mai 2017, 18:44
  3. C’est vrai que je crois qu’on fait assez spontanément ça ici aussi, mais sans le conscientiser. Après, c’est bien souvent une question de confiance en soi et en l’autre aussi, accepter que certaines choses sortent ou soient dites sans qu’on soit présent pour y assister, accepter qu’il y ait des confidences qui soient faites à d’autres. Je suis heureuse que tu aies pu le vivre avec ton couple d’amis, et j’espère que tu y arriveras malgré tout avec le best friend (et sinon des échanges par texto c’est pas envisageable? Moins chaleureux et privés, mais ça peut ouvrir des portes)
    Des bisous!

    Posted by Floh | 28 mai 2017, 22:17

A vous les studios

Shaya ailleurs …

~ Tumblr : Books and Boobs

~ Tumblr : Point Vernis

L'instagram de Shaya

Previously

août 2017
L M M J V S D
« Juil    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

D’où viens-tu?